De Vercingétorix à Macron… Jules Seyes analyse comment la trahison a façonné le paysage politique français au fil des siècles

Contenu réservé aux abonnés

L'Histoire est complexe, la vérité se mêle souvent à l'interprétation. Dès l'Antiquité, les récits des vainqueurs ont forgé la perception des événements, faisant émerger des figures comme Vercingétorix, symbole de noblesse et de puissance pour les Romains. Cependant, cette vision façonnée par le récit national résonne encore aujourd'hui, influençant la politique et révélant les liens entre la trahison, la reconnaissance et la quête de pouvoir. Jules Seyes explore ainsi comment l'histoire de la trahison et de la soumission a laissé des empreintes durables dans le paysage politique français, révélant des réflexions sur la récompense, la moralité et les conséquences de tels actes, tout en appelant à une introspection collective pour éviter la répétition des schémas du passé.

mise à jour le 03/12/23

Un reflet iconographique de « l’historiographie nationaliste du xixe siècle » : Vercingétorix jette ses armes aux pieds de Jules César, tableau de Lionel Royer, musée Crozatier du Puy-en-Velay, 1899.

« Prends-les ! Je suis brave, mais tu es plus brave encore, et tu m’as vaincu. »
VERCINGÉTORIX (vers 72-46 av. J.C.), jetant ses armes aux pieds de César, fin septembre 52 av. J.C., à Alésia

La phrase est-elle véridique ? Nous l’ignorons, les sources sont romaines et nous devons leur accorder crédit. Toujours est-il que les Romains choisissent de présenter un Vercingétorix noble et puissant. La victoire romaine sur la Gaulle fut suivie de plusieurs siècles de pax Romana. Nous connaissons tous ces deux faits, issus du fameux roman national, mais percevons-nous à quel point ils pèsent, aujourd’hui encore sur notre vie politique ?

Du parti de l’Espagne, 1814 : la reddition de Marmont, 1870 : le sabotage de la défense républicaine, 1940… Jamais la France n’a eu de meilleur ennemi qu’elle-même. Les deux Frances, surtout l’une d’entre elles, n’ont eu aucun scrupule à régler leurs différends sur le cadavre de l’intérêt national. Notre subordination actuelle en est l’ultime soubresaut, jusqu’au prochain rebond et bien sûr, la trahison suivante. Il convient de perpétuer ces traditions.

Commençons par le second point, le français qui cède à une puissance étrangère s’attend à être reconnu et mis en valeur, comme un quasi-héro. César n’offrit-il pas à Vercingétorix une gloire, certes posthume (Vercingétorix fut étranglé à Rome après avoir défilé chargé de chaînes), mais réelle grâce à sa guerre des Gaules.

Pour lire la suite de cet article abonnez-vous au Média en 4-4-2 : [Lien d’abonnement]

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Pas encore de commentaire sur "De Vercingétorix à Macron… Jules Seyes analyse comment la trahison a façonné le paysage politique français au fil des siècles"

Laisser un commentaire

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Histoire

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous