Marlene Svazek, présidente du parti politique FPÖ en Autriche : « Je ne me ferai pas vacciner ! »

Politique, Santé

mise à jour le 22/09/21

En dix minutes, Marlene Svazek, présidente du parti politique FPÖ à Salzbourg, Autriche, et résolument non vaccinée, démontre les incohérences de la gouvernance actuelle concernant les mesures sanitaires. Elle plaide le choix libre de la vaccination, dénonce la vaccination des plus jeunes et celle potentiellement obligatoire du personnel de santé, les effets secondaires des vaccins Covid, la volonté d’exclure les non-vaccinés de la société et l’illogisme de tester seulement les non-vaccinés alors que les vaccinés sont tout autant en mesure de transmettre le Covid.

Transcription :

Modératrice : Mme Svazek, vous avez dit fin mars que vous alliez vous faire vacciner, ou que
vous aviez l’intention de le faire, publiquement. Par conséquent, puis-je vous demander si
vous avez été vaccinée entre-temps ?

Mme Svazek : Toujours non vaccinée. Je fais probablement partie du million d’indécis qui
ont décidé jusqu’à présent : « Je ne me ferai pas vacciner ». Pour moi, cependant, la question
qui a été au premier plan n’est pas de savoir pourquoi je ne me ferai pas vacciner, mais au
contraire, pourquoi je devrais me faire vacciner.
Et pour moi, il n’y a qu’une seule justification, ce serait une pondération au niveau santé, le
calcul coût-bénéfice, de facto. Quel est l’avantage de la vaccination pour moi ? Et ai-je
maintenant peur, ou ai-je une probabilité particulièrement élevée d’une évolution sévère ? Et
pour moi, il n’y a que cette évaluation.
Eh bien, je ne vais certainement pas me faire vacciner, personne ne va m’obliger à le faire
pour pouvoir retourner au restaurant ou aller en boîte de nuit. Ce n’est tout simplement pas un
motif de décision pour moi. Pour moi, ce ne serait que l’aspect santé, et j’ai simplement conclu
qu’en tant que jeune femme de 29 ans qui fait beaucoup pour son système immunitaire,
beaucoup pour sa santé, je ne veux pas être vaccinée parce que je n’en vois pas les avantages.
Et je crois que j’en fais assez pour moi à part entière pour rester en bonne santé.

Modératrice : Maintenant, j’ai entendu une petite contradiction. Vous dites que vous faites
partie des indécis et vous m’avez expliqué en détail que vous ne vous faites pas vacciner.
Vous compteriez-vous toujours parmi les indécis et non parmi les opposants à la vaccination ?

Mme Svazek : Parmi les indécis qui ont mis beaucoup de temps à prendre une décision. Ainsi,
avec les indécis, vous ne savez pas s’ils vont finalement décider de ne pas se faire vacciner ou
de se faire vacciner. Avant l’été, j’étais une indécise, j’en faisais partie, mais comme je l’ai dit,
entre-temps, j’ai aussi pris cette décision.
Si je peux ajouter quelque chose, je pense qu’il est extrêmement dangereux, surtout
l’exagération morale, que quelqu’un qui a été un fumeur invétéré toute sa vie, par exemple, et
qui se trouve ensuite aux soins intensifs avec un cancer du poumon, que s’il a été vacciné
deux fois contre le Covid, il se place maintenant moralement au-dessus de moi, par exemple,
qui ai 29 ans et qui suis en bonne santé ; je ne suis pas fumeuse, par exemple, et ne suis pas
vaccinée.
Ainsi, jouer les uns contre les autres et les opposer les uns aux autres remettrait, à mon avis,
tout le système social en question. Et nous cotisons tous. Nous payons tous une contribution
afin de bénéficier de soins de santé adéquats, et nous ne faisons pas de différence ici non plus.
Ce serait un peu comme ça : Oui, si un athlète de l’extrême tombe en montagne, on dit : « Tu
ne serais pas grimpé là-haut, alors tu ne serais pas tombé ». C’est ce qu’il me semble. Je ne suis
absolument pas partisane d’une telle idée.
Je trouve alarmant que de telles choses soient même discutées dans un ordre démocratique,
dans un ordre libéral. Que l’on pense à de telles choses.
Maire : Vous êtes l’un des trois qui ne rame pas alors que les
autres font un effort. Ce n’est pas de la solidarité.

Mme Svazek : Monsieur le Maire, je vois ma contribution à l’effort dans le fait que j’ai
maintenant réussi à traverser cette pandémie très sainement pendant un an et demi. C’est aussi
un comportement responsable vis-à-vis de moi-même et de mon environnement. Donc me
traiter d’irresponsable maintenant est un peu léger. Mais dans votre cas, il y a beaucoup de
choses que vous avez mélangées et balancé des arguments divers.
Ainsi : « Les effets secondaires de la vaccination sont proches de zéro ». Je suis désolée, avec
tout le respect que je vous dois, mais nous savons tous que c’est un mensonge éhonté. Les
vaccins ont des effets secondaires et c’est aussi le compromis que l’on fait pour soi-même.
Personne ne me décharge des conséquences individuelles de la vaccination. La communauté
solidaire ne m’en débarrasse pas non plus. Je dois les supporter par moi-même. Et je connais
beaucoup d’effets secondaires de la vaccination qui sont assez tragiques. Ils ne vont donc pas
vers zéro. Si c’est pareil, oui, il y a toujours et partout…….. mais quand même.

