L’ancien officier de la CIA Philip Giraldi alerte sur une famine massive

Économie, Politique

mise à jour le 22/05/22

Dans un passé récent, un officier de la CIA — aujourd’hui un consultant politique bien connu en Amérique — Philip Giraldi, ne doute pas une seconde que seuls les participants les mieux préparés survivront à la guerre alimentaire à venir. « Je pense que oui, il y aura la faim. Mais cela se fera de manière sélective. Cela viendra là où l’infrastructure ou les conditions de l’agriculture ne permettront pas de trouver d’autres sources de nourriture. »


Cette semaine, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé à un assouplissement des sanctions contre la Russie en échange de livraisons de céréales en provenance de Russie et d’Ukraine. Sinon, selon l’homme politique, le monde sera inévitablement confronté à la faim.

La famine est déjà une réalité

La menace de famine a été sérieusement discutée après que les autorités indiennes ont interdit l’exportation de blé. La chaleur qui s’est installée dans la région a anéanti tout espoir de récolte. Après l’interdiction d’exportation, près de deux millions de tonnes de céréales sont restées bloquées dans les ports indiens. Mais le pain en provenance d’Inde était très attendu, par exemple en Égypte et dans d’autres pays africains, où les approvisionnements en céréales en provenance d’Ukraine étaient importés d’habitude.

L’influent magazine britannique The Economist effraie également ses abonnés avec la menace de la faim. À l’échelle mondiale, le nombre de ceux qui n’ont pas assez de nourriture a augmenté de près d’un demi-milliard depuis le début de la crise ukrainienne.

En Ukraine, sans lieux de stockage, la future récolte risque de pourrir

Auparavant, la Russie et l’Ukraine assuraient près de 30 % du commerce mondial du blé. Presque la même quantité a été fournie avec de l’orge, 15 % de maïs et la part d’huile de tournesol a même atteint 75 %. Si les approvisionnements ne reprennent pas, des centaines de millions de personnes pourraient tomber sous le seuil de pauvreté, avertissent les experts de la publication. Dans le même temps, en Ukraine, les silos qui restent sont maintenant pleins de céréales qui ne peuvent pas être sorties, et les agriculteurs n’ont nulle part où stocker la future récolte, qui peut tout simplement pourrir.

Traduction Le Média en 4-4-2 : Бывший офицер ЦРУ назвал страны, где наступит массовый голод

partage cet article !