Stefan Cuvelier : « J’ai fait preuve de patience au début mais je n’en ai plus ! »

Humour

mise à jour le 01/04/22

Stefan Cuvelier est un comédien et humoriste belge qui a pris très clairement position contre les mesures sanitaires. A travers des vidéos qu’il poste régulièrement sur les réseaux sociaux, il s’en prend ouvertement aux gouvernements belge et français. Dans un style très direct et sans pincettes, il évoque tour à tour la tyrannie sanitaire, le masque ou encore le « vaccin ». Après avoir relayé ses vidéos, nous sommes ravis de l’accueillir au 4-4-2 avec son style, vous allez voir, toujours aussi cash


« Je me suis rendu compte que le gouvernement se foutait de ma gueule, qu’il nous imposait de plus en plus une dictature sanitaire »

Le Média en 4-4-2 : Bonjour Stefan et merci d’avoir accepté l’invitation du Média en 4-4-2 ! On vous avoue : on vous a découvert « grâce » au Covid via les réseaux sociaux et on ne le regrette pas. Comment avez-vous compris qu’il y avait comme un hic dans le discours officiel des différents gouvernements sur le Covid ? Et pourquoi avez-vous décidé de faire des vidéos pour expliquer votre point de vue ?

Stefan Cuvelier : Bonjour Yoann ! Je suis tombé sur une vidéo du professeur Raoult et elle m’a mis la puce à l’oreille. Je suis allé me renseigner sur internet pour savoir qui était ce professeur Raoult qui disait que le virus n’était pas si grave que ça, qu’il n’y avait pas de quoi s’affoler, que c’était un virus parmi tant d’autres. J’ai regardé son CV et je me suis dit : « Attends, c’est le plus grand virologue au monde qui dit ça ! » Donc ça m’a interpellé : si ce monsieur dit ça, c’est qu’il y a une raison ! J’ai commencé alors à me dire qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Comment est-ce possible que le plus grand virologue du monde explique ça, alors que le gouvernement nous dit que c’est grave ? Je n’ai pas décidé de faire des vidéos, j’ai commencé à en faire dès le départ au premier confinement. C’était des vidéos rigolotes, sans fond politique ou d’énervement ou quoi que ce soit. C’est par la suite que je me suis rendu compte que le gouvernement se foutait de ma gueule, qu’il nous imposait de plus en plus une dictature sanitaire, que j’ai commencé à me rebeller. C’est du fait de ces événements que j’ai fait ces vidéos, ce n’était pas voulu à la base ! D’ailleurs, à la base, je ne suis pas un humoriste engagé, mais un humoriste très léger, en absurdités surréalistes. S’il y a une comparaison à faire, pas dans le talent parce que je ne me le permettrais pas, c’est Coluche. Au départ, il faisait des sketchs sur le schmilblick et à la fin il faisait des sketchs politiques. J’ai le même parcours !

« J’appelle ça des “artistes France Inter” : ils ne s’engagent dans rien du tout, ils ouvrent leur gueule mais c’est du vent »

Le Média en 4-4-2 : C’est donc ce virus qui vous a transformé en artiste engagé. Comment se fait-il d’ailleurs que vous soyez si peu dans votre milieu à dénoncer cette supercherie universelle ? Où sont les artistes qui s’autoproclamaient « engagés » ? S’ils la ferment de peur de perdre leurs cachets, vous êtes un bel exemple du contraire : votre agenda semble bien rempli, vous avez une pièce de théâtre programmée en 2022, et vous avez écrit le scénario d’un long-métrage dans lequel apparaîtront Jugnot et Depardieu.

