Elie Domota arrêté par la gendarmerie et libéré sous la pression du peuple guadeloupéen

Justice, Politique

mise à jour le 31/12/21

S’il fallait une autre preuve de résistance qui fonctionne, qui fait fléchir le pouvoir de la dictature sanitaire, regardez les vidéos ci-dessous pour vous en convaincre. Le syndicaliste Elie Domota participait à la manifestation du 30 décembre contre les mesures sanitaires la veille de la date butoir du 31 décembre pour la mise en œuvre effective de l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers.


Lors de cette manifestation à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, la gendarmerie décide de lancer des gaz lacrymogènes sur la manifestation, alors que celle-ci se passait pacifiquement. Loin d’être impressionnés, les Guadeloupéens décident de passer le barrage, les mains levées, afin d’exprimer leur non-violence. C’est à ce moment-là que les forces de l’ordre gazent en plein visage et décident d’arrêter une personne. Ce sera Elie Domota. Au rond-point de Petit Pérou aux Abymes, il est mis à terre, menotté. Les yeux brûlés par les gaz, le syndicaliste sera emmené en détention. Le responsable du collectif LKP est accusé de violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique, bien que les images prises par la chaîne de télévision Canal 10 montrent le contraire.

Le Communiqué de presse de l’UGTG par la voix de sa secrétaire générale Maïté Hubert M’Toumo dénonce : « Ce jeudi 30 décembre 2021, notre dirigeant Elie Domota — ancien secrétaire général de I’UGTG, porte-parole du LKP — a été agressé par la gendarmerie, à Petit- Pérou. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène, tiré en plein visage, alors qu’il était dans une manifestation pacifique, sur la voie publique. II s’agit là d’une atteinte grave à une liberté fondamentale qu’est le droit de faire grève. L’UGTG considère que L’arrestation d’EIie Domota est une provocation. L’UGTG demande à tous les adhérents et militants de renforcer les piquets de grève ! »

L’arrestation du leader LKP aura pour conséquence de nouveaux barrages érigés, comme ici à Pointe-à-Pitre. Les manifestants déterminés à faire libérer leur camarade décident de se rendre au commissariat. Face à l’attroupement et à la pression, le parquet de Pointe-à-Pitre, par son procureur, communique sur Twitter : « La garde à vue de M. Elie Domota a été levée. L’intéressé est convoqué devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre le 7 avril 2022. » Explosion de joie devant le commissariat de Pointe-à-Pitre à la sortie de prison d’Elie Domota. Une foule à perte de vue chante la victoire d’une libération qui a des airs de bataille gagnée haut les mains.

Le peuple guadeloupéen réussit un coup de force en faisant plier les autorités françaises. Une déculottée qui démontre, à la veille de l’obligation vaccinale sur l’île, que la lutte gagne encore des points et pas des moindres.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !