La tartufferie de Biden sur le retrait des troupes américaines d’Afghanistan

29 avril 2021 | Politique, Société

Les forces spéciales, les groupes privés à la solde du Pentagone et les agents du renseignement demeureront

Le mercredi 14 avril, le président Joe Biden a annoncé qu’il mettrait fin à la plus longue guerre des États-Unis et retirerait les troupes américaines de l’Afghanistan à l’occasion du 20e anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre 2001.

« La guerre en Afghanistan n’a jamais été censée être une guerre qui allait impliquer deux générations de soldats américains », a déclaré M. Biden lors de son allocution dans la salle du traité de la Maison-Blanche, l’endroit même où le président George W. Bush avait annoncé le début de la guerre en octobre 2001. « Nous avons été attaqués. Nous sommes partis en guerre avec des objectifs clairs. Nous avons atteint ces objectifs. Ben Laden est mort et al-Qaïda est quasiment éradiqué d’Afghanistan et il est temps de mettre fin à la guerre pour toujours. »

L’affirmation de Biden mettant définitivement fin à la guerre est un mensonge. Comme le rapportait le New York Times, les États-Unis resteraient après le départ officiel des troupes américaines avec une « combinaison douteuse de forces d’opérations spéciales clandestines, de mercenaires du Pentagone et d’agents secrets ».

Leur mission sera de « trouver et d’attaquer les menaces les plus dangereuses d’al-Qaïda ou de l’État islamique », ont déclaré les responsables américains.

Le Times a également rapporté que les États-Unis maintiendront une myriade de bases aériennes dans la région du golfe Persique et en Jordanie, ainsi qu’un grand quartier général aérien au Qatar, qui pourrait fournir une rampe de lancement aux missions en Afghanistan de bombardiers à longue portée ou de drones armés.

Matthew Hoh, un ancien combattant handicapé, qui a démissionné du département d’État en 2009 pour protester contre la guerre, a déclaré qu’un véritable processus de paix en Afghanistan « dépendait du départ de toutes les forces étrangères ».

De plus, M. Hoh a déclaré que « peu importe si les 3500 soldats américains “officiels” quittent l’Afghanistan, larmée américaine sera toujours présente sous la forme de milliers dopérations spéciales et de personnel de la CIA en Afghanistan et dans les environs, des dizaines d’escadrons d’avions d’attaque avec leurs équipages et de drones stationnés sur des bases terrestres et sur des porte-avions dans la région, et des centaines de missiles de croisière à bord de navires et de sous-marins ».

Joe Biden

Mercenaires US : la privatisation de la guerre

La signification de l’annonce du président Biden devient évidente lorsque l’on constate que le Pentagone emploie plus de sept militaires privés pour chaque « militaire officiel » en Afghanistan. Une augmentation d’un « militaire privé » pour chaque militaire sur les dix dernières années.

En janvier, selon un rapport du département de la Défense, plus de 18 000 mercenaires sont restés en Afghanistan, alors que le nombre total de soldats officiels avait été réduit à 2 500.

Ces chiffres reflètent la stratégie du gouvernement américain d’externaliser la guerre au profit de sociétés mercenaires privées, et comme un moyen de mettre de la distance entre la guerre et le public. Ceci permet aussi d’éviter la dissidence et les contestations légitimes, puisque relativement peu de familles américaines seront directement touchées par elle.

La plupart des mercenaires sont d’anciens combattants, bien qu’un faible pourcentage soit des ressortissants de pays tiers qui reçoivent de maigres salaires et effectuent des tâches subalternes pour les militaires.

L’une des plus grandes sociétés mercenaires est DynCorp International de Falls Church en Virginie, qui a reçu plus de 7 milliards de dollars en contrats gouvernementaux pour former l’armée afghane et gérer les bases militaires en Afghanistan.

De 2002 à 2013, DynCorp a reçu 69 % du financement total du département d’État. Le magazine Forbes la qualifié de « l’un des grands gagnants des guerres en Irak et en Afghanistan », les perdants sont presque tous les autres.

Le modèle de la stratégie américaine en Afghanistan est la guerre secrète de 1959-1975 au Laos. La CIA avait travaillé avec des centaines de mercenaires civils qui pilotaient des avions d’observation, dirigeaient des bases terrestres et des stations radar en civil, tout en levant sa propre armée privée parmi les Hmong pour combattre le Pathet Lao pro-communiste.

La CIA et les forces spéciales ont de nouveau tenté de recruter des hommes dans les tribus afghanes mais, comme au Laos, se sont enlisés dans des querelles inter-tribales et religieuses.

Depuis des années, les membres des forces spéciales des États-Unis forment également les forces de sécurité afghanes en tant qu’armée de transition et dirigent des missions de type Phénix, de capture et d’assassinat, qui sont sur le point de se poursuivre, malgré le retrait officiel des troupes.

