Alexandra Henrion-Caude, docteur en génétique, alerte sur le danger de la 4e dose pour les femmes enceintes !

Santé

mise à jour le 22/06/22

Alexandra Henrion-Caude est docteur en génétique. Elle a été directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker jusqu’en 2018. Elle lance un appel sur Twitter afin d’alerter les femmes et les hommes sur le danger de la vaccination concernant la fertilité.

En Israël, 10 % des femmes rapportent des cycles menstruels irréguliers après la 3e dose de vaccin (étude du ministère israélien de la Santé). En matière de santé publique, il convient donc d’arrêter ces injections et sans tergiverser !

Vacciner les femmes enceintes est une folie absolue

Un collectif international de médecins mène le même combat. « Vacciner les femmes enceintes est une folie absolue », ainsi commence sa lettre ouverte du 8 mai 2022 au Conseil de l’Ordre. Ses arguments, clairs et sourcés, s’opposent au vide des déclarations officielles dogmatiques :

– La durée des tests sur les vaccins n’a été que de 6 mois au lieu de 9-15 ans habituels,
– Certaines étapes cruciales des tests ont été absentes (dont les tests sur animaux),
– Jamais aucun vaccin ARNm n’a été mis sur le marché à cause de 30 ans d’essais ratés,
– Quasiment tous les médicaments sont interdits aux femmes enceintes, même les plus courants et les plus éprouvés.
– Pfizer n’a pas testé son produit sur les femmes enceintes et n’a même pas fini les tests de phase 3 qui précèdent normalement la mise sur le marché.
– Pfizer ne recommande pas la vaccination des femmes enceintes, au contraire de l’OMS, l’ANSM.
– Les études sur des anomalies foetales n’ont pas été faites et la FDA demande une étude à Pfizer pour 2025.
 Pfizer reconnaît ne pas connaître les effets sur les femmes enceintes (p. 118).

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !