Pass sanitaire : les cahiers de rappel numérique font un flop dans les bars et les restaurants

Politique, Santé

mise à jour le 27/06/21

Pass sanitaire

L’exécutif fait un premier bilan chiffré des effets des cahiers de rappel numériques, deux semaines après leur mise en place. Depuis la réouverture des restaurants en intérieur le 9 juin dernier, les établissements doivent en effet, comme le mentionne le protocole sanitaire, proposer à chaque client de scanner un QR Code pour signifier sa présence dans l’établissement. Le but étant qu’il puisse recevoir une alerte, si un client ayant scanné le même QR Code sur la même plage horaire contracte le Covid-19.

87 lieux signalés

Auprès de BFMTV, le cabinet de Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique, annonce qu’environ 1,35 million de scannages de QR Code ont été effectués dans les établissements concernés par les cahiers de rappels, soit 90 000 chaque jour en moyenne. En plus des bars et restaurants, les salles de sport doivent également afficher de tels QR Codes à l’entrée. Des chiffres qui semblent bas, puisque rapportés à la population totale, cela représente 0,13 % des Français qui quotidiennement utilisent ce cahier de rappel numérique dans un restaurant, un bar ou une salle de sport.

Afin de coller au mieux aux différentes habitudes, le fait de scanner un QR Code enregistre sa présence sur une plage horaire de 30 minutes (pour la restauration rapide), 60 minutes (pour les bars), 90 minutes (pour une salle de sport) ou deux heures (pour les restaurants).

Sur l’ensemble du territoire, le système de cahiers de rappel numérique a permis d’identifier 87 lieux différents où au moins un malade du Covid-19 a été recensé. Au total, ce sont 97 « plages horaires » qui ont été signalées.

« Ces chiffres sont à mettre en perspective avec le recul actuel de l’épidémie, une utilisation encore partielle de l’outil et l’utilisation potentielle de la version papier. Il montre dès à présent l’efficacité du dispositif et pour continuer à traquer le virus, le système doit être davantage utilisé et donc mis à disposition comme le prévoient les protocoles sanitaires », précise le cabinet de Cédric O à BFMTV.

Le fait que certains établissements soient concernés par plusieurs plages horaires signalées peut s’expliquer de plusieurs façons : par exemple, si un client malade a scanné le QR Code à plusieurs reprises, a fréquenté le même établissement plusieurs jours de suite ou si cette alerte concerne un salarié de l’établissement, là encore présent plusieurs jours de suite.

Lire l’article…

A lire aussi sur Le Média En 4-4-2 : 

Pass sanitaire : des journalistes cas contacts dans une fausse discothèque
Pass sanitaire : la porte ouverte au crédit social
⇒ La Quadrature du Net attaque devant le Conseil d’État l’obligation d’identification du Pass sanitaire
⇒ Pass sanitaire : « Ce n’est pas une bonne chose de s’habituer à cet outil dans une démocratie »

partage cet article !