Vaccination anti-Covid en Italie : mort après un vaccin, pure coïncidence ?

Santé

mise à jour le 01/06/21

Une trentaine d’Italiens sont morts après avoir été vaccinés contre le Covid. Une liste a été faite. Depuis qu’elle a été établie, d’autres décès sont venus s’y ajouter. Ces chiffres sont-ils fiables ? Ils  sont sans doute sous-estimés. Ces décès peuvent expliquer en partie le faible taux de vaccination en Italie.

Malgré la mort de leurs proches, certaines familles gardent confiance en la vaccination 

Malgré la mort de proches à la suite d’une vaccination, certaines familles gardent confiance dans les laboratoires. Big Pharma et ses prophètes seraient-ils à la tête d’une nouvelle religion ?
« Je crois en la vaccination Covid et je prendrai la deuxième dose. Mais en même temps, je voudrais connaître la cause de la mort de mon mari », déclare la veuve de Sandro Tognatti, décédé 14 heures après avoir été vacciné.
La famille d’Augusta Turiaco, 55 ans, professeur de musique, morte 19 jours après le vaccin, lance un appel : « Nous voulons faire la lumière sur Astrazeneca, mais faites-vous vacciner. »
« Adieu maman, tu seras la plus belle chose de ma vie, tu es partie pour un vaccin, pour ton sens civique », déclare le fils de Sonia Battaglia.

Le gouvernement : on ne va pas arrêter de vacciner pour si peu

Juste après le décès à Gênes d’une enseignante de 32 ans, vaccinée le 22 mars 2021, le président de la région Liguri, Giovanni Toti, a déclaré : « Les vaccinations se poursuivent dans toute la Ligurie, en quantités croissantes à La Spezia et dans la semaine l’un des deux centres de Gênes viendra à travailler jusqu’à deux heures du matin. Disons que nous sommes aux limites de notre production dans la programmation du mois d’avril. »

Les médecins légistes : circulez, y’a rien à voir !

Pourquoi se gêner puisqu’« il n’y a pas de corrélation directe entre le décès et une dose d’AstraZeneca le 22 mars. C’est ce que les médecins nous ont dit après un premier examen, mais cette tragédie vient de se produire et il y aura donc une analyse appropriée  », a déclaré le gouverneur de la LigurieC’est le type même du discours officiel tenu en Italie sur la vaccination : il y aura des « analyses appropriées ». Soyons sûrs qu’elles tomberont bien vite dans l’oubli. Un exemple : suivons l’histoire de la famille napolitaine de Sonia Battaglia, très remontée après la mort d’une mère très aimée. Elle voulait engager des avocats, faire un procès à l’État, obtenir une autopsie car le vaccin incriminé faisait partie d’un lot auparavant retiré du marché le 1er mars. Eh bien, depuis les premières déclarations, plus rien. Mais rien de rien. Non seulement les enquêtes traînent, mais les autopsies sont unanimes : le décès n’a rien à voir avec la vaccination, même quand il survient le jour de l’injection. Un nom, celui d’un des principaux responsables des autopsies, Roberto Testi, apparaît souvent. On le trouve à l’origine des comptes-rendus des décès de Sandro Tognatti, d’Alberto Grazioli, de Giuseppe Morabito, entre autres.

Retour dans le passé : le schizophrène étranglé par ses « soignants »…

Un habitant de Piazza Umbria a protesté de son balcon, en direction des policiers venus interner Andrea Soldi, 45 ans, un schizophrène qui stagnait sur un banc : « Ici, en Sardaigne, on ne traite même pas les animaux comme ça. » Andrea Soldi a ensuite été attaché une semaine durant sur un lit de contention en plein mois d’août (2015). Après tous ces bons traitements, il est mort. Une autopsie a même conclu à une mort par étranglement. Roberto Testi est donc appelé à la rescousse par le psychiatre et les autorités pour une seconde autopsie plus favorable. Très serviable, il conclut que Andrea n’a pas été étranglé. Pour rétablir la vérité et rendre hommage à Andrea Soldi, un livre est paru d’après son journal intime.

… L’autopsie du suicidaire « suicidé » par la police…

Gros titre : « Tué par un carabinier alors qu’il tentait de lui arracher son arme » Sous-titre un peu plus « nuancé » : « Était-ce de la légitime défense ? » Eugen Bejan, 53 ans, a été tué le soir du 19 février 2021 dans la cour du château de Quaregna Cerreto, dont il était le gardien, par un coup de pistolet d’un officier des carabiniers. Ce dernier était intervenu à la demande de quatre infirmiers qui essayaient de maintenir l’homme qui les avait lui-même appelés à l’aide. Eugen tenait un grand couteau de cuisine, avec lequel il menaçait de se suicider. Les résultats de l’autopsie, déposée au parquet par le médecin légiste, Roberto Testi, confirment tout naturellement la légitime défense.

… L’autopsie du bébé de deux mois mort au lendemain de sa vaccination…

Mai 2016,  Roberto Testi pratique une autopsie sur le corps de la petite Steffy Ebose Robinson, morte dans son sommeil à seulement deux mois. Pour Roberto Testi, le décès ne serait pas lié aux vaccins, administrés la veille. Il s’agirait de la classique « mort subite ».

Mort après un vaccin ? pure coïncidence !

Les médecins légistes poursuivent leurs pratiques frauduleuses habituelles. Il n’y a donc aucune mort due à la vaccination, selon eux. Et pourtant on peut nommer les victimes de la vaccination anti-Covid. Ce sont  Annamaria Mantile, morte 3 jours après avoir reçu la première dose d’AstraZeneca,  Giuseppe Maniscalco, 54 ans, décédé d’une crise cardiaque 48 heures après l’administration du vaccin, Davide Villa,  décédé 12 jours après l’administration du vaccin AstraZeneca, Stefano Paternò, 43 ans, mort 15 heures après avoir reçu la première dose du vaccin d’Astrazeneca, Vincenzo Russo, 58 ans, mort d’une thrombose, 4 jours après le vaccin AstraZeneca, Giuseppe Morabito, 61 ans, mort 10 jours après l’administration d’AstraZeneca, Sandro Tognatti, 57 ans, décédé 14 heures après avoir été vacciné avec AstraZeneca, Michele Quintiero, 62 ans, décédé environ 2 heures après avoir été vacciné avec Pfizer, et beaucoup d’autres…

En France, chaque semaine, les cas graves après vaccination sont recensés par l‘Autorité nationale de Sécurité du médicament. Ainsi, dans le semaine du 30 avril au 6 mai, un tiers des réactions aux vaccins anti-Covid-19 sont classées comme graves (sans que le détail en soit donné). Voir graphique ci-dessous.

.

Données hebdomadaires de pharmacovigilance du 30 avril au 6 mai 2021.

Sur 60 millions d’Italiens, 9,24 sont complètement vaccinés, soit 15,3 % de la population. Ce sont les convaincus, prêts à braver tous les dangers. Conclusion : 84,7 % des Italiens ne sont que des pleutres et manquent totalement de sens civique. Et les Français sont pires : 9,3 millions sont entièrement vaccinés, seulement 13,9 % de la population. Manquons-nous de confiance dans le corps médical ? dans le gouvernement ? dans les laboratoires ? C’est bien possible.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !