Loïk Le Priol, « Babtou solide », est soupçonné d’avoir abattu le rugbyman Federico Aramburu

Faits-divers

mise à jour le 20/03/22

Abattu froidement pour un motif dérisoire, le rugbyman argentin Federico Martin-Aramburu, ancien joueur de Biarritz, est décédé samedi 19 mars, tué par balles boulevard Saint-Germain dans le VIe arrondissement de Paris.


Venu assister au match France-Angleterre dans la capitale, l’ex-international de 42 ans et son ancien coéquipier, Shaun Hegarty, se trouvaient dans une brasserie du boulevard Saint-Germain, le Mabillon. Un différend éclate entre eux et un autre groupe. Le motif semble futile. Des videurs interviennent pour mettre fin aux hostilités et tout le monde repart à ses occupations. Sauf que l’histoire est tout sauf terminée.

Alors que les rugbymen rejoignent leur hôtel, une Jeep avec à son bord un homme et une femme s’approche et tire, en direction des deux hommes, deux coups de feu qui n’atteindront pas les rugbymen. Apparemment déterminé, un individu saisit l’arme dans le véhicule et poursuit l’Argentin à pied. Il tirera à bout portant, à six reprises. Touché au cou et à la colonne vertébrale, Federico Martin-Aramburu, marié et père de trois enfants, ne survivra pas.

Une enquête est ouverte pour assassinat. Le suspect, Loïk le Priol, ancien membre du GUD (Groupe Union Défense), qui avait lancé sa ligne de vêtement « Babtou solide« , un homme défavorablement connu des services de police. Il était en liberté, alors qu’il a été jugé en 2021 pour avoir participé à des séances de torture contre son ancien chef du GUD.

Image Facebook de Babtou Solide avec le commentaire suivant : « Les Armes sont les bijoux des hommes. »

En abattant un père de famille, les membres survitaminés, adeptes des armes à feu, de l’extrême droite la plus bête du monde deviennent les racailles qu’ils disent vouloir combattre.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !