Jacqueline décortique le haineux Raphaël Enthoven : « Ma mère me faisait chier. Mon beau-père me faisait peur »

Portraits

mise à jour le 17/04/22

Raphaël Enthoven est le philosophe de service des médias — une nullité qu’il a dépeinte lui-même dans… Le philosophe de service : « Le philosophe de service est celui qu’on regarde sans le voir, qu’on entend sans l’écouter, qu’on invente quand on l’invite, et qui s’éteint quand la lumière s’en va. » Faute de l’avoir entendu parler, il est impossible de ne pas avoir entendu parler de notre philosophe de service. Impossible d’y échapper.


Ainsi, de janvier à mai 2021, il totalise 38 passages dans les médias, et se place à la deuxième place sur le podium des « philosophes » médiatiques, en dessous de BHL (50 passages recensées par Acrimed).

A la différence du père de sa première femme, c’est justement l’indispensable BHL, toujours présent à l’international, lorsqu’il y a une guerre à justifier. Raphaël n’a pas de fortune aussi florissante. Il est donc limité à la propagande nationale. D’ailleurs il n’aime guère son ex-beau père qu’il traite d’ « espèce de vieil enculé vantard » (page 486 de Le Temps gagné). Dans cette autobiographie, Raphaël Enthoven se venge des responsables de son enfance malheureuse et il frappe fort.

Son père, Jean-Paul Enthoven a déclaré qu’il voulait « rompre tout lien » avec son fils après l’avoir lue.
« Ma mère me faisait chier. Mon beau-père [NDLR : le Dr Isi Beller] me faisait peur. » « Mon beau-père était un connard. Un homme mauvais. » « Les gifles étaient nombreuses. »
« Je n’étais pas, je crois, ce qu’on appelle un “enfant battu”. Que resterait-il aux vraies victimes ?… J’étais juste un enfant trahi par les adultes et que son beau-père avait choisi d’élever comme lui l’avait été. C’est-à-dire avec brutalité. »

Diverses femmes ont partagé sa vie : 1995 Justine Lévy (fille de BHL), 2000 Carla Bruni (ex de son père, Jean-Paul), 2007 Chloé Lambert, 2014 Maud Fontenoy, 2015 Adèle Van Reeth. Il a eu quatre enfants qu’il n’élève pas. Pourront-ils échapper à la répétition de la même enfance, sans père présent et valorisé ?

Il se présente comme philosophe. Il en a certes les diplômes, mais aide-t-il, par ses concepts, à comprendre le monde ? ou se contente-t-il d’insultes ? Au lieu de développements philosophiques, ses déclarations sont plutôt des retours à l’envoyeur. Ainsi dans les abstentionnistes — des « fainéants et des ingrats » —, on croit entendre l’écho des remontrances de son père et de son beau-père, qui continuent jusqu’à présent : « Je suis en deuil, j’ai le cœur brisé, déclare Jean-Paul Enthoven, à propos du Temps gagné, c’est un livre atroce pour ceux qui, comme moi et d’autres, ont adoré Raphaël, et se retrouvent noyés dans un océan d’ingratitude. »
S’adresse-t-il à son beau-père, le Dr Isi Beller, psychanalyste médiatique, ou au Pr Didier Raoult, quand il traite ce dernier de « charlatan qui se prend pour Dieu » ?

Dans la colère de Raphaël, il y en a pour tout le monde, ou presque.

31 décembre 2021 : « Bonne année à tous, sauf aux antivax, qui sont vraiment soit des cons, soit des monstres ».
Janvier 2022 : « Jusqu’ici, pas de problème. Encore une fois, les gens ont le droit d’être cons, platistes, antivax, arrogants, égoïstes, sous-informés, complotistes et fiers de l’être. Enfin… Ils en avaient le droit jusqu’à la pandémie. »
4 avril 2022 : « L’abstentionniste est un snob ».
12 avril 2022 : « Je m’étonne qu’un pays comme la France, en bonne santé, qui a de l’influence, qui est à la pointe de la lutte contre l’islamisme, dont la bouffe est sublime et l’équipe de foot championne du monde, joue au con à ce point avec son bulletin dans l’urne. »

Sa colère, est-ce celle de ses parents ? la sienne quand il était petit ? Double transfert ou simple transfert ? Peu importe, la colère est encore en lui et il nous en fait profiter.

Il pourrait retourner cette colère contre les abus. Ce serait une action militante, mais il préfère s’identifier à ses parents détestés mais puissants plutôt qu’à l’enfant désarmé qu’il a été. Il ne s’attaque qu’aux faibles de la société (Gilets Jaunes, antivax…), bref il est du côté du manche, celui de sa classe sociale. Névrosé ou pas, c’est moins dangereux et beaucoup plus confortable.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !