Le journaliste Max Blumenthal : Le Projet Américain est de faire de l’Ukraine le « Grand Israël » de l’Europe

Géopolitique

Max Blumenthal sur le projet américain visant à transformer l'Ukraine en un "Grand Israël" européen, mettant en lumière les implications géopolitiques de cette politique étrangère et comparant les rôles respectifs d'Israël et de l'Ukraine dans les relations internationales.

mise à jour le 03/09/23

Crédit photo : Capture d'écran tirée de la vidéo de Max Blumenthal de Grayzone lors de son discours devant le Conseil de sécurité de l'ONU, abordant la question du rôle de l'aide militaire américaine en Ukraine.
Crédit photo : Capture d’écran tirée de la vidéo de Max Blumenthal de Grayzone lors de son discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU, abordant la question du rôle de l’aide militaire américaine en Ukraine.

.
Un article de Tyler Durden,

Dans son célèbre discours contre la guerre du Vietnam, le regretté sénateur du Dakota du Sud décédé le 21 octobre 2012, George McGovern, avait déclaré à ses collègues dirigeants du Congrès : « Cette chambre pue le sang ». Samedi, le journaliste Max Blumenthal a ouvert une conférence percutante lors de l’émission  « Which Way America… ? »  de l’Institut Ron Paul qui avait lieu à Washington DC. Il a également cité ces mots, mais les a appliqués à la guerre par procuration des États-Unis contre la Russie en Ukraine.

Max Blumenthal a déclaré qu’en Ukraine, Washington continue de « gaspiller les vies et les corps de plus de 150 000 hommes, selon le Pentagone ».Citant des études récentes sur le nombre immense d’Ukrainiens ayant perdu des soldats après un an et demi de combats (qui pourraient dépasser les taux de la Première Guerre mondiale ), il a déclaré que le nombre réel de victimes en Ukraine pourrait être plus proche de 500 000 — ce qui marque un chiffre monumental.

Le journaliste de GrayZone a ensuite fait une déclaration concernant le Congrès actuel en disant que « cette chambre » non seulement « pue le sang », mais « ils ont aussi gaspillé des sommes énormes en Ukraine sous le couvert de l’hystérie anti-russe » – et les législateurs alignés sur la politique de l’administration Biden continuent de verser des milliards à Kiev.

Blumenthal a affirmé que les élites libérales en périphérie continuent de penser que la Russie doit être punie parce qu’elles estiment que Moscou a contribué à faire élire le « mauvais homme orange » [fait référence à l’ancien président des États-Unis, Donald Trump en 2016].  Il s’agit d’un aspect idéologique important qui motive les bellicistes, a-t-il déclaré.

En outre, Blumenthal a expliqué que ce qui se passe ici, c’est que la classe dirigeante américaine a « militarisé les conflits culturels » tout en décrivant l’Ukraine comme étant du « côté éveillé » par opposition à la Russie, qu’ils perçoivent comme étant arriérée et oppressive.

Mais plus important encore, les véritables « vainqueurs » sont les principaux sous-traitants américains de la défense et leurs appendices comme les cabinets de lobbying néoconservateurs de la rue K Street à Washington D.C., qui est célèbre pour abriter de nombreux cabinets de lobbying et de consultants politiques. Le journaliste Blumenthal a souligné que ceux-ci, ainsi que l’administration Biden, opèrent avec une vision plus large, celle de faire de l’Ukraine le « grand Israël » de l’Europe.

Nous entendons par là un État de guerre « spartiate » militarisé en permanence, qui est continuellement financé et équipé par Washington, et qui détient les dernières avancées technologiques occidentales en matière de défense. Cependant, pour que cet État de guerre puisse exister, la démocratie dans le pays doit être graduellement affaiblie, tout comme cela s’est produit depuis longtemps en Israël, notamment en ce qui concerne l’oppression des Palestiniens et des dissidents politiques israéliens. Malgré cela, les promoteurs de technologies de défense du complexe militaro-industriel continueront de « gagner », peu importe le niveau de sacrifices imposé à la société ukrainienne et à son peuple.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que l’Ukraine ne serait pas démilitarisée comme la Suisse, mais sera un « grand Israël ».

« Pour défendre la démocratie en Ukraine, la démocratie doit être restreinte dans le pays », a souligné Blumenthal, tirant les leçons des exemples actuels d’oppression de la liberté d’expression en Occident, notamment liés au conflit russo-ukrainien.

Il a souligné ici que son propre média d’investigation, The GrayZone , a vu la majeure partie de son financement gelée par la populaire plateforme GoFundMe. Le point de vente a expliqué il y a quelques jours :

À ce stade, nous avions collecté plus de 90 000 $ auprès de plus de 1 100 contributeurs. Les généreuses contributions de notre public ont été accompagnées de centaines de messages de soutien à notre journalisme factuel qui demande des comptes au pouvoir impérial.

Cependant, GoFundMe retient les dons, refuse de nous les transférer et omet même d’informer les donateurs qu’elle a effectivement saisi leur argent. Le site à but lucratif a également refusé de donner une explication claire quant à la raison pour laquelle ils ont gelé les fonds, se contentant d’une vague référence à « quelques préoccupations extérieures » liées à des pressions exercées par de puissantes forces extérieures.

Le sabotage financier de Gofundme fait suite aux sanctions de facto imposées par Venmo et Paypal à notre rédacteur en chef, Wyatt Reed, après avoir rendu compte du ciblage par l’armée ukrainienne de civils du côté séparatiste de la région du Donbass.

C’est encore une fois la raison pour laquelle Blumenthal a pu s’appuyer sur son expérience personnelle récente pour dire à l’auditoire de la conférence Ron Paul que « la démocratie doit être réduite » en Amérique afin de maintenir l’argent illimité des contribuables dans les coffres du gouvernement Zelensky.

Blumenthal a poursuivi en expliquant que « maintenant, la Russie n’a aucune motivation ou incitation à participer à des négociations diplomatiques ou à chercher un accord de paix » étant donné qu’elle dispose d’un élan militaire clair dans un contexte d’échec de la contre-offensive en Ukraine. Les États-Unis et le Royaume-Uni avaient probablement une opportunité dans les premiers mois de la guerre pour ouvrir plus facilement des négociations de paix diplomatiques sérieuses, mais cette opportunité a été activement contrecarrée .

« Nous ne pouvons pas avoir de négociations de paix alors que la guerre est encouragée [par les intérêts de Washington] jusqu’à présent », a-t-il poursuivi, faisant également référence aux néoconservateurs comme Bill Kristol, qui mène une campagne visant à faire taire toute opinion dissidente parmi les candidats républicains et les hommes politiques concernant l’Ukraine.

Crédit photo : Capture d’écran tirée de la vidéo de Max Blumenthal de Grayzone lors de son discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU, abordant la question du rôle de l’aide militaire américaine en Ukraine.

« Ces agents ont besoin d’opportunités constantes  » que permet une guerre par procuration permanente en Europe, a poursuivi le journaliste et militant américain, tout comme les milliards constants et historiques d’aide affluant vers Israël, servent à entretenir de manière récurrente la portée mondiale et l’influence démesurée du lobby israélien.

Sur la question de savoir si des négociations sont possibles même du point de vue de Kiev, le média Zero Hedge a demandé à Blumenthal ce qui, selon lui, se produirait dans le cas improbable où Zelensky lui-même poursuivrait soudainement des pourparlers de paix avec les Russes. Il a répondu comme suit :

« Si Zelensky engagerait des négociations de paix maintenant avant d’être réélu… en raison des forces sociales qui ont été libérées par Maïdan, il risquerait de faire face à une insurrection nazie d’extrême droite dans son propre pays et deviendrait publiquement l’ennemi numéro un parmi les forces les plus violentes et les plus militarisées.

C’est pourquoi il s’est déplacé pour rencontrer Andriy Biletsky, le fondateur d’Azov. Zelensky a été élu sur un programme de paix avec le soutien de 73 % de la population, car il y avait toujours une population de souche russe qui faisait partie de la société ukrainienne. Ils ont été complètement marginalisés, et le public avec lequel il travaille maintenant est complètement différent. »

Sur la photo ci-dessous : Le mois dernier, le président ukrainien Zelensky a rencontré l’un des néo-nazis les plus notoires de l’histoire moderne de l’Ukraine, le fondateur du bataillon Azov, Andriy Biletsky.

Faire de l’Ukraine « un grand Israël » nécessitera un financement à long terme pour façonner et placer « le porte-avions insubmersible américain non pas au Moyen-Orient mais en Europe », a déclaré Blumenthal.

Pour faire de l’Ukraine « un grand Israël », il faudra un financement à long terme pour façonner et positionner « le porte-avions insubmersible américain, non pas au Moyen-Orient, mais en Europe », a expliqué Blumenthal.

