Interview 4-4-2 – Les Jardins du Partage

mise à jour le 01/04/22

Au cœur de notre société qui pousse à la numérisation et à l’individualisme pour toujours plus de contrôle déshumanisé, Les Jardins du Partage, créés par Jeffrey et Yoann, font figure d’oasis de liberté, d’ellipse poétique au beau milieu de la barbarie ambiante. Partons aux quatre coins de la France à la découverte de ces cinq terrains hors norme au service de l’autonomie pour tous. Une fois n’est pas coutume, cette interview en 4-4-2 est intramuros. Elle est cependant pleinement ouverte sur le monde.


Le Média en 4-4-2 : Bonjour Yoann, bonjour Jeffrey et merci de répondre à mes questions. Pourriez-vous chacun vous présenter ? Décrire votre parcours et ce que vous faites aujourd’hui.

Yoann : Tout d’abord, merci cher collègue du 4-4-2 de nous donner la parole ! Pour ma part, j’approche de la quarantaine, je suis un Finistérien exilé dans la région nantaise (pour fuir le mauvais temps…) et j’ai rejoint sans hésiter l’équipe de Marcel D. en novembre 2020, un mois avant l’ouverture du site internet. Après avoir au tout début filé un coup de main sur les réseaux sociaux du 4-4-2, je me suis rapidement lancé sur les interviews écrites qui m’ont permis de rencontrer plein de personnes passionnantes… Et c’est au 4-4-2 que j’ai connu Jeffrey qui a intégré notre équipe, quelques mois après moi il me semble.

Jeffrey : En effet, merci à toi Thomas de prendre ce temps, nous savons que trop qu’il se fait rare lorsque nous sommes engagés. Que dire pour rester synthétique ? J’approche tout comme Yoann de la quarantaine, je suis graphiste de métier, en reconversion dans le maraîchage, un virage à 180° pour mettre ces connaissances à contribution de projets, dont Les Jardins du Partage. Pour reprendre les mots de l’abbé Pierre, une de mes plus grandes inspirations, mon combat se dirige avant tout vers les sans voix, pour en avoir fait partie. C’est une des raisons qui inspirent cette démarche, ce projet, rendre accessible des alternatives de vie à tous, dont l’autonomie et l’indépendance, sans que leur situation financière ne détermine ce à quoi ils pourraient avoir accès. Je suis ravi de pouvoir porter ce projet avec Yoann, sans qui il n’aurait jamais vu le jour.

Le Média en 4-4-2 : Justement en parlant d’autonomie pour tous, pourriez-vous nous parler des Jardins du Partage ?

Jeffrey : Les Jardins du Partage c’est la somme d’un engagement et d’un parcours de vie, de valeurs, de principes et d’éthique, pour contribuer au changement par l’exemple. Je me suis inspiré des jardins familiaux dit ouvriers, qui se sont multipliés de façon exponentielles après guerre, pour la mise en potager des terres par solidarité. À l’heure actuelle beaucoup parlent de l’autonomie comme une alternative accessible qui reposerait sur notre capacité à choisir, mais est-ce aussi simple que de le dire ? Nous concernant nous souhaitons mettre ces terrains à disposition de ceux qui n’en auraient jamais eu les moyens, par le biais d’un contrat à prêt d’usage et comme le disait Yoann, nous aimerions en acquérir cinq, dont le dernier sera offert à une famille qui n’aurait jamais pu espérer acquérir un bien. L’autonomie ça vient après, car elle découle de la solidarité, du commun, du partage, des connaissances, de l’entraide et de la volonté. Nous nous attacherons à rendre l’ensemble de ces liens possible et Les Jardins du Partage, c’est tout ça à la fois, mais surtout une page vierge dont chaque bénéficiaire deviendra l’auteur, pour que ce projet ne soit pas uniquement la projection de l’idée que nous nous en faisons, mais qu’il soit à l’image de ceux à qui il est destiné.

Yoann : Que puis-je ajouter de plus ? Autour de nous, nous voyons que les situations de précarité se multiplient. Cela entre complètement en dissonance avec nos valeurs de partage et d’entraide, de l’image que nous nous faisons d’un monde sain et équilibré. Nous avons donc imaginé Les Jardins du Partage, un projet permettant aux gens de retisser du lien et de leur permettre de renouer avec des valeurs qui leur tiennent aussi à cœur. Quelques exemples parmi tant d’autres : nous mettrons en place un potager partagé. Les parents jardiniers pourront s’y rendre avec leurs enfants ; ceux-ci auront de quoi s’amuser sur place grâce à des activités mises à leur disposition comme par exemple des jeux de société résultant de dons ou trouvés en recyclerie. Davantage de solidarité se fera jour en proposant des cabanes ou boîtes à don directement sur le terrain et aussi en organisant des journées du troc, opportunité là encore de tisser des liens entre nous.

