Mélenchon appelle à voter pour la retraite à 65 ans, le Pass Vaccinal, McKinsey…

Politique

mise à jour le 15/04/22

Les Insoumis se réveillent avec une gueule de bois digne d’un lendemain de réveillon après un concours de lever de coude en compagnie de Renaud et Depardieu. Nous sommes le 11 avril 2022 et le patron des Insoumis appelle ses ouailles à se soumettre à Emmanuel Macron. La France insoumise, le mouvement créé par Jean-Luc Mélenchon, se soumet au pouvoir profond.


Le choc est terrible, Twitter est en ébullition, les électeurs n’en croient pas leurs oreilles. Jean-Luc Mélenchon appelle — à trois reprises — « à ne pas donner une seule voix à Marine Le Pen ». Ce qui équivaut — à trois reprises — à les donner à l’actuel président Macron. Le malaise est palpable, après avoir répété à tue-tête, en long, en large et en travers : « Tout sauf Macron ! » le chef de file retourne sa veste juste avant de prendre une confortable retraite. Démerdez-vous avec ça ! L’électorat des Insoumis s’agace sur les réseaux sociaux. Ils auraient préféré entendre une consigne de vote qui laisse le choix à chacun de faire comme bon lui semble, mais surtout pas de faire gagner celui qui veut mettre en place une retraite à 65 ans, qui a éborgné les Gilets Jaunes, viré les soignants des hôpitaux, fermé des lits, emmerdé les Français, magouillé avec Benalla, McKinsey, Alstom…

Que dire des Antillais qui ont voté en masse pour Mélenchon ? Ils se souviendront des gendarmes qui ont investi l’hôpital de la Martinique pour y extraire de force infirmières, médecins, aides-soignantes non-vaccinés. Tout ça pour ça ? Voter Macron ou s’abstenir pour le laisser gagner ? C’est le choix de Didier Maïsto, celui qui se dit « Insoumis de nature, engagé par conscience ». Après avoir fait campagne pour Mélenchon, il ne donne pas de consigne de vote mais claironne tout de même qu’il votera blanc… donc pour Macron.

Les caisses de champagne sont au frais (du contribuable) du côté de chez Macron, mais l’histoire n’est pas terminée, une bonne partie des mélenchonistes voteront Marine, l’autre s’abstiendra, l’histoire se jouera dans un mouchoir de poche. Comptons sur les médias qui sortiront d’un chapeau les reportages sur Marine Le Pen et son père, les documentaire sur le Troisième Reich à l’affiche jusqu’au 24 avril et le Crif qui dira : « Plus jamais ça ! »… sauf avec Azov bien sûr !

Est-ce qu’un sursaut des Français viendra pour en finir avec le pouvoir profond ou préféreront-ils la vaccination tous les trois mois ? En tout cas le respect entre Mélenchon — qui a passé trente ans au PS avant de se rendre compte que c’était de la merde — et Macron est total. À propos de Jean-Luc Mélenchon, Macron l’avait bien dit en 2018 (vidéo ci-dessous) : « Ce n’est pas mon ennemi »,

 

Le Média en 4-4-2

partage cet article !