Kler interviewe le Dr Laurence Kayser, convoquée à l’Ordre des médecins : « Il est temps de parler »

Santé

mise à jour le 17/05/22

Le Dr Laurence Kayser, gynécologue, a soigné ses patientes des effets de la vaccination. Elle est convoquée le 18 mai à 19h15 à l'Ordre des médecins en Belgique. De votre soutien dépend l'issue de cet entretien. Un rassemblement est prévu à 18 heures, 6b rue des Archers à Mons (Hainaut).

Kler Eclaire, infirmière, interviewe le Dr Laurence Kayser (vidéo ci-dessous). Le 23 janvier 2022 à Bruxelles, une grande manifestation de 500 000 personnes contre les mesures dites sanitaires a été réprimée violemment par la police. Les organisateurs n’ont pas pu prendre la parole. Une semaine après, le Dr Laurence Kayser, gynécologue, a eu le courage de prendre la parole contre l’injection obligatoire des soignants, pour dire qu’il ne faut plus avoir peur (du covid, du chantage au chômage). Pour le Dr Laurence Kayser « On ne soigne pas le covid ou une pneumonie avec du Dafalgan. Les médecins ne savent pas qu’ils peuvent soigner le covid ou ils ont peur de le faire. Et en ne soignant pas, les maladies s’aggravent. »

Le Dr Laurence Kayser a une grande expérience de praticienne, mais elle découvre les effets inédits de la vaccination covid. Si l’armée américaine a constaté en 10 mois une augmentation de 300 % des fausses couches, de 386 % de la stérilité féminine, les patientes du Dr Laurence Kayser, elles, ne sont pas assez nombreuses pour établir des statistiques. Il s’agit donc d’observations au quotidien : « À partir de la deuxième dose, et surtout de la troisième dose, il y a des effets. Les femmes annulent plus fréquemment leurs rendez-vous (à cause de zonas, de douleurs articulaires, etc.). Ils sont pris un an à l’avance, donc quand on annule, c’est qu’on n’est vraiment pas bien. »

Problèmes hormonaux

Les patientes du Dr Kayser souffrent de plus en plus de saignements, de dysfonctionnement des pilules contraceptives. Des patientes ménopausées ont des saignements (fibromes…). Des femmes jeunes n’ont plus de règles. Ces vaccins trop vite commercialisés provoquent des effets secondaires œstrogéniques (polypes, cancers du sein et de l’utérus, infertilité).

Baisse de l’immunité des femmes enceintes

Le Dr observe une augmentation de fausses couches, de sinusites, de bébés plus petits, de réactions anormales à la vaccination contre la coqueluche à partir de 7 mois de grossesse (ganglions sous les bras), de maladies à répétition. Le corps ne répond plus au thérapies habituelles. Il a été modifié, surtout après la troisième dose.

Les enfants n’ont pas besoin d’être vaccinés contre le covid

L’injection obligatoire des enfants est une absurdité médicale : les enfants ne font pas de formes graves et le vaccin n’empêche pas la transmission du virus. De plus les œstrogènes empêchent la croissance. Les gens se méfient des enfants. Ils ont peur qu’ils soient des porteurs sains et contagieux. Or, quand on est porteur sain, on ne tousse pas, on est que très peu contaminant.

L’éradication du virus : une illusion

Les virus touchent les hommes et les animaux. Le coronavirus ne peut pas disparaître, car il n’est pas assez méchant : il ne tue pas son hôte, comme ça il ne meurt pas. Contagieux, il s’est calmé avec le temps. On peut vivre avec.

Les traitements existent

Pourquoi imposer des vaccins ? Les études étant sponsorisées par les laboratoires, le Dr Kayser s’en tient à ce qui marche concrètement (vitamines, vie saine). Avoir le covid est la meilleure immunité et elle ne s’arrête pas à la fin du pass vaccinal !

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !