Le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe est une affaire sérieuse

mise à jour le 11/05/23

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri

Une simple intrigue secondaire peut, du jour au lendemain, devenir plus fascinante que l’intrigue principale elle-même. Le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe après une décennie d’exclusion peut être considéré comme une sous-intrigue du rapprochement entre l’Arabie saoudite et l’Iran, négocié par la Chine. Toutefois, la Chine et l’Iran ne sont pas parties prenantes à ce processus en tant que tel.


Le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe est considéré comme une initiative arabe, mais il s’agit essentiellement d’un projet piloté par Riyad en étroite consultation et coordination avec Damas, sans tenir compte des murmures d’un certain nombre d’États arabes et en dépit de l’opposition farouche de Washington.

Dans le contexte de la lutte historique pour un nouvel ordre mondial caractérisé par la multipolarité et la résistance à l’hégémonie occidentale, la Russie et la Chine ont discrètement encouragé Riyad à s’engager dans cette voie.

La décision prise par les ministres des affaires étrangères des sept pays de la Ligue arabe lors de la réunion qui s’est tenue au Caire dimanche a ceci de fascinant qu’elle arrive à point nommé. En effet, il s’agit du 80e anniversaire de la création du parti Baas à Damas en 1943, qui a épousé une idéologie de nationalisme arabe et d’intérêts anti-impérialistes qui ont récemment refait surface dans la géopolitique de l’Asie de l’Ouest.

La Syrie a une tradition d’autonomie stratégique. Au cours de la dernière décennie, elle s’est efforcée de lutter contre le projet de changement de régime soutenu par les États-Unis, avec l’aide de la Russie et de l’Iran. À mesure qu’elle franchit le cap et se stabilise, l’autonomie stratégique de la Syrie sera de plus en plus évidente. C’est une chose.

Toutefois, les relations stratégiques avec la Russie et l’Iran resteront particulières et il ne faut pas se méprendre sur ce point. Mais la Syrie est capable d’ingéniosité et d’acuité diplomatique pour se créer un espace de manœuvre, alors que la géopolitique passe au second plan et qu’Assad donne la priorité à la stabilisation et à la reconstruction de l’économie, ce qui nécessite une coopération régionale.

La récente visite du président iranien Ebrahim Raisi en Syrie témoigne de la “diplomatie douce” de Téhéran, qui, par son pragmatisme, a fait comprendre que, malgré le récent rapprochement entre Damas et les pays arabes, les liens entre la Syrie et l’Iran restaient solides, Il a même souligné le rôle de la Syrie dans la résistance à Israël – Raisi a tenu une réunion à Damas avec de hauts responsables palestiniens, notamment des dirigeants du Hamas et du Jihad islamique – tandis que, d’autre part, les négociations avec les dirigeants syriens portaient essentiellement sur la coopération économique.

Raisi a déclaré que l’Iran était prêt à participer activement à la reconstruction de la Syrie après la guerre. L’Iran doit faire face à la concurrence des pays du Golfe qui ont les poches pleines. Parallèlement, le réchauffement des relations entre la Syrie et la Turquie est également à l’ordre du jour, ce qui ne manquera pas d’entraîner une augmentation des échanges commerciaux et de stimuler les flux d’investissement.

Pour mettre les choses en perspective, les exportations iraniennes vers la Syrie s’élèvent actuellement à la somme dérisoire de 243 millions de dollars. Cependant, depuis le début du conflit en Syrie, l’Iran a été l’un des principaux soutiens des autorités syriennes. En janvier 2013, Téhéran a ouvert une première ligne de crédit d’un milliard de dollars pour Damas, qui était sous le coup de sanctions internationales, grâce à laquelle le gouvernement a pu payer les importations de nourriture. Elle a été suivie d’un prêt de 3,6 milliards de dollars pour l’achat de produits pétroliers. Le troisième prêt d’un milliard de dollars a été prolongé en 2015. Téhéran a également alloué des fonds à Damas pour payer les salaires des fonctionnaires, ce qui a permis de préserver les institutions étatiques. En 2012, un accord de libre-échange a commencé à fonctionner entre les deux pays. L’Iran dépense également des milliards pour financer les milices chiites en Syrie et leur fournir des armes. Naturellement, Téhéran aimerait récupérer une partie de ces investissements.

La Syrie estime, à juste titre, que la normalisation avec les voisins arabes et la Turquie changera la donne. Mais alors que tout le monde parle de la “réadmission de la Syrie dans la famille arabe” comme d’une concession, Damas a réagi à la décision de la Ligue arabe de manière mesurée.

Le ministère syrien des affaires étrangères a déclaré dimanche : « La Syrie suit les tendances positives et les interactions qui ont lieu actuellement dans la région arabe et pense qu’elles profitent à tous les pays arabes et favorisent la stabilité, la sécurité et le bien-être de leurs peuples. La Syrie a reçu avec intérêt la décision prise lors de la réunion du Conseil de la Ligue des États arabes. »

La déclaration poursuit en soulignant l’importance du dialogue et de l’action commune pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les pays arabes. Elle rappelle que la Syrie est un membre fondateur de la Ligue arabe et qu’elle a toujours eu une position forte en faveur du renforcement de l’action arabe commune.

Plus important encore, la déclaration conclut en réaffirmant que la prochaine étape nécessite “une approche arabe efficace et constructive aux niveaux bilatéral et collectif sur la base du dialogue, du respect mutuel et des intérêts communs de la nation arabe“.

Selon toute apparence, la déclaration de la Ligue arabe elle-même était une “déclaration de consensus” rédigée avec beaucoup de sensibilité par l’Arabie saoudite.

Dans une interview accordée à Al-Mayadeen, Raisi a déclaré, avant son départ pour Damas, que “la Syrie a toujours été sur l’axe de la résistance… Nous soutenons sans équivoque tous les fronts de l’axe de la résistance, et ma visite en Syrie s’inscrit dans le cadre de ce soutien, et nous travaillons à renforcer le front de la résistance, et nous n’hésiterons pas à le faire“. En fait, l’arrivée de Raisi en Syrie a coïncidé avec l’intensification des attaques israéliennes contre les installations militaires iraniennes, notamment contre l’aéroport d’Alep.

Il ne fait aucun doute que l’Iran reste le principal allié de la Syrie et que l’influence iranienne à Damas est toujours forte. L’Iran considère la Syrie comme son territoire stratégique à travers lequel Téhéran peut établir des liens avec le Liban et affronter Israël.

Ce qui joue en faveur de la Syrie, c’est que la détente entre l’Arabie saoudite et l’Iran repose sur une vision commune de Riyad et de Téhéran selon laquelle ils doivent coexister sous une forme ou une autre, étant donné que leur inimitié et leur rivalité régionale se sont avérées être une proposition “perdant-perdant” qui n’a pas amélioré leur position dans la région. Il est évident que leur intérêt national résultant de leur rapprochement l’emporte sur les rivalités passées. La Syrie sera un terrain d’essai où les véritables intentions et la conduite des uns et des autres seront examinées de près.

L’aspect positif est que les Saoudiens ont conclu que le président Assad est fermement en selle, après avoir surmonté la guerre la plus dévastatrice depuis la Seconde Guerre mondiale, et que le rétablissement des relations avec Damas peut être une solution “gagnant-gagnant” pour Riyad.

Cela dit, la Syrie est une charnière stratégique où Riyad devra équilibrer ses liens stratégiques avec les États-Unis et ses liens tacites avec Israël. Mais le nouveau calcul stratégique de l’Arabie saoudite inclut également la Chine et la Russie. En ce qui concerne la Syrie, la Russie est une feuille d’ancrage pour Assad, tandis que la Chine a toujours été du bon côté de l’histoire.

Ce contexte géopolitique a rendu l’administration Biden frénétique, Jake Sullivan s’est précipité en Arabie Saoudite en tenant les mains de ses homologues indiens et émiratis pour compagnie ! La sagesse consiste pour Washington à utiliser les Saoudiens (et les Émiratis et les Indiens) pour ouvrir une ligne vers Damas. Toutefois, Assad posera à Washington la même condition non négociable pour la normalisation que celle qu’il a imposée à la Turquie : l’abandon de l’occupation américaine. Au-delà, il y a bien sûr l’annexion du Golan par Israël.

M.K. Bhadrakumar

Source : Indian Punchline et traduit par le site Le Saker Francophone

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Pas de résultat !

Dernières actus

troisième mandat
Humour
Mozinor : the revotant
devoir de mémoire
Santé
Rappel – Quand le Pr Eric Caumes souhaitait faire signer un certificat aux non-vaccinés pour ne pas les réanimer
Mohamed Sylla
Justice
Le rappeur MHD condamné à douze ans de prison pour meurtre, l’autopsie a révélé 22 plaies par arme blanche
tout est dit...
Humour
L’incroyable révélation de Xavier-Louis de Izarra sur Frédéric Mitterrand, Daniel Cohn-Bendit, Jack Lang, Brigitte…
esclavage
Faits-divers
Scandale en Champagne : Le calvaire des vendangeurs sans contrat de travail, sans eau chaude, un sac de riz pour se nourrir
penser sur le long terme
Culture
Alexis Haupt (auteur et philosophe) : « Nous vivons une drôle d’époque où l’on nous fait croire que douter relève du complotisme. »
Restez couchés
Société
Sébastien Recchia : Le peuple a faim, pas les invités du château de Versailles
terminus kiévien
Géopolitique
Xavier Moreau – Bulletin N°152. Pologne vs Ukraine, fin du mensonge kiévien, solution nord-coréenne
ça ne coule pas de source
Ressources
Scandale à Montagnac (34) : la nappe phréatique vendue à une entreprise d’eau en bouteille, laissant les habitants assoiffés
zap
Humour
Zapping de Yoyo : Charles III, Bruno Le Maire, Inflation, Les rois du monde…

    Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

    Abonnez-vous

    Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

    Abonnez-vous
    Faire un don

    Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

    Abonnez-vous