Affaire Iquioussen : L’avocat Pierre Gentillet s’étonne de la faiblesse de l’argumentation du ministère

Décryptage, Justice, Politique

mise à jour le 06/08/22

La baudruche se dégonfle, il suffisait d’attendre ! Gérald Darmanin a jeté l’imam Hassan Iquioussen à la vindicte populaire. Histoire de détourner le regard de sa propre incompétence à protéger les Français contre la délinquance. Le système du bouc émissaire a permis de canaliser toute la violence sur cet homme et encore une fois de parler religion (islam de préférence), au lieu de régler la délinquance qui pourrit la vie des Français.


La question est : pourquoi le tribunal administratif a-t-il suspendu l’exclusion ? La raison est très simple. Le gouvernement n’a strictement rien en main qui justifierait l’expulsion hors de France de cet imam. C’est ce qu’explique l’avocat Pierre Gentillet : « Cette suspension n’est pas surprenante. La seule chose qui me surprend c’est la faiblesse de l’argumentation du ministère. »

Darmanin a fait un coup de com, qui a plutôt bien fonctionné, avec un dossier sur l’imam Iquioussen totalement vide. Rappelons que cet homme habite en France depuis 1964, il a 58 ans, 5 enfants, 15 petits-enfants et un casier judiciaire totalement vierge. L’homme n’inquiète pas les services de renseignement car il prône l’amour de la France — contrairement à Hassen Chalghoumi qui était répertorié par les services de renseignement pour son appartenance au mouvement ultra-fondamentaliste du Tabligh. Pour la petite histoire, lorsque ce dernier travaillait comme manutentionnaire à Roissy, ayant attiré l’attention de la DGPN  par des « propos particulièrement extrémistes », son badge d’accès à la plate-forme de Roissy lui avait été retiré pour des « raisons de sûreté »… et pourtant Hassen Chalghoumi est invité sur tous les plateaux TV. L’opposition contrôlée fonctionne à merveille et trompe les plus aguerris.

Ce qui a surpris Me Gentillet n’a pas étonné notre rédaction qui avait anticipé toute cette mascarade. La chose qui nous aura surpris sera à quel point le peuple a pu tomber dans le panneau. Darmanin s’est servi d’Iquioussen pour faire oublier ses responsabilités et de ses piètres résultats en tant que ministre de l’Intérieur.

Le peuple semble manipulable à souhait, même ceux que l’on croyait éveillés. Et ce que l’on a fait à cet homme, alors que le dossier est vide, on peut le faire avec n’importe qui en France, s’acharner sur lui c’est se condamner demain. Attention, la perversité du gouvernement est redoutable.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !