Déçu que Omicron soit meilleur que les vaccins, Bill Gates annonce le prochain virus avec ses nouveaux vaccins en 6 mois

mise à jour le 21/02/22

La conférence de Munich sur la Sécurité a eu lieu du 18 au 20 février. Les menaces de l’OTAN sur la sécurité en Ukraine étaient au premier plan. Une intervention de Bill Gates a pourtant fait apparaître d’autres risques de guerre, ceux contre les virus. Il commence par déplorer la paix sur le front de la pandémie : « Malheureusement le virus, en particulier le variant Omicron est un vaccin en soi. […] Et c’est triste que nous n’ayons pas fait un bon travail thérapeutique. »


Il termine en nous annonçant d’autres virus à venir, accompagnés de vaccins encore plus rapidement « mis au point » : « La prochaine fois, nous devrions essayer de réduire le délai à six mois au lieu de deux ans, ce que certaines des approches de la plateforme normalisée, y compris l’ARNm, nous permettraient certainement de faire. Cela nous a donc pris bien plus de temps cette fois-ci que cela n’aurait dû.  »

Que faisait Bill Gates à la Conférence de Munich sur la sécurité 2022 ? Le sort du monde dépendrait autant des armes classiques que des virus. Avantage non négligeable, le coronavirus a permis de stratosphériques bénéfices, parallèlement à une mise au pas de la population effrayée. Un bon début pour un coup d’État mondial. À présent il faudra une nouvelle épidémie et des vaccins (« sûrs et efficaces ») produits en six mois au lieu de deux ans. La commercialisation de la vaccination prendra de vitesse l’immunité naturelle pour éviter qu’un autre variant comme Omicron vienne casser le business des laboratoires pharmaceutiques. Explications concernant Omicron par le Pr Malone sur Fox News : « Omicron a une très faible pathogénicité et il est hautement infectieux. Pour un vaccinologue expérimenté, il ressemble terriblement à un vaccin à virus vivant atténué. C’est un cadeau de Noël ! »

Quant aux traitements, ils seront bien entendu interdits. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait été saisie en octobre 2019 pour inscrire l’hydroxychloroquine sur la liste II des substances vénéneuses. Comme c’est curieux, c’est justement en octobre 2019 que se sont déroulés les jeux mondiaux militaires de Wuhan, lieu des premières contaminations parmi les athlètes. Décidément l’armée est toujours présente à tous les niveaux de cette pandémie.

Robert F. Kennedy Jr. a consacré un livre à Anthony Fauci (qui vient d’être traduit et paraîtra le 9 mars, préfacé par le Pr Christian Perronne) : « Anthony Fauci, Bill Gates et Big Pharma – Leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique ». Partenaire de longue date de Bill Gates, le tsar de la mafia médicale est aujourd’hui accusé par le médecin et sénateur Rand Paul d’avoir soutenu et subventionné les recherches de « gain de fonction » aux États-Unis, avant que celles-ci ne soient interdites. Son institut a pourtant continué à financer ces recherches à l’étranger, notamment sur les coronavirus au laboratoire de Wuhan – et ce jusqu’en avril 2020, via un organisme intermédiaire, EcoHealth Alliance. En virologie, les expériences de « gain de fonction » consistent à modifier génétiquement des virus pour les rendre plus transmissibles ou plus virulents. Et qui, à part l’armée, peut se servir de ces recherches diaboliques ?

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Santé

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous