Le retour aux 90 km/h, le gouvernement recule sur tout !

Insolite

mise à jour le 07/08/22

Bien que le gouvernement ait baissé en 2018 la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, les départements ont, depuis 2019, le droit de lever cette mesure.

Le président du conseil départemental du Puy-de-Dôme l’assure, le passage à 90 km/h est avant tout une question pratique. « Les autres départements limitrophes étaient déjà repassés à cette vitesse. On était enclavés, les gens ne savaient plus à quelle vitesse rouler », avance Lionel Chauvin à 20 Minutes. Même argument du côté du conseil départemental de l’Aveyron  : le come-back aux 90km/h permet « une meilleure compréhension par l’usager » de la route.


Sauf que pour certains internautes, le retour aux 90 km sur une partie des départementales s’apparente à un véritable casse-tête : « On ne sait jamais si on peut rouler à 90 ou rouler à 80. » Une conductrice qui emprunte le col du Bonhomme entre les Vosges et le Haut-Rhin raconte que maintenant « sur le versant vosgien, on passe de 80 à 90 km/h tous les 600 mètres ».

En 2018, lors du passage à 80 km/h, le délégué interministériel à la sécurité routière (DISR) Emmanuel Barbe avait assuré que les panneaux « devaient répondre à des normes très strictes » et que, par conséquent, leur prix était « de 200 euros/pièce ».

Par exemple, dans le département de l’Ardèche où le passage aux 90 km/h concernera 3 500 km de voies, « le coût de remplacement des panneaux sera d’environ 60 000 euros ». En Aveyron et dans le Puy-de-Dôme, ce sont respectivement plus de 4 300 et 6 700 km de voies qui vont devoir être réaménagées. Là aussi, le budget va grimper.

Lire la suite…

partage cet article !