Maltraitance en Ehpad : le scandale d’Orpéa et autres mouroirs

Politique, Santé

mise à jour le 26/02/22

Le Monde du 24 janvier présente Les fossoyeurs : Révélations sur le système qui maltraite nos aînés, de Victor Castanet. « Les « fossoyeurs » ne sont pas les auxiliaires de vie, employés, soignants… mais les décideurs pour lesquels la vieillesse est un filon lucratif. Un groupe privé français concentre l’essentiel des attaques de Victor Castanet : Orpéa, numéro un mondial du secteur des Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ) et des cliniques. Un mastodonte : 65 000 collaborateurs dans 1 100 établissements à travers la planète ; 220 Ehpad en France.

Sur France 5, dans l’émission C à vous, Victor Castanet affirme : « Le personnel soignant est obligé d’être maltraitant car il fait face à un système violent de réduction des coûts mis en place par Orpea. On m’a proposé quinze millions d’euros pour que je ne publie pas mon enquête. »

Comme lors de la parution du livre La Familia grande, qui dénonçait l’omerta sur la pédophilie, d’autres victimes ont pu se faire entendre, les souffrances des personnes âgées en Ehpad parviennent enfin jusqu’aux médias. Ainsi, la fille de Françoise Dorin, comédienne et auteur, témoigne sur la mort de sa mère, pensionnaire de l’établissement Orpea de Neuilly-sur-Seine : « Elle a déclaré une escarre très rapidement qui n’a pas été soignée comme il faut et qui a dégénéré, elle n’a pas eu de soins d’un médecin. On m’a dit que ce n’était rien, que tout allait bien, et quand on s’est un peu affolé, il était déjà trop tard et elle a fait un choc septique à la suite de ça. C’est un manque de vigilance, une négligence, un dysfonctionnement. Et tout cela a amené au décès de ma maman. »

Politiques et médias s’émeuvent

« Les révélations faites dans ce livre sont absolument révoltantes, vous avez le ventre noué en lisant des choses pareilles. Et si ces faits sont avérés, ils devront évidemment être sanctionnés avec la plus grande sévérité », a estimé mercredi 26 janvier le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Ce dernier a précisé que la ministre déléguée chargée de l’Autonomie des personnes âgées Brigitte Bourguignon (vous la connaissiez ? nous non plus) rencontrerait « dans les plus brefs délais » le directeur général d’Orpea Jean-Christophe Romersi, « à la demande du ministre de la Santé Olivier Véran ». Si Olivier Véran ne lui avait pas demandé, elle n’aurait rien fait, pourrait-on croire. Le patron du groupe LR à l’Assemblée, Damien Abad, demande la mise en œuvre d’États généraux de la dépendance. « On ne peut pas continuer comme ça », a-t-il affirmé. Marine Le Pen demande la création d’une commission d’enquête parlementaire sur la gestion des Ehpad « par les groupes privés », estimant que « nous nous devons de protéger nos aînés et de les traiter avec dignité ».

BFMTV donne la parole à Victor Castanet.

Ils ne savaient pas !

Le livre de Victor Castanet arrive comme une bombe, et pourtant…

Le 23 janvier 2019 paraît : « J’ai rendu mon uniforme: Une infirmière en EHPAD témoigne », de Mathilde Basset, éditions du Rocher.
Le 23 janvier 2020 paraît « EHPAD : une honte française, le témoignage choc d’une soignante », de Anne-Sophie Pelletier, Plon : « Avec ce livre, j’ouvre les portes vers une humanité qu’on oublie voire met de côté, et dévoile les secrets des EHPAD, lieux où souvent les mots “humain”, “dignité” sont sacrifiés sur l’autel de la rentabilité et du profit. »
Le 9 décembre 2020 paraît « Médecins, maltraitants, et… protégés ! Enquête dans un Ehpad », de Jean-Charles Gimbert.
Le 15 octobre 2021 paraît : « Je travaille dans un EHPAD: (Haut de gamme) … et je vais tout vous dire sur l’envers du décor », d’un auteur anonyme.
Le même jour paraît « EHPAD, je tente de survivre: Ennui, Horreur, Précipice, Abandon, Destruction », de Jérôme Pinon.

