Les climatosceptiques seront privés de recettes publicitaires par Google et YouTube

Environnement, Politique

mise à jour le 08/10/21

Ne pas être d’accord avec le pouvoir profond, c’est pas bon pour les affaires. N’en déplaisent aux chercheurs de vérité et autres aficionados de la liberté d’expression. L’heure est au pangolin responsable du virus, à The Lancet sur le danger de l’hydroxychloroquine, à Michel Cymes le nouveau microbiologiste spécialiste des maladies infectieuses, BHL pour la philosophie et Kev Adams pour le rire. Dans cette logique implacable de la nullité et du mensonge, Google et YouTube changent leurs règles pour lutter contre le climatoscepticisme :

« C’est pourquoi nous annonçons aujourd’hui une nouvelle politique de monétisation pour les annonceurs , les éditeurs et les créateurs YouTube de Google qui interdira les publicités et la monétisation de contenus qui contredisent le consensus scientifique bien établi sur l’existence et les causes du changement climatique. Cela inclut le contenu faisant référence au changement climatique comme un canular ou une arnaque, des allégations niant que les tendances à long terme montrent que le climat mondial se réchauffe et des allégations niant que les émissions de gaz à effet de serre ou l’activité humaine contribuent au changement climatique. »

Quand les puissants de ce monde vous interdisent de regarder dans une direction, c’est souvent vers elle qu’il faut chercher. En attendant une loi qui vous interdira de nier que les émissions de gaz à effet de serre soient l’élément qui contribue au réchauffement climatique, nous vous conseillons vivement de regarder cette émission d’un très haut niveau Pourquoi tant de haine ? n°31 : Le réchauffement climatique – Émission du 13 octobre 2020, avec, entre autre, Camille Veyres, un ancien ingénieur polytechnicien, corps des Mines, Telecom ParisTech, CPA, spécialiste en rayonnement électro-magnétique.

Vous pouvez aller directement à 18 min 56 sec de la vidéo. Attention, la vérité peut parfois faire sourire, tellement le mensonge est gros :

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !