Facture de gaz multipliée par dix : Fermeture de l’usine de Custines, 32 licenciements

Économie

mise à jour le 26/09/22

Alors que le président Macron trouve dans les poches des Français de quoi donner un milliard d’euros au président ukrainien Zelensky pour faire la guerre, et promet de verser 1,6 milliard d’euros à Bill Gates, les 32 salariés de la forge de Custines, eux, expérimentent la fin de l’abondance annoncée par le chef de l’État.


L’usine spécialisée dans les alliages va fermer. Ses 32 salariés en CDI vont devoir plier bagage à cause de l’augmentation du prix du gaz multiplié par 10. Pour Yohann Claudon, représentant du personnel Force ouvrière « A cause du prix du gaz, il faut aussi bien comprendre que nous avons été obligés d’augmenter les coûts de fabrication. » La décision de fermer l’usine a été prise le mardi 20 septembre 2022 et c’est en décembre que l’aventure s’arrête pour les salariés qui, pour certains, ont plus de trente ans d’ancienneté.

La société Lebronze alloys, propriétaire des forges de Custine, avait lancé un projet d’investissement pour produire des alliages d’une épaisseur de moins de 100µm. Ces produits ont principalement des applications dans l’électronique de précision, tels les composants de smartphones. La stratégie du groupe rend ses besoins en financement importants. Lebronze alloys investit, en moyenne, 20 millions d’euros chaque année, dont le tiers en recherche et développement. Pourquoi Emmanuel Macron préfère-t-il se glorifier d’investir une grande partie de 5,7 milliards d’euros dans la construction de l’usine de semi-conducteurs pour véhicules électriques STMicroelectronics ? Cette entreprise n’est pas française. Elle appartient au groupe franco-italien ST et à l’Américain GlobalFoundries. Il paraît pourtant que cette décision s’inscrit dans l’orientation de la Commission européenne de renforcer la souveraineté de l’Europe dans la fabrication des puces. De plus, en France est prévu un plan de plus de 5 milliards d’euros de soutien à la filière microélectronique.

Pourquoi fermer l’usine ? La preuve par les banques

En 2018, Lebronze alloys accueille à son capital, à hauteur de moins de 20 %, la Société Générale Capital Partenaires (SGCP), la BNP Paribas Développement et la Bpifrance (Banque publique d’investissement). Cette opération a pour objectif d’accompagner la croissance du groupe qui ambitionne de devenir le leader mondial sur son marché. Tout allait pour le mieux jusqu’à un 20 février 2022, début de la guerre en Ukraine. Les actions des banques dévissent (voir graphiques ci-dessous). Et cela continue. Au point que Le Haut conseil de stabilité financière envisage un renforcement des fonds propres des banques françaises à partir de décembre, juste au moment où l’usine de la forge de Custine ferme — quelle coïncidence !

D’autres entreprises sont dans le même cas que l’usine de Meurthe-et-Moselle, les moyennes entreprises vont toutes disparaître sous le regard du gouvernement qui ne compte pas bouger le petit doigt.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !