Manipulation de l’ivermectine par le sophisme

6 avril 2021 | Politique, Santé, Société

Si le paralogisme est une erreur involontaire dans un raisonnement sans intention d’induire en erreur, le sophisme est un raisonnement volontairement faux, qui, malgré une apparence de vérité, est délibérément conçu pour tromper ou faire illusion.

Les conclusions de l’EMA, de l’OMS, de l’ANSM concernant l’ivermectine ne sont que des sophismes

Concernant l’ivermectine, les conclusions de l’EMA, de l’OMS, de l’ANSM (qui en connaissent parfaitement la forte présomption d’efficacité), ainsi que les articles qui suivent, sont présentés comme des démonstrations rigoureuses et logiques, mais ne sont que des sophismes constitués d’une prémisse vraie ou prétendue vraie, agencée dans un raisonnement séduisant mais volontairement erroné, qui ne respecte pas les règles de la logique. Les sophismes sont difficiles à réfuter si on ne maîtrise pas les faits et la logique.

L’ivermectine est inefficace parce que je l’ai décidé

Wikipédia décrit une quarantaine de sophismes différents. Toutes nos autorités pratiquent déjà l’argument d’autorité, argumentum ad verecundiam : l’ivermectine est inefficace parce que je l’ai décidé, et ce qui n’est pas forcément une vérité au départ, devient ensuite pour toute la presse une « vérité générale admise », d’ailleurs pas besoin de chercher ou de démontrer, « puisque c’est l’OMS qui le dit ». C’est ainsi que tout le monde a dit au début que les masques étaient inutiles, c’était une vérité parce que l’OMS le disait.

Les sophismes les plus utilisés sont ceux de généralisation. Quand il y a plusieurs dizaines d’études favorables et que l’on veut démontrer le contraire, on n’en prend qu’une, on n’en sort qu’une partie pouvant faire croire à une inefficacité, et on affirme que cela ne marche pas en généralisant. Pas besoin de regarder d’autres études, cela ne marche pas.

Nous avons vu cette technique dans nombre d’articles et de décisions. On a ainsi arrêté les études en cours sur l’hydroxychloroquine sur une seule étude, que l’on savait erronée, pour balayer toutes les autres.

Sophisme manipulateur systématiquement utilisé par les agences

Dame Costagliola de l’Inserm nie ainsi l’efficacité de l’ivermectine en ne citant en général qu’une étude, qui de plus n’a rien à voir, et elle généralise.

Il est un sophisme manipulateur systématiquement utilisé par les agences pour ignorer les résultats : l’utilisation d’une « réserve d’usage », comme vérité, alors que ça n’est qu’une réserve d’usage, non un fait ou une démonstration. Ainsi, dans l’ambiance actuelle de suspicions et de critiques permanentes, les études, les rapports, se terminent, quel que soit le résultat, par : « nous constatons ceci, mais cela mérite peut-être plus d’études pour le confirmer ». Ainsi Andrew Hill dit que cela marche à 80 %, ce qui n’est pas rien, et termine par la classique « formule d’usage ». Le sophiste ne retiendra que cette formule : « étude insuffisante, il faut plus d’études pour décider », lui permettant d’ignorer le résultat même de l’étude.