Face à Jean-Luc Mélenchon, Patrick Cohen revendique l’islamophobie mais ne veut pas de la judéophobie

Politique, Religion

mise à jour le 11/02/22

Jean-Luc Mélenchon et Patrick Cohen lors de l’émission Élysée 2022 jeudi 10 février 2022 sur France 2

Premier candidat de gauche à se prêter à l’exercice, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de l’émission Élysée 2022 jeudi 10 février 2022 sur France 2 (voir vidéo ci-dessous). Patrick Cohen l’interroge sur le droit à l’islamophobie « Est-ce que la laïcité, qui donne le droit absolu d’aimer une religion, nous donne aussi le droit de la détester pourvu qu’on ne rejette pas les personnes qui la pratiquent ? C’est le droit à l’islamophobie ? »


Certain penseront que c’est la question piège pour Mélenchon au vu de son électorat. A ce moment-là, Patrick Cohen affiche un sourire à peine voilé, sûr de lui-même. Pensant avoir piégé Mélenchon, il va jusqu’à déterrer le dessinateur Charb assassiné lors de l’attentat contre Charlie Hebdo : « Je pense à Charb, qui était votre camarade, à qui vous avez rendu un hommage… »  Il répète la question « Est-ce qu’on a le droit à l’islamophobie ? » Ce à quoi le président du groupe La France insoumise répondra : « Est-ce qu’on a le droit à la judéophobie ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Est-ce qu’on a le droit à la judéophobie ?  » Le silence est venu effacer le sourire de Cohen — qui est de confession juive — qui ne semble pas souhaiter pour lui ce qui est permis pour d’autres.

Cette séquence devrait faire méditer nos lecteurs sur ce que l’on a le droit de dire en France et ce qui est interdit. D’ailleurs Patrick Cohen est celui qui fait des listes de cerveaux malades, décrète qui peut ou ne peut pas s’exprimer à la télévision ou à la radio. Oui, il y a un deux poids, deux mesures… Zemmour est condamné par la justice mais peut librement s’exprimer sur l’Islam et se présenter à la présidentielle. Soral est aussi condamné, mais exilé en Suisse sous peine d’emprisonnement, censuré sur tous les médias, son association interdite de tous les réseaux sociaux, banques… En France l’islamophobie est très largement utilisée, encouragée, plébiscitée, à la limite du sponsoring, ce qui n’est pas le cas de la judéophobie, qui envoie directement devant les tribunaux.

Le petit peuple juif et le petit peuple musulman pourraient se rencontrer, se réconcilier, mais il semble que quelque chose les en empêche… Décidément, ce climat ne s’y prête pas.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !