Pédocriminalité : Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux, bientôt totalement libre

Justice, Politique

mise à jour le 13/07/22

L’affaire Dutroux éclate le 15 août 1996, pour le grand public – car Marc Dutroux est fiché comme escroc, ravisseur et violeur d’enfants depuis longtemps par les gendarmes belges, avec lesquels il a passé des accords. Le monde découvre qu’il a aménagé une cave où il garde ses victimes prisonnières. Quatre d’entre elles, An, Eefje, Julie et Mélissa, violées, mourront de mauvais traitements, de faim pour deux d’entre elles.


Laëtitia et Sabine seront libérées in extremis par les enquêteurs du juge Connerotte, qui sera dessaisi plus tard.

L’épouse de Marc Dutroux, Michelle Martin, aura participé activement à la carrière criminelle de son mari. Elle n’était pas une épouse terrorisée, puisque c’est elle qui gardait et « nourrissait » les filles dans leur cage aménagée au sous-sol de la maison de Marcinelle. C’est là que les gendarmes étaient passés, sans rien voir ni entendre, alors que Dutroux avait un casier de pédocriminel long comme le bras.

Nous n’allons pas revenir sur toute l’affaire Dutroux, tentaculaire au possible, mais sur le destin de son ex-femme, qui prendra trente ans de prison lors du procès fleuve de 2004. Elle aura droit à une liberté conditionnelle en 2012, et se réfugiera dans une communauté de religieuses, ce qui lui évitera un éventuel lynchage. Le lynchage aura presque la peau de Michel Lelièvre, le complice vivant de Dutroux (l’autre sera éliminé avant le scandale), qui sera repéré et sévèrement battu après une traque dans la banlieue de Bruxelles. Il aura été plus en sécurité pendant ses vingt-trois ans de prison.

Lire la suite…

partage cet article !