Modératrice : Mme Svazek, pourquoi trouvez-vous les effets secondaires possibles du vaccin
plus impressionnants que les effets secondaires du Covid, c’est-à-dire les effets secondaires
très tragiques ?

Mme Svazek : Parce qu’avec le Covid, j’ai probablement encore plus de chances de lutter
contre la maladie si je m’y prends suffisamment tôt. Avec les effets secondaires des vaccins
que je connais, les personnes concernées n’ont eu aucune chance de les contrer. Je parle d’un
AVC, il n’y a rien que je puisse faire. Avec le Covid, je peux au moins essayer de me
défendre physiquement.
Mais pour ce qui est des autres choses que vous avez dites : oui, des faits et des chiffres,
exactement. Mais au début, on a toujours dit, c’était aussi un fait : « il est particulièrement
important de protéger les groupes à risque ». Chez les jeunes, en particulier chez les
personnes infectées de manière asymptomatique, l’évolution est différente et n’a pas toujours
tendance à être aussi grave que chez les groupes à risque et les personnes âgées. Nous avons
maintenant un taux de vaccination très élevé dans ces groupes, et c’est très bien si quelqu’un
décide de se faire vacciner, car ce que nous savons, et c’est la seule chose que nous savons,
c’est que l’évolution n’est généralement pas grave. Il y a aussi des complications graves liées à
la vaccination, mais elles sont infimes, je suis quand-même d’accord avec vous sur ce point.
C’est tout à fait dans l’ordre des choses. Maintenant, commencer à vacciner des enfants de
vingt et douze ans n’a tout simplement aucun fondement pour moi. On ne peut donc pas me le
reprocher, ni leur reprocher d’être contre. Et très brièvement, sur les vaccinations, le passeport
mère-enfant, par exemple. Permettez-moi de vous donner un exemple : en 1948, la
vaccination contre la variole était obligatoire en Autriche. La variole a été éradiquée. Mais
avec le Covid, nous savons tous que notre objectif n’est pas d’éradiquer le Covid, car il
deviendra endémique à un moment donné, nous ne pouvons pas l’éradiquer. Maintenant, je
crois qu’en 1948, les droits fondamentaux en Autriche étaient un peu différents de ceux de
2021. Et à l’époque, il s’agissait d’un vaccin qui avait été testé pendant plus de 60 ans, c’était
une méthode complètement différente, il était produit en Autriche, ce qui n’est pas comparable
avec la situation actuelle. Nous devons en prendre connaissance aujourd’hui.

Modératrice : (Un programme télévisé sur Zip 2) : nous l’avons regardé ensemble. Dorothee
von Laer a déjà été brièvement mentionnée par M. Miele, qui a déclaré que nous devrions
avoir environ 85 % d’immunité collective ou de taux de vaccination en Autriche. La pandémie
serait alors terminée en deux mois. Sinon, cela prendra trois ans. Cela vous impressionne-t-il
?

Mme Svazek : Eh bien, je ne peux blâmer personne. Et cela répond maintenant à votre
question. Après un an et demi, après les lignes de communication, y compris de la part du
gouvernement, la confiance est plutôt réduite à néant, car les contradictions que nous avons
entendues encore et encore, remplissent maintenant des livres entiers. Et j’inclus ces
déclarations dans cet épisode. Donc, ce qu’on nous a dit au début, que la vaccination allait
maintenant changer la donne… tout ce que nous savons, c’est que la vaccination, comme nous
l’avons déjà mentionné, tend à protéger contre les formes graves. Mais ça ne protège pas du
fait que je peux infecter les autres, ça ne me protège pas d’être infectée moi-même. J’ai parlé
hier à quelqu’un qui a été doublement vacciné, qui a été récemment infecté par le Covid, qui
n’a même pas dû être mis en quarantaine parce qu’il a été doublement vacciné. Il a donc pu se
déplacer normalement, même s’il était infecté. Et, en ce qui concerne les chiffres, les données,
les faits, la confiance diminue également lorsque je proclame maintenant la pandémie des
non-vaccinés et que je vous montre les tableaux et les diagrammes des chiffres d’incidence
des non-vaccinés. Qui testons-nous dans ce pays, dans cette république ? Nous testons les
non-vaccinés, car les vaccinés n’ont même pas besoin d’être testés. Je n’ai donc pas de
données valables pour dire que les non-vaccinés sont maintenant le problème.
Et quand vous parlez des droits fondamentaux, pour y revenir brièvement, qu’il n’y a
maintenant aucun droit fondamental que je puisse infecter les autres, si on le traduit et le dit
avec désinvolture. Je suis opposée à l’idée que toute personne qui n’est pas vaccinée devrait
être considérée comme un danger pour les autres. Ce n’est pas le cas.
Je ne suis pas vaccinée, mais je suis en bonne santé. Et tant que je suis en bonne santé, je ne
suis un danger pour personne. Et quand nous parlons d’introduire la règle 1G, par exemple :
cela signifie : seulement pour les personnes vaccinées ; alors la base est en fait le test,
seulement ceux qui sont testés – je suis testée par PCR, je suis négative ici et maintenant, je ne
sais pas si tout le monde peut prétendre cela, parce que j’ai été la seule à avoir fait le test.

