Corinne Lalo, grand reporter à TF1 : « Le vaccin a un effet hormonal délétère dans les ovaires. C’est aberrant. »

Santé

mise à jour le 02/01/22

Le vaccin, Omicron… Les voix s’élèvent à mesure que les données apparaissent, les journalistes mainstream s’agacent eux-mêmes devant ce mensonge trop grotesque. Les digues commencent à tomber. La vidéo ci-dessous va certainement pousser les Français à réfléchir face aux propos de Corinne Lalo, journaliste spécialisée dans la santé depuis trente ans. Une attention particulière aux enfants et aux femmes.


Corinne Lalo — qu’on ne peut pas traiter de complotiste — est journaliste grand reporter à la télévision, spécialisée dans la santé. Elle a couvert de grandes affaires telles que celle du sang contaminé, du « nuage de Tchernobyl », de la vaccination contre l’hépatite B, la grippe H1N1 et du Mediator. Invité sur TV5 dans l’émission L’invité, le présentateur Patrick Simonin ose poser les questions interdites sur le vaccin comme, par exemple, l’effet hormonal dans les ovaires/testicules ou encore la dangerosité de vacciner les enfants. Les réponses de la journaliste grand reporter depuis trente ans, spécialisée dans la santé, est sans appel :

« Le vaccin anti-covid de Pfizer ou Moderna, selon les textes mêmes fournis par les laboratoires aux agences régulatrices comme l’Agence du médicament européenne, le disent. La protéine Spike produite à partir du vaccin par le corps lui-même doit normalement plus ou moins rester à l’endroit de l’injection du vaccin. Mais, en fait, on la retrouve partout dans les organes. On la retrouve dans le cerveau et on la retrouve dans le foie. On la retrouve également — et c’est là qu’il y a un effet hormonal — dans les ovaires et dans les testicules. Et dans les ovaires, ça a un effet délétère sur la formation des follicules et des ovules. » « On est toujours dans un produit qui est expérimental. C’est un produit qui est en phase d’essais cliniques, donc en matière d’essais cliniques, il faut être très, très prudent. Les essais cliniques ne seront finis qu’en 2023. Donc, il faut une extrême prudence avec un produit qui est expérimental. On ne l’utilise pas dans une vaccination de masse un produit qui est expérimental, ça n’a jamais été fait. C’est aberrant. »

Retrouver la vidéo entièrement ici :

Le Média en 4-4-2

partage cet article !