Stefan Cuvelier : Eh bien oui ! Par la force des choses… Ce n’est pas tellement le virus qui m’a fait changer mais plutôt toute la mascarade gouvernementale, puisque je me suis rendu compte qu’on se foutait bien de notre gueule. C’est ce virus, qui n’est qu’une poussière dans l’univers, et tous ces gouvernements de merde qui m’ont fait prendre cette direction. Je me demande aussi où sont les autres artistes… Première chose : il faut avoir des couilles et ne pas avoir peur de perdre son boulot. Deuxième chose : les artistes aiment leur petit confort. D’ailleurs, ce sont ceux qui ne sont pas connus qui sont en manifestation ; les autres sont dans leur petit cocon et se disent « je ne vais pas trop l’ouvrir pour ne pas perdre mon boulot ». C’est la peur ! Ils prétendent avoir des couilles mais ils n’en ont pas ! Les artistes qui s’autoproclamaient engagés sont chez France Inter ou Europe1. Ils ouvrent leur gueule derrière des chroniques uniquement, et c’est très facile d’être dans un bureau à lire un texte que t’as écrit la veille et de ne pas avoir de confrontation avec quelqu’un. J’appelle ça des « artistes France Inter » : ils ne s’engagent dans rien du tout, ils ouvrent leur gueule, mais c’est du vent. Merci pour le compliment concernant mon exemple ! J’ai la chance d’avoir eu des contrats, mais je suis en train de les perdre au fur et à mesure quand même. Mais tant pis, c’est le combat ! Je préfère perdre de l’argent que ma dignité ou une part de ma liberté. Et effectivement, il y a un scénario où apparaîtront Jugnot et Depardieu. C’est prévu pour 2022 : tout ça est en préparation de production. Moi, j’ai fait mon travail de scénariste !

 

Le Média en 4-4-2 : Comme certains au Média en 4-4-2, vous refusez de porter le masque quitte à ne pas pouvoir entrer dans certains endroits. Pensez-vous qu’aller dans des lieux soumis au port de la muselière soit une « petite désobéissance civile », dans le sens où nous exprimons notre refus de soumission aux mesures liberticides, le but étant de susciter la curiosité du public présent ? Je précise que vous avez récemment mis une fois le masque pour aller voir votre fille de sept ans faire de la gym, et qu’on vous a tout de même empêché d’entrer !

Stefan Cuvelier : Non, ce n’est pas une désobéissance civile, puisque je ne porte pas le masque et j’entre dans les magasins. Ceux qui acceptent, tant mieux ; ceux qui le refusent : je sors. Ce n’est pas une désobéissance dans le sens où je n’accepte pas de porter cette muselière, car elle m’insupporte et je n’en vois pas l’intérêt. Ce n’est pas une désobéissance civile puisqu’il n’y a aucune loi qui nous oblige à porter un masque ; donc je n’ai pas l’impression de désobéir mais juste de faire ce que j’ai envie.

 « Je suis convaincu que les médias sont corrompus »

Le Média en 4-4-2 : De par vos activités artistiques, vous connaissez bien le monde des médias. Vous expliquiez d’ailleurs avoir eu vous-mêmes des préjugés à cause de la télévision, avant de prendre conscience de ces manipulations « grâce » au Covid. Comment voyez-vous le rôle des médias en général dans ce Coronacircus ?

Stefan Cuvelier : Le rôle des médias est merdique : ils ont une prise de position qui est celle du gouvernement. Il n’y a aucune recherche de leur part. En Belgique, il est impossible de contredire sur les plateaux ce que dit un journaliste ou un médecin, ça doit toujours aller dans le sens du gouvernement. Alors oui, je suis convaincu que ce sont des gens corrompus. Et c’est pour cela que je ne regarde plus la télévision : je n’ai aucun respect pour eux et je n’y crois plus. C’est pour cela qu’on est de plus en plus suivis sur les réseaux sociaux car les gens quittent progressivement la télévision. Par exemple, hier (le 5 décembre) la télévision a dit que nous étions 8 000 à manifester, alors qu’on était 100 000… Faut arrêter ! A un moment donné, c’est trop gros !

Le Média en 4-4-2 : Récemment, dans l’émission Fréquence 404, vous avez expliqué comprendre les artistes qui jouent dans des endroits soumis au pass sanitaire, et ne pas comprendre le public qui se plie à cette mesure. Ne peut-on pas au contraire attendre de ces personnalités qu’elles se positionnent comme vous clairement contre cette dictature sanitaire en refusant de se produire sous le drapeau du pass sanitaire, pour faire prendre conscience à leur public de la gravité de la situation ?

Stefan Cuvelier : Si le public ne vient pas, l’artiste ne joue pas ; si l’artiste ne joue pas, le public ira ailleurs. C’est pour ça que je m’attaque plus au public qu’aux artistes et aussi pour calmer les tensions, je l’avoue, car on m’a souvent dit « Stefan, y’en a qui doivent bosser, qui doivent manger, qui doivent nourrir leurs enfants. » Donc je pars du principe que si c’est pour le travail, d’accord. Mais si c’est l’amusement, là je dis non. C’est le même principe que de se faire un test ou un vaccin pour aller au cinéma : je trouve ça très con. Et il y a une autre différence : l’artiste ne doit pas faire tous ces tests. Moi, demain, si je veux jouer face à des gens qui ont un Covid Safe (ndrl : pass sanitaire en France), je n’ai pas besoin de faire de test, ni de me vacciner. C’est pour cela que je comprends un peu plus les artistes, mais beaucoup moins le public !

« A partir du moment où on se renseigne un petit peu, qu’on ouvre un peu les yeux, on se rend vite compte que c’est une mascarade »

Le Média en 4-4-2 : Dans vos dernières vidéos, vous vous montrez très dur vis à vis des « vaccinés » car selon vous, c’est à cause d’eux que nos libertés se réduisent de jour en jour… Effectivement, c’est parce que la majorité accepte les mesures depuis le début de la crise que le gouvernement peut continuer à avancer ses pions. Cependant, en accusant de la sorte ceux qui ne sont pas encore réveillés, ne tombons-nous pas dans un piège tendu par cette même élite qui souhaite nous diviser, pour mieux régner ?

Stefan Cuvelier : Effectivement, l’élite souhaite nous diviser pour mieux régner… J’ai fait preuve de patience au début, mais je n’en ai plus ! Donc c’est con parce qu’à partir du moment où on se renseigne un petit peu, qu’on ouvre un peu les yeux, on se rend vite compte que c’est une mascarade. Donc, je ne traite pas les gens de cons parce qu’ils se vaccinent, mais parce qu’ils sont ignorants. Je trouve que c’est être ignorant que de ne pas se renseigner un tout petit peu et de ne pas se rendre compte que le gouvernement pousse à la vaccination uniquement pour se faire du pognon. Donc c’est pour ça que je peux me permettre ! Parce que c’est idéologique et philosophique et non pas médical, voilà la différence. Je ne vais pas traiter de con quelqu’un qui prend de l’aspirine parce qu’il a mal à la tête, même s’il y a une alternative avec les huiles essentielles. Mais un gars qui prend quatorze aspirines parce qu’il a mal au pied, et parce que c’est le gouvernement qui lui a dit qu’il fallait le faire, devient un con.

« La troisième dose va réveiller pas mal de deuxièmes doses, et la quatrième dose va réveiller beaucoup de troisièmes doses, j’y crois fortement ! »


Le Média en 4-4-2 :
Et donc, que pouvons-nous faire face à cette « épidémie de cons » ? Parce que cela fait plus d’un an et demi que beaucoup d’entre nous se battent pour ré-informer, et que cela ne semble pas avoir beaucoup d’effets sur la grande majorité de la population (il suffit de voir le peu de réaction face à la troisième dose). Quelle est la solution, selon vous, pour enfin leur ouvrir les yeux, si cette solution existe… ?

Stefan Cuvelier : Figurez-vous que si, ça a de l’effet ! Mais on ne va pas se mentir, c’est très très long… J’ai eu par exemple la même journée une personne qui m’a dit : « J’étais à la manif dimanche et c’est venu comme un boomerang : je me suis rendu compte que s’il y avait autant de monde, c’est qu’il y avait une raison », et une dame de soixante-dix-sept ans qui avait de nouveau des règles alors qu’elle était vaccinée ! Et quand elle a entendu ça et les témoignages d’autres personnes, elle s’est dit que c’était plus violent qu’elle ne le croyait. « Je savais que ce gouvernement n’était que des crétins qui nous bassinaient, mais je ne savais pas que c’était à ce point. » Donc ça se réveille tout doucement ! Une autre personne m’a dit : « Je me suis fait double vacciner mais ils ne m’auront pas une troisième fois, car j’ai compris qu’ils se foutent bien de ma gueule ! ». Donc ça arrive, faut laisser le temps ; il faut souvent faire « une piqûre de rappel »… Certains ne comprendront jamais, mais je pense que la troisième dose va réveiller pas mal de deuxièmes doses, et que la quatrième dose va réveiller beaucoup de troisièmes doses, j’y crois fortement !