Que voulez-vous, nos politiques n’ont guère le temps de lire avec toutes leurs obligations. S’ils avaient su ! On peut se demander pourquoi les ehpad mis en cause par ces livres n’ont pas craint leurs révélations. Pourquoi avoir proposé quinze millions à Victor Castanet pour qu’il enterre son enquête ? Le livre de Camille Kouchner, La Familia grande a été publié, bien diffusé et soutenu par la critique. Nul doute qu’être la femme de Louis Dreyfus, homme de médias, a été un facteur non négligeable. Quelle est la position sociale de Victor Castanet qui lui a permis de se faire entendre et de faire entendre les victimes d’ehpad ?

Une opération électoraliste ?

Le ramdam médiatique sur Les Fossoyeurs évoque un jeu d’influence entre Orpéa et l’ex-ministre de la Santé Xavier Bertrand, lors du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, pour obtenir de nombreuses ouvertures d’établissements. Un scandale révélé à quelques mois de l’élection présidentielle… de la même façon que la morale et la Justice censée la faire régner s’étaient éveillées en 2017 pour écarter François Fillon de la présidentielle.
Certes, le 3 février 2021, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, arrive en 3e position des intentions de vote pour la présidentielle 2022, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, mais le 23 janvier 2022, il est éliminé dès le premier tour du congrès LR. Le mettre en question serait plutôt un coup de semonce en direction de Nicolas Sarkozy qui n’a pas encore choisi son camp et a tout à craindre de la Justice si on l’oriente bien comme il faut.

Des retraités maltraitent des retraités ou les retraites BlackRock et la loi Pacte

BlackRock part de ce constat dont les données lui échappent bien sûr totalement : « Les régimes de base et complémentaire ont été essentiellement modifiés paramétriquement en allongeant la période de travail, en augmentant le niveau des cotisations et en désindexant le niveau des pensions. » Heureusement BlackRock va préserver les revenus des retraités grâce à la loi Pacte : « La loi Pacte vise spécifiquement à combler les lacunes structurelles des régimes d’épargne retraite volontaire existants. » Ce jargon est facile à comprendre. Traduisons : l’État va flinguer votre système de retraite et confier vos économies au privé, BlackRock par exemple.
Les actionnaires d’Orpéa sont des fonds de pension canadiens (donc des économies de retraités canadiens gérées par le privé), Peugeot, etc. Vanguard n’a que 2,02 %, mais il est toujours là.
Les actionnaires de Korian sont le Crédit agricole, Malakoff Mederic et divers autres fonds de pension.
Vanguard est toujours présent, mais n’a que 1,70 %.

Les Ehpad sont gérés comme n’importe quelle entreprise

Les Ehapd — comme les hôpitaux — sont dirigés par de purs gestionnaires et non par du personnel médical. Ainsi le président d’Orpea, Yves François Marie Le Masne, est ingénieur spécialisé en informatique de gestion avec une spécialisation dans le contrôle de gestion et la finance. Il a un DESS finance comptabilité, est diplômé de l’École universitaire de management Paris et de l’Ecole Supérieure d’Informatique. Le directeur général France, Jean-Christophe Romersi, est diplômé de l’ESSEC (École supérieure des sciences économiques et commerciales ).

Mme Boissard, présidente de Korian, est passée par la Ecole Normale Supérieure, Sciences Po et l’ENA.

Malgré les « affaires », les Ehpad restent des affaires rentables

La publication des Fossoyeurs a fait plonger le titre Orpea, au total de – 38,10 %. Le groupe Korian n’est pas en reste (- 25 % et ça continue). Que les investisseurs ne s’affolent pas, rassure Capital : « Il n’y a pas vraiment d’alternative aux Ehpad. Le maintien à domicile est en effet souvent impossible pour les seniors en importante perte d’autonomie… et il est très coûteux. Ce système n’est donc ni souhaité par les familles, ni par l’Etat. » Rubrique le conseil du jour : faut-il acheter en Bourse les géants des maisons de retraite après l’effondrement des actions ? La réponse est dans la question…

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !