Isabel Diaz Ayuso combat la dictature sanitaire et triomphe aux élections régionales à Madrid

mise à jour le 10/05/21

Isabel Diaz Aruso, présidente de la région de Madrid, a courageusement résisté, depuis le début de la pandémie, aux injonctions mondialistes de confinement total. Tout en prenant un certain nombre de mesures de précaution, elle a laissé les restaurants et les commerces ouverts. Reconnaissante, la population madrilène a voté à 44 % pour le parti populaire, qui renaît de ses cendres. Preuve que la défense des libertés est la meilleure cause à défendre pour la droite conservatrice et libérale.

Isabel Diaz Ayuso, présidente de la région de Madrid, avait dû essuyer bien des critiques depuis un an. Et pourtant, elle n’en avait pas démordu : elle ne voulait pas soumettre les Madrilènes au prêt-à-porter de la dictature sanitaire recommandé par les mondialistes et largement adopté par un certain nombre de gouvernants européens, par mimétisme et par manque de courage. La politique mise en place par le gouvernement de la région suivait le mot d’ordre : « Madrid ne s’arrête pas » (« Madrid no se para» )

Non pas que cette politique fût imprudente. Port du masque, multiplication des accès aux tests, encouragement à la vaccination, mise en place d’un « pass sanitaire » indiquant vaccination, tests anticorps ou autres tests, confinements localisés etc. : mais tout a été fait pour que la ville puisse continuer à vivre et que les restaurants,  les commerces, les écoles, les musées, les salles de spectacle puissent rester ouverts.

Les critiques n’ont pas manqué dans la classe politique, ni les tentatives de déstabilisation par l’annonce réitérée d’un désastre… qui ne s’est pas produit.

Une gestion exemplaire de la crise sanitaire

Au contraire, on peut dire que la gestion mise en place par le gouvernement madrilène dès qu’il a eu la main sur la politique sanitaire, est un modèle du genre en Europe.

Lire la suite de l’article…

partage cet article !