« Je vais me mettre à mon one man show et j’irai dans des lieux où il y aura une trentaine, une quarantaine de personnes »

Le Média en 4-4-2 : Vous évoquiez la possibilité de faire des prestations privées dès l’année prochaine si les mesures liberticides sont encore en place. Comment voyez-vous cette tournée ? On image que vous êtes déjà très sollicité…

Stefan Cuvelier : Oui, je suis énormément sollicité ! Je pourrais faire une tournée de trois ans, c’est génial ! Mais je vais voir parce que je suis sur d’autres projets dans l’immédiat mais une fois que ceux-ci seront lancés, je vais me mettre à mon one man show et j’irai dans des lieux où il y aura une trentaine, une quarantaine de personnes. Je suis déjà engagé dans de grandes salles jusqu’en 2023, j’espère d’ailleurs que d’ici là certaines choses auront évolué, même si ça va être difficile ! Donc tout ça va se mettre en place, ça va être génial.

 

 

Le Média en 4-4-2 : Dans votre vidéo du 10 décembre, vous évoquez le sort réservé aux enfants, sous prétexte de « pandémie ». Beaucoup de spécialistes alertent sur les conséquences psychologiques de ces mesures sur le moyen et long terme. Comment présentez-vous la situation actuelle à vos enfants pour les préserver ? Et pensez-vous que l’ouverture de la « vaccination » aux enfants de 5-11 ans va être la goutte d’eau pour certaines personnes qui pour le moment ne bronchent pas ?

Stefan Cuvelier : C’est simple, je leur explique tout depuis le début, donc ils n’ont pas appris ces nouvelles hier ! On les a préparés depuis le début, donc ils sont conscients de ce qu’il se passe, de toute cette mascarade. Donc tout cela ne les étonne pas. On voit énormément de monde depuis le début, donc on ne se sent pas seuls. On est très bien entourés ; hier par exemple on était à une fête, on était plus de trente comme la semaine précédente. A chaque fois, ces sont des gens différents, mais tous des résistants. Donc ça nous aide à tenir le coup, et nos enfants sont rassurés de voir d’autres enfants.

« En acceptant le pass sanitaire, les gens acceptent le crédit social à venir ! »

Le Média en 4-4-2 : Comme beaucoup d’entre nous, le Covid vous a permis d’ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure, sur la pièce de théâtre qui se joue devant nous. Quels sont les sujets qualifiés de « complotistes » par ceux qu’on dérange qui vous ont le plus surpris et passionné ?

Stefan Cuvelier : C’est le crédit social, qui existe en Chine. Je pense que c’est un sujet sur lequel on était traités de complotistes mais il se rapproche de plus en plus. C’est aussi celui qui me fait le plus peur, qui me surprend le plus. En acceptant le CST (NDLR : Covid Safe Ticket, le pass sanitaire belge), les gens acceptent le crédit social à venir !

Le Média en 4-4-2 : On ne peut pas conclure cet entretien sans prendre des nouvelles de votre amie Josy : comment va-t-elle ?

Stefan Cuvelier : Josy va très bien Yoann, elle est en pleine forme ! Fidèle à elle-même.

Le Média en 4-4-2 : Merci Stefan pour cet entretien ! Nul doute que vos vidéos permettent à beaucoup de tenir le coup en leur redonnant une bonne dose de courage pour ce combat de longue haleine. Nous vous laissons le mot de la fin, avec pourquoi pas, un petit message pour « l’équipe d’en face » ?

Stefan Cuvelier : L’équipe d’en face va perdre, car des réseaux alternatifs se créent de plus en plus comme le vôtre, comme Emma Krusi, Richard Boutry et plein d’autres. Et c’est grâce à ces réseaux que la vérité sortira !

Retrouvez Stefan sur :
sa chaîne Youtube
son compte Telegram
sa page Facebook
son compte Twitter


Propos recueillis par Yoann pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !