Euthanasie aux Antilles : « Des collègues en burn out m’ont appelée pour me dire : “Sonia, j’ai tué des gens.” »

Santé

mise à jour le 16/09/21

Saya Soumiah : « Au mois d’août, quand la crise est arrivée, on ne pouvait plus soigner les gens à domicile. Il a fallu les orienter vers le CHU parce qu’on manquait de concentrateur d’oxygène et d’ivermectine en ville. La prise en charge précoce, c’est primordial dans cette maladie. » En métropole pas de rupture de stock d’ivermectine, selon le président de l’Ordre des pharmaciens PACA. Délai d’acheminement par La Poste : 48 heures… Ceux qui affirment que la rupture de stock aux Antilles est voulue par l’État ne sont que d’affreux complotistes.

Mourir… en toute sécurité

A quoi bon soigner avec l’ivermectine puisque l’Agence européenne des médicaments (EMA) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) déconseillent d’utiliser l’ivermectine pour traiter le Covid en dehors des essais cliniques, en attendant que davantage de données soient disponibles. Aux Etats-Unis, l’agence du médicament, la FDA met en garde contre l’utilisation de l’antiparasitaire pour le Covid.

Hypnovel + morphine = Rivotril

La Guadeloupe manque d’ivermectine, mais pas d’Hypnovel,  (midazolam) ! C’est l’équivalent du Rivotril (clonazepam). Les hôpitaux ont reçu des recommandations pour l’utiliser. Un petit peu de morphine en plus et les personnes âgées atteintes de covid ne souffriront plus… jamais.
Saya Soumiah, infirmière, a proposé de travailler en renfort à l’hôpital. Refus clair et net : la direction préfère faire venir du personnel de métropole. Pour éviter toute embauche ? Sans doute, mais surtout pour appliquer le protocole recommandé : l’Hypnovel avec la morphine, ce que le personnel local n’aurait peut-être pas fait, quoique…. « Des collègues en burn out m’ont appelée pour me dire : “Sonia, j’ai tué des gens.” »
Problème des retraites : résolu. Problème du manque de lits d’hospitalisation : résolu.

La mention « vacciné » a disparu des dossiers des personnes décédées

Saya Soumiah : « On a tous des comorbidités. Vous prenez une vaccination. Vous décédez. Ce n’est pas les comorbidités qui font mourir… Il y a beaucoup d’arrêts cardiaques. Les pompiers ne comprennent pas. Quand je leur demande si les gens sont vaccinés, ils me disent oui. Début août, avant le début de la quatrième vague, on a gommé dans les dossiers de soin le fait que les patients soient vaccinés ou non. On nous a expliqué que les assurances ne prendraient plus en charge les patients qui auraient eu des effets secondaires suite à la vaccination. »

L’euthanasie : en Martinique aussi…

Des médecins ont contacté France Antilles Martinique pour dénoncer des « pratiques » qu’ils jugent intolérables. Ils s’alarment tout particulièrement d’un mail qui leur a été adressé par l’Ordre des médecins concernant un protocole de soins palliatifs pour les patients Covid à domicile, un protocole qui revient, selon eux, à « euthanasier les gens ».
Ils sont une dizaine et ne souhaitent pas que soient divulgués leurs noms. « Nous sommes malheureusement obligés d’alerter de façon anonyme car le système nous musèle. Nous n’avons pas le droit de nous exprimer sous peine d’être radiés… »
Ils déplorent, en premier lieu, l’absence de prise en charge efficace de la grande majorité des patients atteints de Covid-19.
Pourquoi le Conseil de l’Ordre des médecins (COM) ne propose-t-il aucun protocole pour soigner les malades du Covid ?
La seule pratique en cours consiste à prescrire du Doliprane aux malades puis à les renvoyer chez eux. Au mieux ils guérissent seuls. Au pire : leur état de santé se dégrade et ils vont remplir les lits de la Meynard. Des traitements qui ont prouvé leur efficacité existent : l’Ivermectine notamment, alors pourquoi ne pas les utiliser ?

Les Antilles sont loin de la métropole. Ces cris de détresse parviennent, de façon individuelle, étouffés par la peur. N’oublions pas qu’il s’agit de tester ce qui va bientôt débarquer en métropole. Une proposition de loi instaurant la vaccination universelle obligatoire contre le covid-19 sera débattue en séance publique au sénat mercredi 13 octobre, annonce le sénateur Bernard Jomier, en remerciant ses collègues du groupe socialiste, écologiste et républicains pour leur engagement courageux en faveur de la vaccination. Il faut du courage pour prendre le parti du gouvernement et de BigPharma ? Ah bon.

Jacqueline pour Le Média en 4–42.

partage cet article !