Mercenaires en Afghanistan

Ce que l’Oncle Sam veut vraiment en Afghanistan

Le faucon de guerre républicain James Inhofe (du parti républicain) a critiqué le plan de retrait de Biden, déclarant qu’il s’agissait d’une « décision imprudente et dangereuse ». Des échéances arbitraires mettraient probablement nos troupes en danger, mettraient en péril tous les progrès que nous avons réalisés et mèneraient à une guerre civile en Afghanistan, et créeraient un terrain fertile pour les terroristes internationaux. »

L’évaluation d’Inhofe est erronée parce que, entre autres raisons, les États-Unis n’ont pas fait beaucoup de progrès en 19 ans de guerre — les talibans, selon le Conseil des relations internationales, sont encore plus fort qu’en 2001 et contrôlent environ un cinquième du pays — et l’Afghanistan n’a jamais vraiment été un terreau fertile au terrorisme international. Les pirates de l’air du 11 septembre venaient surtout d’Arabie saoudite et les talibans ont accepté de livrer Oussama ben Laden à un tribunal international après les attentats du 11 septembre, attentat auquel ils n’ont jamais donné leur appui.

[NDT : Il est à noter qu’on ne touche pas à l’acheteur principal de matériels de guerre, à savoir l’Arabie saoudite, ni à ses princes d’ailleurs, même si l’un d’eux ordonne de découper un journaliste sans se cacher. Idem pour la France...]

James Inhofe

La guerre en Afghanistan va durer indéfiniment, non pas à cause de la menace terroriste — qui est accentuée par la présence militaire des États-Unis —, mais parce que les États-Unis ne vont pas concéder de terrain au Moyen-Orient.

Les États-Unis ont annoncé leur intention de conserver au moins deux bases militaires en Afghanistan après le retrait officiel des troupes et ont établi plus de mille bases pendant la guerre.

L’oncle Sam convoite aussi les richesses minérales des Afghans. Une étude du Service géologique des États-Unis en 2007 a permis de découvrir des gisements minéraux d’une valeur de près de un milliard de dollars : d’énormes gisements de fer, de cuivre, de cobalt, d’or et des métaux industriels critiques comme le lithium, utilisé dans la fabrication de batteries pour ordinateurs portables et des voitures électriques, ont été détectés. Une note de service interne du Pentagone indiquait que l’Afghanistan pourrait devenir l’« Arabie saoudite du lithium ».

En 2001, lorsque les États-Unis ont envahi l’Afghanistan pour la première fois, ils étaient en train d’agrandir leur infrastructure militaire en Asie centrale. L’Afghanistan a fourni un point de passage clé à ce nouveau « eldorado pétrolier », qui contient jusqu’à 200 milliards de barils de pétrole, soit environ dix fois la quantité trouvée dans la mer du Nord et un tiers des réserves totales du golfe Persique.

L’Afghanistan était également considéré à l’époque comme un emplacement clé pour un oléoduc qui transporterait le pétrole de lAsie centrale vers l’océan Indien tout en contournant la Russie.

Dans les années 90, la compagnie pétrolière californienne du Sud, Unocal, a commencé à prendre des mesures topographiques pour construire l’oléoduc, et même à courtiser les talibans. En 2018, un nouveau projet d’oléoduc soutenu par les États-Unis devait transporter du pétrole du Turkménistan vers le nord de l’Inde.

La plus grande crainte des dirigeants américains est qu’un retrait complet des États-Unis d’Afghanistan pourrait faire perdre aux États-Unis une position stratégique face à leurs principaux rivaux géopolitiques, à savoir la Chine et la Russie.

La Chine a récemment augmenté ses échanges commerciaux et ses investissements en Afghanistan — avec lesquels elle partage une frontière — et a cherché à cultiver de meilleures relations avec le gouvernement afghan et les talibans.

Le Premier ministre chinois Xi Jingping et le Président afghan Ashraf Ghani à Kyrgyzstan en juin 2019

La Russie, quant à elle, a rouvert un centre culturel à Kaboul en 2014, reconstruit un centre d’amitié soviétique abandonné, augmenté son personnel d’ambassade, ainsi que les investissements économiques et fourni 10 000 Kalachnikov au gouvernement afghan. Elle a également soutenu des projets de logement afghans et profité des contacts à Kaboul pour renouer les liens avec les intermédiaires tribaux du Nord tout en courtisant discrètement les talibans.

Comme le rapportait un précédent article du site, l’actuel gouvernement afghan dirigé par Ashraf Ghani est en grande partie une création des États-Unis. Ses forces armées sont financées par les États-Unis pour un budget d’environ 4 milliards de dollars par année. Ce soutien va se poursuivre—à moins que le Congrès ne le coupe— et ce, parallèlement aux programmes américains d’aides étrangères à grande échelle qui s’élèvent à près d’un milliard par année.

Les États-Unis veulent garder Ghani au pouvoir ou le remplacer par une autre marionnette qui pourrait les aider à gagner la compétition géopolitique contre la Russie et la Chine, qui n’est guère différente du « grand jeu » du XIXe siècle entre la Grande-Bretagne et la Russie.

Tant que l’empire américain restera intact, la guerre en tant que telle perdurera.

– Source : Biden’s Claim To Be Ending America’s Longest War Misleading (15/04/2021)
– Traduit par Tanguy pour Le Média en 4-4-2