Sous pression, Gérard Depardieu dénonce les « folles dérives inacceptables » de Vladimir Poutine

Art, Justice

mise à jour le 02/04/22

Pourtant proche de Vladimir Poutine au point d’avoir obtenu la nationalité russe en 2013 pour échapper à l’impôt en France, Gérard Depardieu dénonce à présent le chef du Kremlin comme coupable de « folles dérives inadmissibles ». BFMTV (Patrick Drahi ), Télé7jours (Daniel Kretinsky), Télé-Loisirs (Bolloré), 20mn (Crédit Agricole), Le Dauphiné (Crédit Mutuel), Nice-Matin (Lagardère), s’empressent de diffuser sa sortie.

Pourquoi celui qui déclarait aux journalistes qu’il aimait Poutine, qu’il n’était pas un monstre et que les Russes aimaient beaucoup leur président, a-t-il tourné casaque ?

L’acteur français Gérard Depardieu recevant son passeport des autorités russes

La star française habituée à prendre le contre-pied de la majorité bien-pensante préfère s’aligner avec les États-Unis et tirer à boulets rouges sur Poutine. Mais pour François Bousquet (vidéo ci-dessous), l’attitude de Gérard est due à la pression exercée dans le métier : « Gérard Depardieu ne se désolidarise pas de Poutine. S’il s’en dédit aujourd’hui, c’est qu’il a une forte pression de l’entourage et des milieux du théâtre. » Gégé annonce reverser les recettes de ses trois concerts aux « victimes ukrainiennes ». C’est le prix à payer.

Début mars, son récital à l’Anthéa d’Antibes avait été reporté à fin mai en attendant un apaisement de la situation en Ukraine. A contrario « Le Théâtre des Champs-Élysées maintient le spectacle de Gérard Depardieu ce week-end », titre Le Figaro. Pourquoi ce qui valait à Antibes ne vaut plus pour Paris ? « La Russie et l’Ukraine ont toujours été des pays frères. Je suis contre cette guerre fratricide. Je dis : “Arrêtez les armes et négociez !” » avait déclaré Depardieu le 1er mars. Une déclaration sans reniement de ses convictions et de ses amitiés, qui a suffi à la direction du Théâtre des Champs-Élysées : « Nous avons alors décidé de maintenir son spectacle » — tout en déprogrammant le pianiste Denis Matsuev, qui devait jouer le 31 mai Petrouchka de Stravinsky, et le chef d’orchestre Valery Gergiev qui, moins souple que Gérard , a refusé de plaider publiquement pour une « solution pacifique » au conflit.

Il faut croire que cela n’a pas suffi, la Justice a fait pression, le 10 mars 2022, en mettant en examen Gérard Depardieu pour des faits qui datent de 2018. Quant au gestionnaire du Théâtre des Champs-Élysées, il n’a sans doute rien à refuser à son propriétaire, la Caisse des dépôts et consignations. Par prudence, Gérard en a donc rajouté une couche en parlant des « folles dérives inacceptables » de Vladimir Poutine.

Depardieu le sait bien, un acteur qui soutient Poutine est un acteur qui finira au chômage, boycotté, lynché. Le courage a ses limites selon ce qu’on a à perdre. Le courage du pauvre est le plus accessible, pour les autres il y a Matthieu 19:24.

De son côté, l’attaché de presse du président russe, Dmitri Peskov, souligne que les déclarations critiques de l’acteur français Gérard Depardieu sur l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine sont liées à son incompréhension de la situation dans son ensemble : « Il ne comprend pas ce qui s’est passé en Ukraine en 2014, il ne comprend pas ce que sont les accords de Minsk, il ne comprend pas ce que sont Donetsk et Lougansk. […] Si nécessaire, nous sommes prêts à lui dire tout cela et à lui expliquer pour qu’il comprenne mieux. »

Le Média en 4-4-2

partage cet article !