Qui sont les présidents de l’Assemblée nationale payés 13 263,30 € ?

Politique

mise à jour le 28/07/22

Quatrième personnage de l’État, le président de l’Assemblée nationale joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’Assemblée et dans la vie politique française. Dans l’hémicycle, il a pour mission de conduire les débats et de veiller au respect du règlement. Il contrôle les temps de parole des orateurs et veille à la bonne tenue des débats. Autrement dit, c’est du sérieux, à la hauteur de son salaire  de 13 263,30 € auxquels peuvent s’ajouter des indemnités — dont le montant n’est pas public.


Yaël Braun-Pivet, la nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en 2022, avait déjà donné une idée de la démocratie macronienne, en 2018, en tant que co-rapporteur de la commission d’enquête sur l’affaire Benalla. Guillaume Larrivé, autre rapporteur, démissionne quatre jours après le début des auditions. Il estime que la commission d’enquête est devenue une parodie avec des auditions bâclées, des pièces non demandées et des travaux empêchés.

Plusieurs députés accusent Yaël Braun-Pivet de protéger l’Élysée, l’Insoumis Alexis Corbière la qualifiant de Benalla de l’Assemblée nationale. Elle clôt la commission d’enquête sans produire de rapport, alors même que les députés s’étaient donné vingt jours de plus pour mener l’enquête. Veille-t-elle vraiment à la bonne tenue des débats ? Elle rembarre, coupe la parole (voir vidéo ci-dessous).

Richard Ferrand a été président de l’Assemblée nationale de 2018 à 2022. Un député peut être mis en examen dans les mêmes conditions que n’importe quel citoyen pour tous les actes qui ne sont pas directement liés à l’exercice de son mandat. C’est ce qui lui est arrivé.

Accusé de prise illégale d’intérêt dans l’affaire des Mutuelles du Mans, il s’en est tiré avec la prescription. Et comment s’en est-il tiré dans l’hémicycle (voir vidéo ci-dessous) ?

François de Rugy, président de l’Assemblée de 2017 à 2018. Ministre de la Transition écologique, il a mené grand train aux frais du contribuable. Il a eu droit à un traitement médiatique féroce de la part de Médiapart.

Il s’est trouvé incapable de justifier l’utilisation de ses frais de mandat de député. Un parcours chaotique, à l’instar de sa présidence de l’Assemblée (voir vidéo ci-dessous).

Jacqueline pour Le média en 4-4-2.

partage cet article !