Modératrice : Bien sûr…

Mme Svazek : Mais alors c’est la condition, mais certainement pas le fait que quelqu’un soit
vacciné ou non.
Très bref exemple sur la question. J’ai dit que chacun peut décider par lui-même de se faire
vacciner ou non. Laissez-les faire. C’est une bonne chose. Cela ne doit jamais sortir d’une
contrainte d’état, ou plutôt d’un « édulcorant », je dirais, pour pouvoir retourner au restaurant.
Parce que cela ne peut jamais être la base d’une intervention médicale que je pratique sur moi même.

Modératrice : Maintenant un facteur de succès au Danemark a été évidemment que tous les
partis ont recommandé la vaccination. Vous auriez la clé entre les mains pour dire :  » Ces 10
%, et puis… tout est fini. »

Mme Svazek : Je trouve toujours fascinant ce dont nous, membres du Parti de la liberté,
sommes tenus responsables dans cette république. Ou plutôt, quel pouvoir nous semblons
avoir. Il y a trois ans, on nous disait encore que le Parti de la liberté serait déchiré, et de toute
façon il n’existe plus. Maintenant, nous sommes responsables de ne pas avoir pu mettre fin à
la pandémie. C’est donc un peu cousu de fil blanc. En ce qui concerne la vaccination
obligatoire – très brièvement, si vous me permettez de le répéter – nous avons l’exemple actuel
de Salzbourg. Nous avons 279 lits d’hôpitaux qui ont été supprimés dans les hôpitaux
régionaux de Salzbourg. Pourquoi ? Parce qu’il y a un manque de personnel infirmier. Cela n’a
absolument rien à voir avec le Covid. Il y a un manque de personnel infirmier. Si nous
introduisons maintenant la vaccination obligatoire dans le secteur de la santé, je prédis qu’un
nombre incroyable de personnes – car il y a encore beaucoup de personnes non vaccinées dans
le secteur de la santé – s’enfuiront et diront : « Je ne peux plus exercer ma profession, que je
veux faire avec amour et passion, avec la plus grande conviction, car je suis de facto interdit
de profession si je ne me fais pas vacciner ». Et nous sommes alors confrontés à un énorme
problème : surtout, un problème encore plus grand là où nous nous trouvons déjà, et ce n’est
pas le péché des non-vaccinés, mais le péché de la politique de santé des dernières années et
décennies. Et ce coup, j’en suis sûr, aura des conséquences. Au contraire, je suis très heureuse
que le Parti de la liberté existe en Autriche, car aujourd’hui, nous n’acceptons pas tout sans
poser de questions.

Maire : – On ne le doit pas, on peut poser de questions critiques.

Mme Svazek : – Eh bien, auparavant vous aviez fait la même chose. Les Verts étaient
autrefois un parti différent. Ils ont également posé beaucoup de questions. Maintenant, ils sont
au pouvoir, donc les choses changent un peu. Même dans l’ADN des Verts, qui était
complètement différente. Mais je suis contente que le Parti de la Liberté existe. Oui, nous
nous posons beaucoup de questions. Oui. Nous ne prenons pas tout pour acquis. Mais si nous
sommes tous sur la même ligne maintenant, et que nous n’avons tous qu’une seule opinion,
alors nous n’avons plus besoin de la pluralité démocratique et nous pouvons nous abolir en
tant que parti.

Modératrice : Parleriez-vous différemment si vous étiez maintenant un parti au pouvoir ?

Mme Svazek : Certainement pas. Parce que notre ADN est un peu plus solide que celle des
Verts. Et je pense que nous l’avons montré. Ce qu’ils montrent maintenant confirme également
ce qu’ils ont donné au mieux.

Modératrice : Une réplique, Mme Svazek ?

Mme Svazek : Oui, quand vous parlez du bien commun et de parler ensemble, cela pique
quelque part. Alors il ne faut pas parler d’exclure les personnes non vaccinées de la vie
sociale. Parce que c’est exactement le contraire du bien commun et du bon sens. Nous
divisons les gens, et cette division touche déjà les familles. Je crois que c’est exactement ce
que nous ne voulons pas atteindre ensemble.

Traduction de D5Memi pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !