Les cinq raisons d’un mauvais mois pour Johnson & Johnson

14 avril 2021 | Santé, Société

Les préoccupations concernant les réactions indésirables, les caillots de sang, les signalements de cas de Covid-19 chez les personnes vaccinées, la contamination par le vaccin et l’examen minutieux de la rémunération du PDG. Ces points ont nui au déploiement du vaccin contre le Covid-19 de l’entreprise.

Au début du mois, le fabricant du vaccin a dû jeter 15 millions de doses de son vaccin après leur contamination par des composants du vaccin AstraZeneca dans une usine de fabrication non validée. Cet incident est à l’origine de l’annonce que l’entreprise ne sera pas en mesure de tenir sa promesse de produire 24 millions de doses supplémentaires de son vaccin à dose unique d’ici la fin d’avril.

Toujours la semaine dernière, les sites de vaccination de J&J dans quatre États américains ont dû fermer leurs portes à la suite de signalements de réactions indésirables. De nombreux cas de contaminations de Covid-19 ont également été signalés chez les personnes vaccinées, via le vaccin commercialisé sous la marque de sa filiale, Janssen.

Par ailleurs, J&J fait face à des enquêtes menées par les organismes de réglementation européens et américains à propos des signalements de caillots sanguins chez les personnes vaccinées.

Et aujourd’hui, l’entreprise a fait face à une réaction plus violente de la part des investisseurs après que son PDG a obtenu une augmentation de salaire de 17 %, alors que des milliards sont versés suite aux procès concernant le rôle de l’entreprise dans l’épidémie dopioïdes dans le pays.

Voici le détail des cinq raisons pour lesquelles J&J connaît un très mauvais mois :

1. Des centres de vaccination ont été fermés dans quatre États après que plus de 45 personnes ont subi des effets indésirables

Un site de vaccination au Colorado, trois sites en Caroline du Nord, un en Géorgie et un en Iowa ont fermé la semaine dernière après que plus de 45 personnes ont subi des réactions indésirables au vaccin J&J.

Comme The Defender l’avait signalé le 8 avril, plus de 600 personnes ayant pris des rendez-vous ont été refusées d’un site de vaccination de masse de J&J au Colorado après que plusieurs vaccinés ont subi des réactions indésirables.

Centura Health, qui a aidé à gérer le centre de vaccination communautaire dans le stade Dick’s Sporting Goods Park, a déclaré dans un communiqué que 11 patients qui ont reçu le vaccin ont éprouvé des effets indésirables. Deux personnes ont été transférées à lhôpital après que le personnel médical a déterminé qu’elles avaient besoin d’une observation supplémentaire. Les responsables de Centura n’ont pas précisé quelles réactions ont été observées ni leur gravité.

Les responsables de la santé du comté de Wake, en Caroline du Nord, ont interrompu les vaccinations contre le Covid-19 jeudi, après que 18 personnes dans la salle omnisports ont subi des effets indésirables et que quatre d’entre elles ont été transférées dans des hôpitaux de la région. Quelques heures plus tard, les centres de vaccination Friday Center et Hillsborough Campus du centre de santé universitaire ont également cessé d’administrer le vaccin de J&J.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont analysé le lot de vaccins utilisé aux sites de la salle omnisports PNC Arena et de l’université du Nord Colorado et ont recommandé que les vaccins J&J se poursuivent.

La Géorgie a été le troisième État à interrompre temporairement les vaccinations après le ministère de la Santé publique de la Géorgie a déclaré huit personnes avaient eu des effets indésirables sur le site Cumming Fairground mercredi. Le CDC a dit avoir analysé les lots de vaccins et n’avoir pourtant trouvé rien d’alarmant.

Le service de santé du comté de Pottawattamie, en Iowa, a interrompu ses activités le 7 avril après que trois des 35 personnes qui avaient reçu le vaccin de J&J contre le Covid-19 ont aussi subi des réactions indésirables. Le site a consulté le CDC qui a déterminé que l’injection était sans danger.

Article de The News&Observer sur Johnson & Johnson

2. Les signalements de Covid-19 chez les personnes complètement vaccinées avec le vaccin de J&J continuent de s’accumuler

Un homme du New Jersey se bat pour sa vie à lhôpital après avoir été complètement vacciné contre le Covid-19, a déclaré ABC7 NY. Une femme a déclaré qu’elle et son mari avaient reçu le vaccin de J&J le 6 mars, mais qu’ils étaient positifs au Covid-19 le 1er avril. Le mari est hospitalisé dans un état critique et est également traité pour une pneumonie.

