La croisière ça m’use ! Pas de bras, pas de chocolat pour les antivax

17 juillet 2021 | Société

Etang de Saint-Véran

Un petit avant-goût du monde d’après

Les croisières reprennent dans la joie, la bonne humeur et l’apartheid, sur le navire nommé « La liberté des mers ». Quel humour! Quel paradoxe quand on voit les conditions pour les passagers! En voici un aperçu. Toute ressemblance avec des annonces récentes du gouvernement serait fortuite.

Les vaccinés portent un bracelet et ont accès à toutes les zones. Ils peuvent ôter leur masque à l’intérieur lors d’évènements qui leurs sont réservés.

Les non-vaccinés, dont les familles avec des enfants (encore une astuce pour stigmatiser ceux qui s’obstinent à augmenter la population mondiale), n’ont accès qu’à une partie du restaurant principal. Ils sont également bannis du bar, de la boîte de nuit, du casino, de la piscine intérieure … Vous reprendrez bien un petit verre de point Godwin. C’est du 90 ans d’âge, cépage Allemagne années 30

Ils peuvent utiliser la salle de sport pendant des plages horaires restreintes et sont placés dans le fond du public lors des spectacles — désolé pour les myopes et les mal-entendants, ils n’avaient qu’à se faire vacciner (citation de Jean Castex du 10 juillet 2021) !

Ils doivent payer deux tests PCR et contracter une assurance maladie et rapatriement, ce qui rallonge la note — quand on a payé entre 800 et 1 000 €, remise comprise, pour deux passagers, on n’est pas à ça près, quand même !

Sans parler des diverses lois qui s’appliquent aux différentes escales — le laissez-passer A38 nécessaire en cas de couvre-feu ou de confinement !

Quand on apprend qu’une croisière a été annulée parce que trois personnes étaient contaminées par le covid, dont deux qui étaient pleinement vaccinées, on se demande vraiment s’il ne vaut pas mieux privilégier le pédalo sur l’étang de Véran : moins cher, plus sûr et plus fun.

Pour continuer la lecture en anglais:
https://gcaptain.com/unvaccinated-cruise-guests-get-second-class-treatment-at-sea/

Résumé et traduit par Thomas pour Le Média en 4-4-2