L’ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Daniel Shapiro (de 2011 à 2017), joue un rôle dans la promotion du concept de l’Ukraine en tant que « grand Israël », comme l’a souligné Blumenthal.

Crédit photo : Capture d’écran du site de l’Atlantic Council avec le titre : « Zelenskyy wants Ukraine to be ‘a big Israel.’ Here’s a road map. » par Daniel B. Shapiro

Une liste partielle des éléments clés de la feuille de route de l’ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Daniel B. Shapiro, pour l’Ukraine a été précédemment publiée par l’Atlantic Council comme suit :

  • La sécurité avant tout :chaque gouvernement israélien promet avant tout d’assurer la sécurité – et sait qu’il sera jugé sur cette promesse. Les citoyens ordinaires, et pas seulement les politiciens, prêtent une attention particulière aux menaces à la sécurité – qu’elles proviennent de sources transfrontalières ou internes – et une grande partie du public choisit qui élire en fonction de ce seul critère.
  • L’ensemble de la population joue un rôle : Le modèle israélien dépasse la vision de Zelensky qui se limite à déployer des services de sécurité dans les zones civiles. En Israël, la plupart des jeunes adultes servent dans l’armée, et beaucoup d’entre eux poursuivent des carrières liées à la sécurité après leur service. Cela crée un objectif commun qui unit les citoyens, les préparant à partager les sacrifices nécessaires. Les civils reconnaissent leur responsabilité de suivre les protocoles de sécurité et de contribuer à la cause, et dans certains cas, ils sont autorisés à s’armer (sous stricte surveillance) dans ce but. La mobilisation considérable de la société ukrainienne en faveur de la défense collective suggère que le pays possède le potentiel nécessaire. Dans ses commentaires, Zelensky reflète cette réalité en soulignant que la sécurité dépendra de l’engagement de chaque maison, de chaque bâtiment et de chaque personne.
  • La légitime défense est le seul moyen :  s’il existe un principe unique qui anime la doctrine de sécurité d’Israël, c’est bien qu’Israël se défendra par lui-même et ne comptera sur aucun autre pays pour mener ses batailles. Les tragédies de l’histoire juive ont profondément ancré cette leçon dans l’âme de la nation. De manière similaire, le propre traumatisme de l’Ukraine, contrainte de lutter seule contre un agresseur plus puissant, renforce cette même conclusion : il ne faut pas compter sur les garanties d’autres nations pour sa propre défense.
  • Cependant, il est essentiel de maintenir des partenariats de défense actifs : L’autodéfense ne signifie pas un isolement total. Israël entretient des partenariats de défense actifs, principalement avec les États-Unis, qui fournissent une aide militaire généreuse, mais également avec d’autres pays avec lesquels il partage des renseignements, des technologies et des formations. Même si l’Ukraine ne rejoindra probablement pas l’OTAN dans un avenir proche, elle peut approfondir ses partenariats de sécurité avec les membres de l’Alliance et recevoir une assistance en termes d’armement, de renseignements et de formation pour renforcer sa capacité d’autodéfense.
  • Domination du renseignement : Depuis ses débuts, Israël a investi profondément dans ses capacités de renseignement pour s’assurer qu’il dispose des moyens de détecter et de dissuader ses ennemis et, si nécessaire, d’agir de manière proactive pour les frapper. L’Ukraine devra moderniser ses services de renseignement pour rivaliser avec les capacités russes et s’assurer qu’elle est prête à prévenir et à repousser les attaques russes.
  • La technologie est la clé : Bien qu’Israël dépende de l’aide américaine, il privilégie également des solutions technologiques locales pour relever de nombreux défis majeurs. Des exemples récents incluent les systèmes de défense multicouche contre les roquettes et les missiles, les systèmes anti-drones, ainsi que la technologie de détection des tunnels. L’Ukraine, qui compte déjà des esprits technologiques brillants, est plus consciente que quiconque des menaces auxquelles elle est confrontée. Investir dans ses propres solutions technologiques lui permettra d’être plus réactif et de s’adapter aux nouvelles menaces.

Un article de Tyler Durden publié sur Zero Hedge, traduit par Le Média en 4-4-2.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Pas encore de commentaire sur "Le journaliste Max Blumenthal : Le Projet Américain est de faire de l’Ukraine le « Grand Israël » de l’Europe"

Laisser un commentaire

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Géopolitique

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous