Wokisme : Une fille de 13 ans devient secrètement un garçon avec l’aide des enseignants et à l’insu des parents

Faits-divers, Justice

mise à jour le 04/01/23

Dans le Maine, l'école de Damariscotta a entamé, à l'insu des parents, une transition de genre sur une élève de 13 ans. Une plainte est déposée contre cet abus.

C’est un véritable cauchemar ! Selon The Epoch Time, un enseignant et un conseiller scolaire d’une école du Maine aux États-Unis ont donné un « serre-poitrine » — qui est un accessoire utilisé pour compresser la poitrine et donner l’apparence d’une silhouette plus masculine —, à une adolescente de 13 ans qui avait déclaré être un garçon, sans en informer ses parents.


Sa mère, Amber Lavigne, a découvert l’appareil dans la chambre de sa fille et la jeune fille a avoué qu’un travailleur social de l’école, Sam Roy, avait changé son prénom et lui avait demandé de ne rien dire à ses parents, ce qui a causé « stress, anxiété et dépression » à la jeune fille.

Des études ont suggéré que les serre-poitrine peuvent causer des douleurs au dos, des difficultés respiratoires, des douleurs thoraciques, des problèmes de peau et des fractures de côtes. Amber Lavigne a exprimé sa préoccupation aux responsables de l’école, mais ceux-ci ont refusé de lui fournir les notes des réunions entre le travailleur social et sa fille.

Lors de la réunion du conseil scolaire, Amber Lavigne s’est adressée en larmes aux responsables de l’école et a décrit le mal que l’école avait causé à sa famille. « Une assistante sociale de l’école a encouragé une élève à garder un secret envers ses parents. C’est la définition même de la préparation à la prédation sexuelle d’enfants. Les prédateurs s’efforcent de gagner la confiance des victimes en creusant un fossé entre elles et leurs parents. Les lois, les politiques et la confiance des parents ont été enfreintes. Aucun autre parent ne devrait avoir à vivre le traumatisme et la détresse que cela a causé à ma famille », a-t-elle déclarée.

Le travailleur social en question est Sam Roy, un étudiant diplômé de l’université du Maine de 26 ans qui détient une licence conditionnelle de l’État du Maine pour travailler en tant que travailleur social. Selon sa page LinkedIn, Roy a servi en 2016 en tant que responsable des relations publiques pour la « Wilde Stein : Queer Straight Alliance » qui est une organisation étudiante visant à faire connaître et accepter la sexualité, le genre et la communauté LGBTQIA+ sur le campus de l’université du Maine.

Capture d'écran de la page LinkedIn du travailleur social Sam Roy
Capture d’écran de la page LinkedIn du travailleur social Sam Roy

La maman a déposé une plainte contre Roy auprès de l’Office of Professional and Occupational Regulation du Maine et a l’intention de déposer une plainte auprès de la Maine Human Rights Commission. Elle et son avocat ont refusé de faire d’autres commentaires à The Epoch Times en raison de leurs projets de déposer une plainte.

Le Média en 4-4-2.


Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous ne recevons aucune aide de la part de l’État français ou de tout autre gouvernement étranger, nous ne sommes pas soutenus par la publicité et n’avons pas de mécène qui nous finance avec des millions. Nous sommes un média créé par le peuple et pour le peuple. Nous sommes une organisation indépendante. Notre seul objectif est de servir la communauté sans être influencés par des intérêts extérieurs.

Notre indépendance a un coût et nous sommes entièrement financés par les dons de personnes comme vous. Si vous appréciez notre travail et que vous souhaitez nous aider à continuer à offrir une information de qualité, nous vous invitons à faire un don.

Votre contribution, quelle que soit sa taille, nous permettra de couvrir des sujets importants qui peuvent parfois être ignorés par les médias traditionnels. Grâce à votre soutien, nous pourrons continuer à être un média créé par le peuple et pour le peuple.

Nous espérons sincèrement que vous serez en mesure de nous soutenir dans notre mission et nous vous remercions de tout cœur pour votre générosité.

Pour nous soutenir financièrement :

De l’équipe du Média en 4-4-2.


 

partage cet article !