Vaccination en Italie : pas de responsable en cas de mort

7 avril 2021 | Santé, Société

Le nouveau décret Covid a été approuvé par le Conseil des ministres italien le 31 mars et publié dans le Journal Officiel du 1er avril. Il prévoit la suspension du travail pour les professionnels de la santé qui ne se feront pas vacciner et le risque de suspension du salaire au cas où il ne serait pas possible d’assigner au travailleur des tâches alternatives. Mais ce n’est pas tout !

Le nouveau décret Covid confirme la protection pénale contre les délits de lésions corporelles par négligence et d’homicide involontaire pour les agents de santé qui procèdent à des vaccinations.

Article 3 du décret (Responsabilité des soins de santé découlant de l’administration du vaccin contre le SRAS-CoV-2) :

Pour les faits visés aux articles 589 et 590 du code pénal survenus en raison de l’administration d’un vaccin pour la prévention des infections par le SRAS-CoV-2, effectuée pendant la campagne extraordinaire de vaccination en exécution du Plan visé à l’article 1, alinéa 457, de la loi n° 178 du 30 décembre 2020, la punissabilité est exclue lorsque l’utilisation du vaccin est conforme aux indications contenues dans la mesure d’autorisation de mise sur le marché délivrée par les autorités compétentes et aux circulaires publiées sur le site institutionnel du ministère de la Santé relatives aux activités de vaccination.

Traduction du bla bla du décret Covid : il est permis de tuer !

Deux articles du code pénal ne seront pas applicables au personnel chargé de la vaccination. Ils s’intitulent : « Des crimes contre la vie et la sécurité individuelle ».
Les voici (l’article 589 ouvre la porte à tous les crimes) :

Article 589 : « Quiconque cause de manière coupable la mort d’une personne est passible d’une peine d’emprisonnement de six mois à cinq ans. »
Article 590 : « Quiconque cause de manière coupable des dommages corporels à une autre personne est passible d’une peine d’emprisonnement de trois mois maximum ou d’une amende de 309 euros maximum… »

Nouveau décret : mode d’emploi

Etre vacciné peut être obligatoire. Vacciner est recommandé. Tuer à cause d’un vaccin n’implique aucune poursuite.

La famille de Sonia Battaglia, morte à 54 ans au mois de mars, à la suite d’une injection d’AstraZeneca (du lot ABV5811 depuis retiré) pourra annuler sa plainte contre le ministère pour homicide involontaire. Le parquet de Nola avait déjà commencé à enterrer l’affaire, car actuellement les résultats de l’autopsie ne sont toujours pas connus.
Les souris de laboratoire ne font pas de procès. Comme elles, les personnes vaccinées, ne seront pas soutenues par la loi, puisque ni les laboratoires, ni le personnel médical ne sont légalement responsables. Faut faire confiance, c’est tout !  È cosi !

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.