Yves Rénier avant sa mort : « J’ai eu mes deux piqûres de vaccin anti-Covid »

3 mai 2021 | Société

Yves Rénier et sa femme Karin

L’acteur Yves Rénier a été victime d’un malaise cardiaque la nuit du 23 au 24 avril. Une disparition soudaine à laquelle ses proches ne s’attendaient pas du tout, malgré un problème cardiaque dans les années 90. Un quadruple pontage ne l’avait pas empêché de reprendre le cours de sa carrière.

Tout le monde se fait vacciner, alors…

Considéré comme prioritaire pour la vaccination, en raison de son âge et de son état de santé, Yves Rénier a déclaré, le 1er mars, qu’il n’était « pas très pressé ». « Quand j’ai commencé à m’en occuper, c’était il n’y a pas très longtemps… après m’être copieusement fait engueuler par mon épouse qui m’a dit : “Mais enfin, tu es un dingue! Tu n’as pas pris tes dispositions pour te faire vacciner ! Tout le monde se fait vacciner ! ” »

Infernal d’avoir à lutter contre le Covid, les Gilets Jaunes

Interview de Non Stop People :
– Que pensez-vous de la gestion de la crise par le gouvernement ?
– Eh bien, moi je ne vais pas hurler avec les loups. Je n’aimerais pas être dans la peau de Macron. Je trouve que c’est infernal d’avoir à lutter contre le Covid, les Gilets Jaunes. 
– On tape trop dessus ?
– Oui, c’est trop facile quoi, trop simple. Il faut toujours des responsables. Le mec qui tombe dans la rue, il veut un responsable. C’est une histoire qui va se régler. Le monde a été fait de pandémies. Il y en a eu depuis la nuit des temps. On apprend à se réguler nous-mêmes.

La stratégie du « à la fois » 

La pensée du pacifique Yves Rénier, celui qui, en tout cas, est pour la paix dans son ménage, n’est pas facile à suivre. Ainsi, selon lui, d’un côté, les pandémies se règlent naturellement, mais il faut lutter contre le Covid. Le Covid est une catastrophe naturelle, mais les Gilets Jaunes aussi. Quant à la déclaration « On tape trop dessus », il faut comprendre sur Macron (pas sur les Gilets Jaunes). D’un côté, il n’est pas pressé de se faire vacciner, mais il a tout fait pour obtenir rapidement un rendez-vous. L’âge et la comorbidité ne l’ont pas motivé pour se faire vacciner. L’argument qui l’a emporté, c’est « il faut faire comme tout le monde ». Et puis il a voulu concilier le dynamisme de sa femme plus jeune de vingt ans avec sa tranquillité personnelle. 

« Je vais bien. J’ai eu mes deux piqûres de vaccin anti-Covid et tout va bien » sera sa dernière déclaration paradoxale.

Le paradoxe du comédien

Eviter les conflits, les choix difficiles, c’est à long terme dangereux. Le mode de pensée du « à la fois » est une entourloupe, mais ça Macron nous l’a abondamment démontré. Yves Rénier en a peut-être été victime.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2