Après la muselière, le collier de « distanciation sociale »

Santé, Science et technologie

mise à jour le 24/01/22

Après la muselière qui fait office de masque, voici la laisse qui nous tient à distance de nos collègues. L’histoire ne dit pas si une décharge électrique est envoyée afin de faire taire les ouvriers s’ils parlent trop fort !

En France, les ouvriers des usines Essity ont qualifié les « colliers pour chiens » destinés à appliquer une rigoureuse distanciation sociale d’atteinte à la liberté individuelle, car les employeurs tentent de leur faire porter des dispositifs rigoureux pour faire respecter les restrictions au travail.

Les colliers d’alarme émettent un bruit et s’allument si les travailleurs s’approchent à moins de deux mètres les uns des autres, mais ils ont été critiqués par un syndicat d’« infantilisation » des salariés.

Les alarmes devraient être introduites par la société d’hygiène Essity, qui souhaite que ses salariés les portent autour du cou.

Le syndicat CFDT a déclaré à l’AFP qu’il s’agit « d’un système comparable à ceux qui tentent de dissuader les chiens d’aboyer ».

Christine Duguet, représentante syndicale de la CFDT, a suggéré que les appareils « finiront dans les poubelles ou resteront dans un placard », ajoutant « C’est un non-sens total ».

Mme Duguet s’est également inquiétée du fait que l’entreprise tenterait de maintenir le système en place comme « mesure de sécurité » même après la fin de la pandémie.

Le dispositif est fabriqué par une société belge appelée Phi Data, qui propose également un dispositif similaire pouvant être activé par le porteur s’il sent que quelqu’un s’approche trop près de lui.

Qu’est-il arrivé aux humains ? 

Lire la suite de l’article…

partage cet article !