Selon le CDC, le vaccin de J&J était efficace à 66,3 % dans ses essais cliniques, et particulièrement deux semaines après injection. Les données des essais cliniques ont également indiqué, selon l’entreprise, que le vaccin était très efficace pour prévenir l’hospitalisation des personnes qui sont tombées malades.

Le Dr Mira Irons, chef de la santé et des sciences à lAmerican Medical Association, a déclaré le 26 mars que le vaccin de J&J contre le Covid-19 est « 100 % efficace contre les hospitalisations et les décès dus au virus ».

Le Dr Irons a noté que le conseiller médical en chef de la Maison-Blanche, le Dr Anthony Fauci, parmi d’autres experts de haut niveau, a déclaré « qu’il est vraiment important de se concentrer sur l’extrémité sévère du spectre, c’est-à-dire la prévention des hospitalisations et des décès ».

Une femme de Brooklyn, Ashley Allen, a réussi à éviter de contracter le Covid-19 en 2020, mais a reçu un diagnostic de la maladie trois semaines après avoir été vaccinée avec le vaccin de J&J. Même après avoir reçu le vaccin à dose unique, Mme Allen a dit qu’elle continuait de prendre des précautions contre le virus, en se masquant et en se lavant les mains fréquemment.

« J’étais certainement très perplexe à ce sujet », a déclaré M. Allen lundi, pensant que c’était peut-être un faux positif.

Comme The Defender la signalé le 31 mars, un nombre croissant de « cas de découverte » de Covid-19 chez les personnes entièrement vaccinées (y compris les personnes vaccinées avec les vaccins Pfizer, Moderna et J&J) ont été signalés à Washington, en Floride, en Caroline du Sud, au Texas, à New York, en Californie et au Minnesota. Les cas comprenaient certaines personnes qui ont dû être hospitalisées, dont au moins trois qui sont décédées.

Cas de Covid-19 reportés parmi des personnes vaccinées

3. Les organismes de réglementation américains et européens examinent les cas de caillots sanguins chez les personnes qui ont reçu le vaccin de J&J

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis enquête sur les caillots sanguins rares chez les personnes qui ont reçu le vaccin J&J, a rapporté aujourd’hui Fierce Pharma.

Reuters rapporte que l’organisme de réglementation des médicaments de l’Europe a déclaré vendredi qu’il examinait les signalements de caillots sanguins chez les personnes qui ont reçu le vaccin contre le Covid de J&J.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré que trois cas graves de coagulation et de faibles numérations plaquettaires se sont produits aux États-Unis pendant le déploiement du vaccin de J&J, et qu’une personne est décédée d’un trouble de coagulation signalé au cours d’un essai clinique.

Le 7 avril, l’EMA a confirmé un « lien possible » entre le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 et les caillots sanguins. Comme AstraZeneca, J&J utilise un vecteur adénovirus modifié par opposition à la technologie d’ARNm utilisée dans les vaccins contre le Covid de Moderna et de Pfizer.

J&J a déclaré être au courant des signalements de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu son vaccin contre le Covid-19 et que la firme travaillait avec les organismes de réglementation pour évaluer les données et fournir des renseignements pertinents. Pourtant, l’entreprise a déclaré à Reuters qu’il n’y avait aucun lien de causalité entre ces « événements rares et le vaccin Janssen contre le Covid-19 ».

4. La production de vaccins de J&J a chuté de 85 % après que 15 millions de doses ont été contaminées par des composants d’AstraZeneca

Selon ABC News, les États-Unis connaîtront une baisse de 85 % de la disponibilité du vaccin de J&J contre le Covid-19 et il est peu probable que le fabricant du vaccin produise de manière durable tant que l’entreprise n’aura pas réglé les problèmes de production dans une installation de Baltimore, au Maryland, selon les fonctionnaires fédéraux et les données communiquées.

Comme The Defender la signalé le 1er avril, 15 millions de doses du vaccin contre le Covid-19 de J&J ont échoué au contrôle qualité après que les travailleurs d’une usine gérée par Emergent BioSolutions — un partenaire industriel de J&J et d’AstraZeneca, dont le vaccin n’a pas encore été autorisé aux États-Unis — ont été contaminés par des ingrédients d’AstraZeneca.

Cette confusion a forcé les organismes de réglementation à retarder la validation des chaînes de production de l’usine et a entraîné une enquête de la FDA.

Les vaccins contre le Covid-19 d’AstraZeneca et de J&J utilisent la même technologie qui utilise une version d’un virus — connu sous le nom de vecteur — qui se transmet dans les cellules pour produire une protéine qui stimule ensuite le système immunitaire à produire des anticorps. Cependant, les vecteurs de J&J et d’AstraZeneca sont biologiquement différents et non interchangeables.

Les dossiers obtenus par la Freedom of Information Act par l’Associated Press ont montré que Emergent a été cité à plusieurs reprises par la FDA pour des problèmes tels que des employés mal formés, des flacons fissurés et des moisissures autour de l’une de ses unités de production.

Selon le Washington Post, l’administration Biden a mis J&J sous contrôle la fabrication chez Emergent BioSolutions après l’incident. Jeff Zients, le coordinateur vaccinal contre le coronavirus de la Maison-Blanche, a claré aux journalistes vendredi que J&J travaille toujours à résoudre les problèmes avec les biosolutions émergentes, mais sattend à ce que l’usine soit certifiée par la FDA.

15 millions de vaccins Johnson & Johnson jetés car les ingrédients ont été mélangés avec ceux du vaccin d'AstraZeneca

5. Les critiques s’en prennent à J&J au sujet de la rémunération de 30 millions de dollars du PDG, tandis que l’entreprise doit verser des milliards de dollars pour son rôle dans l’épidémie dopioïdes

Le conseiller Glass Lewis a recommandé aux investisseurs de rejeter la demande de rémunération de près de 30 millions de dollars pour le PDG de J&J Alex Gorsky, même si la société de soins de santé protège ses hauts dirigeants du coût juridique de mauvaises décisions commerciales, rapporte Reuters (A noter que le cabinet conseil McKinsey sévissant en France pour le compte du gouvernement Castex afin de gérer la stratégie vaccinale est le partenaire de Big Pharma ayant provoqué ce scandale sanitaire sans précédent aux États-Unis, ce qui l’a amené aussi à être condamné lourdement.)

J&J attire l’attention des investisseurs parce qu’elle a exclu de son calcul des primes d’actions à ses cadres supérieurs les coûts liés aux poursuites, y compris 4 milliards de dollars liés au rôle de J&J dans l’épidémie dopioïdes du pays et les dommages liés à l’amiante dans sa poudre de talc qui a causé de multiples cancers.

La rémunération de Gorsky, qui s’élevait à 29,6 millions de dollars en 2020, a augmenté de 17 % par rapport à lannée précédente – soit 365 fois la rémunération annuelle médiane des employés de l’entreprise qui est de 81 000 $, selon les estimations de l’International Shareholder Services (ISS).

Institutional Shareholder Services (ISS) s’est joint au cabinet de conseil rival Lewis pour recommander que les investisseurs de J&J votent le rejet de l’accord de rémunération de Gorsky. ISS a déclaré que la gouvernance d’entreprise de J&J était mauvaise, lui donnant une note de 7 sur une échelle de 1 à 10, où 10 est le pire. Au sujet de la compensation, ISS a donné à J&J une note de 9, a rapporté CBS News.

« À notre avis, les ajustements liés à des actions en justice bien documentées protègent essentiellement la rémunération des cadres de l’impact négatif de leurs décisions pour l’entreprise », a déclaré M. Lewis.

Gorsky est devenu PDG en 2012 et était à la tête de J&J pendant la crise des opioïdes qui, selon le CDC, a fait près de 450 000 morts aux États-Unis entre 1999 et 2018. En 2019, 50 000 personnes sont mortes aux États-Unis de surdoses liées aux opioïdes, selon les Instituts Nationaux de Santé publique.

« Je pense que la rémunération de [Gorsky] était excessive », a déclaré Rosanna Landis Weaver, qui analyse la rémunération des cadres chez As You Sow, un organisme sans but lucratif qui fait la promotion de la défense des intérêts des actionnaires sur l’inégalité, l’environnement et d’autres questions.

« Vous devez traiter les événements ponctuels de la même façon, qu’ils soient positifs ou négatifs », a-t-elle dit. « Il veut que l’on reconnaisse les choses extraordinairement bonnes qui se produisent, comme la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19, mais cela signifie qu’il devrait également se voir infliger une pénalité pour les choses extraordinairement mauvaises qui se produisent également. »

Rémunération de Glass Lewis CEO de Johnson & Johnson

Les États-Unis demandent la suspension de l’utilisation du vaccin de Johnson & Johnson après de rares cas de thrombose.

La Food and Drug Administration et les Centers for Disease Control vont cesser d’utiliser le vaccin sur les sites fédéraux et inviter les États à faire de même pendant qu’ils examinent les questions de sécurité.

– Source : 5 Reasons Johnson & Johnson Is Having a Very Bad Month
– Traduit par Tanguy pour Le Média en 4-4-2