« Mettre ces terrains à disposition de ceux qui n’en auraient jamais eu les moyens »

Le Media en 4-4-2 : Cela laisse rêveur. Sur le plan concret, comment seront gérés ces terrains ? L’entretien quotidien ? Les développements sur le plus long terme ?

Yoann : Nous allons proposer aux habitants proches de ces terrains d’en prendre possession si on peut dire, c’est à dire de s’y investir à travers les activités que je viens d’évoquer. Cela garantira donc un « entretien quotidien » ! Nous établirons une charte pour être sûrs que celles et ceux qui profiteront de ces terrains soient dans la même philosophie que nous et partagent les mêmes valeurs.

Jeffrey : Yoann a bien résumé la démarche. Pour compléter sur comment seront gérés ces terrains, j’aimerais tant, en effet, que nous puissions en parler ainsi, dans l’idée que cela est d’ores et déjà une réalité. Seul l’avenir nous dira si cette initiative a rencontré le succès escompté et nous ferons tout pour que cela se produise, sans avoir prise sur l’enthousiasme que tout un chacun pourrait lui accorder. Concernant le long terme, ce projet restera tel qu’annoncé, tel que promis, au service de ceux qui souhaiteront en bénéficier. Il n’y aura pas pour autant quelconque obligation d’usage, le prêt sera acté et nous ferons sûrement un point avec chaque bénéficiaire plusieurs fois par an, pour voir quels sont les points positifs et les difficultés rencontrées pour y répondre et nous adapter. Notre soutien restera, quoi qu’il en soit, présent pour eux, bien que l’objectif ne soit pas de contrôler mais, bien au contraire, d’offrir un lieu d’indépendance. Il y aura donc très certainement des évolutions, mais toujours au service des différents bénéficiaires des Jardins du Partage, telle est notre volonté.

« C’est une aventure collective et on espère qu’un maximum de personnes va nous rejoindre pour que ce projet devienne aussi le leur ! »

Le Media en 4-4-2: Vous avez atteint votre premier objectif de financement participatif sur Ulule le 16 décembre 2021. Félicitations! Qu’est ce que vous ressentez ?

Jeffrey : Merci Thomas ! Le premier objectif était d’atteindre les 2 000 €. C’est avec enthousiasme que nous abordons la seconde phase avec pour objectif d’atteindre 4 000 €, soit la somme dont nous aurons besoin pour prendre en charge l’expédition des contre-parties et l’achat du premier terrain. La dernière phase a, elle, pour objectif d’atteindre 6 000 € ce qui nous permettra d’acquérir, en plus du premier terrain, le nécessaire pour le réhabiliter et l’équiper. Nous portons une profonde reconnaissance envers celles et ceux qui soutiennent ce projet, et en même temps cela implique une grande responsabilité, celle d’être à la hauteur de l’espoir suscité. Nous sommes cependant rassurés de savoir que nous pourrons au moins aider une association si nous ne parvenons pas à atteindre nos objectifs, donc peu importe la finalité, à ce stade nous avons déjà accompli quelque chose de grand.

Yoann : On ne remerciera jamais assez tous ceux et celles qui ont contribué et partagé ce projet. C’est d’ailleurs une aventure collective et on espère bien entendu qu’un maximum de personnes va nous rejoindre pour que ce projet devienne aussi le leur !

Le Media en 4-4-2 : Vous avez pensé à des contributions pour remercier les donateurs. Pouvez-vous nous en dire plus sur la forme qu’elles prendront ?

Jeffrey : Nous sommes partis du principe que nous ne pouvions pas déroger aux contre-parties pour offrir la possibilité à chaque contributeur, de recevoir en l’occurrence une ou plusieurs cartes en édition limitée. Je suis graphiste et illustrateur de métier, engagé dans le militantisme depuis trois ans. Il s’est alors présenté comme une évidence de mettre à l’honneur de grands lanceurs d’alerte, en réalisant leur portrait accompagné d’une biographie au verso. Nous tenions également à ce que les supports soient d’une grande qualité d’impression pour des tirages limités, qui ne seront jamais diffusés sur le web en haute résolution, pour conserver l’aspect « privilège » et collector de la démarche. Pour les quatre autres appels aux dons, quatre autres séries en éditions limitées seront réalisées.

« Contribuer au changement par l’exemple et l’exemplarité, non par l’exigence d’adhérer à une norme »

Le Média en 4-4-2 : Avez-vous déjà décidé où sera votre premier terrain et le nom du lanceur d’alerte qu’il portera ?

Yoann : Tout cela dépendra de la somme récoltée ! Si celle-ci est faible, notre terrain sera forcément reculé dans la campagne, ce qui n’est pas plus mal, mais cela nous éloigne des zones habitées et donc des personnes à qui on souhaite faire profiter du terrain. Il nous reste encore trois semaines pour faire grimper la cagnotte, d’autant plus qu’une partie de celle-ci sera consacrée à l’achat de matériel pour équiper ce premier terrain. Celui-ci portera le nom du lanceur d’alerte qui aura été le plus demandé au niveau des contributions. Indice : pour l’instant, celui qui est le plus demandé est français…

Jeffrey : C’est tout à fait ça, tout dépendra dans un premier temps, du soutien et de la mobilisation dont feront l’objet Les Jardins du Partage. L’objectif final est d’acquérir cinq terrains pour couvrir les extrémités et le centre du territoire, donc au final connaître sa zone géographique n’est pas si crucial, dans la mesure où son acquisition permettra d’enclencher l’ADN du projet, soit de mettre ces terrains au service du bien commun. Pourquoi pas en cas de succès, convier les contributeurs à voter l’emplacement du premier lieu ? Ce projet est le nôtre, non au sens d’un « je » multiplié par deux, mais au sens du collectif, du bien commun, et si nous souhaitons être cohérents avec les valeurs que nous défendons, c’est une solution démocratique qui peut être proposée. C’est d’ailleurs ce qui est passionnant dans ce projet, l’idée qu’il ouvre un véritable champ des possibles, non seulement au service d’une cause mais également à celui d’un mode de fonctionnement horizontal où la responsabilité et l’engagement individuels se veulent être au service du bien commun. Un moyen de contribuer au changement par l’exemple et l’exemplarité, non par l’exigence d’adhérer à une norme.

Le Media en 4-4-2 : Comment allez vous acquérir les quatre autres terrains ? Par d’autres campagnes de financement participatif ?

Yoann : Si nous atteignons une somme suffisante pour l’achat ET l’équipement d’un terrain, nous pourrons faire nos preuves et les partager sur nos réseaux sociaux (Twitter et Telegram). Alors, nous pourrons lancer une seconde cagnotte pour un second terrain et ce projet sera alors plus explicite que le premier puisque nous aurons des vidéos, photos et témoignages à apporter !

Jeffrey : C’est en effet ici que tout se joue, puisque l’acquisition des quatre autres terrains des Jardins du Partage repose sur le succès du premier appel au don. Si nous atteignons ce premier objectif, les prochaines campagnes de financement reposeront sur le même principe, un appel aux dons avec des contre-parties.

Le Media en 4-4-2 : Comment vous projetez-vous dans un avenir proche ? A quel stade en seront Les Jardins du Partage dans six mois ? Dans un an ?

Yoann : La recherche du premier terrain débutera en février dès que nous aurons récupéré la cagnotte Ulule. Nous avons commencé à prospecter pour ce premier terrain, mais il est évidemment compliqué de se projeter quand on ne connaît pas précisément le budget ! Dans six mois, j’espère que ce premier terrain sera acheté et aménagé pour profiter des beaux jours ; dans un an, la cagnotte pour le second sera peut-être en cours ?

« Le terme « Partage » est l’essence et la nature du projet »

Le Media en 4-4-2 : Et à plus long terme ? Dans cinq ans ?

Jeffrey : Si nous nous projetons sur du long terme à travers le prisme d’une éventuelle réussite, la suite sera, nous l’espérons, l’acquisition d’un bien immobilier comme un corps de ferme, au service d’un projet de plus grande ampleur. La création d’une association d’insertion sera envisagée, dont Les Jardins du Partage en seront l’extension. L’objectif restera le même, contribuer à des missions d’intérêt général et à notre souveraineté de sol, pour que nos terres ne soient plus uniquement captées par les plus privilégiés au service d’intérêts individuels. Le terme « Partage » n’est pas juste un mot synonyme de démagogie, il est au contraire, l’essence et la nature du projet.

Le Media en 4-4-2 : Pour finir, auriez-vous un conseil ou un dernier mot pour nos lecteurs?

Jeffrey : Si j’avais un conseil, il serait d’inciter chaque personne qui lira cet échange et que je remercie d’y avoir consacré du temps, de soutenir les projets qui s’ancrent dans le réel et qui n’ont pas vocation au profit, de les soutenir ou d’en devenir les acteurs, de participer et de contribuer à ce changement que nous attendons tous et qui n’arrivera que si nous associons les actes aux mots. Un grand merci à vous, à toi Thomas et à Yoann, pour vous engager à mes côtés dans un projet qui je l’espère, verra le jour grâce au soutien de personnes au bon cœur.

Yoann : C’est toujours embêtant de passer après Jeffrey dans ce genre de question parce que tout est dit, et très bien dit… Je vais tout simplement remercier tous ceux qui croient en ce projet et ceux qui vont nous rejoindre dans cette aventure. J’invite tous les curieux à visiter notre page Ulule pour en savoir plus et/ou à nous contacter via nos réseaux sociaux : nous vous répondrons avec grand plaisir ! Et merci à toute l’équipe du 4-4-2 d’avoir permis aux Jardins du Partage de s’exprimer.

  • Propos recueillis par Thomas pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !