Pétrole : le yuan pourrait concurrencer le dollar, base de la puissance américaine

Géopolitique, Politique

mise à jour le 18/03/22

L’Arabie saoudite est en pourparlers avec Pékin pour fixer le prix d’une partie de ses ventes de pétrole en yuans. Une décision qui marquerait un nouveau virage du premier exportateur mondial de brut vers l’Asie. L'initiative saoudienne pourrait ébranler la suprématie du dollar américain dans le système financier international, sur lequel Washington s'appuie depuis des décennies pour imprimer les bons du Trésor qui financent son déficit budgétaire. Le marché du pétrole, et par extension l'ensemble du marché mondial des matières premières, est la garantie du statut du dollar en tant que monnaie de réserve. Si ce bloc est retiré du mur, le mur commencera à s'effondrer.

Arabie saoudite Chine

La majorité des ventes mondiales de pétrole — environ 80 % — se font en dollars, et les Saoudiens négocient le pétrole exclusivement en dollars depuis 1974, dans le cadre d’un accord avec l’administration Nixon qui comprenait des garanties de sécurité pour le royaume. Mais à présent les relations entre l’administration Biden et l’Arabie saoudite sont mauvaises. Biden a déclaré lors de la campagne 2020 que le royaume devrait être considéré comme un « paria » pour le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018. Le prince Mohammed ben Salmane, qui, selon les services de renseignement américains, a ordonné le meurtre de M. Khashoggi, a refusé d’assister à un appel entre M. Biden et le dirigeant saoudien, le roi Salmane (le père), le mois dernier. Les Saoudiens sont de plus en plus mécontents des Américains : malgré leurs engagements, les États-Unis ne les soutiennent pas dans la guerre au Yémen et tentent un accord avec l’Iran sur son programme nucléaire.

La Chine fait la cour à l’Arabie saoudite

Ces dernières années, la Chine a aidé l’Arabie saoudite à construire ses propres missiles balistiques. Elle a commencé à investir dans les lubies préférées du prince héritier Mohammed ben Salmane, telle Neom, une nouvelle ville futuriste, et a invité le président chinois Xi Jinping dans le courant de l’année.
Plus important, les pourparlers avec la Chine sur les contrats pétroliers au prix du yuan, interrompus depuis six ans, se sont accélérés cette année. L’Arabie saoudite est le premier fournisseur de brut de la Chine en 2021, suivie de la Russie, l’Angola et l’Irak. La Chine achète plus de 25 % du pétrole exporté par l’Arabie saoudite. Si le prix est fixé en yuans, ces ventes renforceront la position de la monnaie chinoise. Les Saoudiens envisagent également d’inclure des contrats à terme libellés en yuan, les petroyuans.

Le yuan pourrait remplacer le dollar sur le marché du pétrole

Les Saoudiens prévoient toujours d’effectuer la plupart des transactions pétrolières en dollars. Mais la décision d’utiliser le yuan pourrait inciter d’autres producteurs à fixer le prix de leurs exportations chinoises en yuans également. Si le pétrole commence à se négocier en autre chose qu’en dollars, c’est que l’Arabie saoudite reçoit des garanties de protection de la Chine et qu’une immense négociation parallèle est menée par la diplomatie russe et chinoise pour contrer le Nouvel Ordre Mondial américain…

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !