Nigeria : des dizaines de morts lors de l’attaque de l’église Saint-François à Owo

Faits-divers, Religion

mise à jour le 07/06/22

Ce dimanche 5 juin, jour de Pentecôte, des hommes armés ont attaqué les fidèles pendant la messe dans l’église catholique Saint-François à Owo (État d’Ondo). Il y aurait 50 morts et plusieurs blessés. Les autorités de l’État d’Ondo lancent un appel au don de sang pour sauver des vies. Plusieurs blessés graves sont dans un état critique au Federal Medical Center.


Voici le communiqué du Révérend Fr. Augustine Ikwu sur la page Facebook de l’église catholique Saint-François à Owo :

C’est le dimanche de Pentecôte, un moment où chaque catholique devrait être à l’église pour commémorer la fête solennelle. C’est tellement triste de dire que pendant la messe sainte, des hommes d’origine inconnue, brandissant des armes ont attaqué l’église catholique Saint-François-Xavier, Owo, État d’Ondo. On craint que beaucoup soient morts et beaucoup d’autres blessés et l’Église violée. L’identité des agresseurs reste inconnue alors que la situation a laissé la communauté dévastée.
Cependant, pour l’instant, les agences de sécurité ont été déployées dans la communauté pour tenter de gérer la situation. À ce stade de l’histoire de notre cher pays le Nigeria, nous avons besoin de l’intervention ultime de Dieu pour restaurer la paix et la tranquillité.
Pendant ce temps, tous les prêtres de la paroisse sont en sécurité et aucun n’a été kidnappé comme le disent les médias sociaux. L’évêque du diocèse est aussi avec eux en ce moment difficile. Continuons à prier pour eux et pour les bonnes personnes d’Owo et pour l’État en général.
Nous nous tournons vers Dieu pour consoler les familles de ceux dont la vie a été perdue dans cet incident pénible, et nous prions pour que les âmes disparues reposent en paix. Amen.
L’évêque demande que nous restons calmes, respectueux des lois et prions pour que la paix et la normalité reviennent dans notre communauté, notre État et notre pays.
Signé
Révérend Fr. Augustine IKWU
Directeur des communications sociales
5 juin 2022
Communiqué du Révérend Fr. Augustine Ikwu.

Agriculture peu productive, banditisme, insécurité dans les écoles et les villages

Au Nigeria, depuis une dizaine d’années, des groupes criminels attaquent des villages, volent du bétail et enlèvent hommes, femmes et enfants contre rançon. Avec les changements climatiques, les conflits se sont multipliés entre les différentes communautés (agriculteurs et éleveurs) qui ont eu recours à des groupes armés pour assurer leur protection. Les conflits impliquent une multitude d’organisations armées comprenant des groupes alliés aux éleveurs, des comités de vigilance, des bandes criminelles et des jihadistes.

Explosion de l’intolérance religieuse

Les tensions entre communautés chrétienne (majoritaire au sud) et musulmane (majoritaire au nord) connaissent une escalade depuis le 12 mai, dans le nord-ouest. Une étudiante chrétienne de 25 ans, a été lapidée à mort, puis brûlée, par ses camarades de classe. Ces derniers l’accusaient d’avoir publié, sur les réseaux sociaux,  un commentaire « blasphématoire » à l’égard du prophète Mahomet.

Difficultés d’approvisionnement dues aux sanctions contre la Russie

Le Nigeria a importé 98 % de son blé en 2020/2021, une denrée dont les prix explosent actuellement. Les sanctions contre la Russie pourraient provoquer une pénurie d’engrais, qui pourrait faire bondir les prix et aggraver l’inflation sur les produits alimentaires qui s’élevait déjà à plus de 17 % en 2021. Dans le sud du Nigeria, au moins 31 personnes ont été tuées samedi 28 mai lors d’une bousculade survenue durant une distribution de nourriture organisée par une église.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !