L’histoire de France, conférence de François Asselineau (chapitre 2)

Histoire

mise à jour le 16/09/21

Rappelant de nombreux événements méconnus ou surprenants, proposant des clés de compréhension inédites et replaçant 2 000 ans de notre histoire nationale dans une mise en perspective inhabituelle mais lumineuse, cette stupéfiante conférence de François Asselineau explique pourquoi, contrairement à ce que tout le monde ressasse, la construction européenne n’est pas l’avenir de la France. Et pourquoi il ne faut jamais désespérer des capacités extraordinaires du peuple français à se ressaisir pour libérer la France.

La France face à l’Empire universel (1re partie suite du chapitre 1)

Il est impossible d’unifier le continent européen
En 27 avant J.-C. Octave, fils adoptif de Jules César, après avoir triomphé de son concurrent Marc Antoine, devient César « Augustus », c’est-à-dire le « Divin » et Imperator (généralissime). L’aigle impérial devient le symbole de l’Empire romain, centré sur la Méditerranée et laissant hors de son influence de grandes parties de ce qui deviendra l’Europe : Irlande, Ecosse, Scandinavie, une grande partie de l’Allemagne, République Tchèque, Slovaquie, Pologne, Hongrie. 

L’Empire universel est un rêve impossible
En 52 avant J.-C. les élites gauloises, qui ont pris le parti de l’étranger, le parti romain, avaient quand même 528 ans devant elles avant de voir s’effondrer l’Empire qui avait submerger la Gaule.
En 476 après J.-C., l’Empire romain disparaît en Occident et va subsister 1 000 ans en Orient sous le nom de l’Empire dit byzantin, Rome ayant été remplacée par Byzance, puis Constantinople comme ville de l’Empereur (Constantin).
En 1940, ceux qui avaient pris le parti de l’étranger n’ont eu que quatre ans avant de voir s’effondrer le Reich qui devait durer mille ans. De nos jours, dans combien de temps va s’effondrer l’Empire qui veut nous asservir ? 

Le pouvoir spirituel renforce le pouvoir temporel
L’Église chrétienne, qui était avant le IVe siècle romain une religion d’esclaves persécutés, devient religion de patriciens qui tentent de garder ainsi leur pouvoir temporel. D’esclave, le pape va devenir souverain pontif (fabricant de ponts, ce qui était un des titres de l’empereur romain). Il va s’installer dans les palais laissés vides par les empereurs de Rome qui se sont enfuis en Orient et prétendre à la double souveraineté, spirituelle et temporelle, sur l’Europe occidentale.
En 476, le dernier empereur romain, Romulus Augustus est déposé par le chef des Ostrogoths Odoacre.
Justinien, empereur de Byzance au Ve siècle, prétend au double pouvoir temporel et spirituel. Sur une pièce de monnaie un ange tient d’une main un orbe impérial (un globe surmonté d’une croix), symbole du pouvoir temporel sur l’ensemble du monde connu et de l’autre la croix du Christ. 

La France face à l’Empire universel (2e partie)

Clovis chasse le dernier chef romain
En 486, dix ans après la disparition du dernier empereur romain d’Occident, un guerrier franc, Clovis, bat à Soissons le dernier représentant du pouvoir romain en Gaule. Dix ans après, en 496, Clovis se fait baptiser à Reims après sa victoire à Tolbiac (en Champagne) contre une autre tribu barbare, les Alamans.
Conséquences du baptême de Clovis :
– Le soutien de l’Église et des évêques au nouveau pouvoir,
– L’interdiction des mariages claniques empêche la constitution d’ethnies,
– L’amalgame entre les Francs et les ex-Gaulois devenus gallo-romains.

Charlemagne constitue son Empire
800 après j.-c. : Charlemagne regroupe une partie de l’Europe actuelle. L’idée impériale universelle ressuscite. Il se fait couronner empereur par le pape Léon II, son prisonnier qui ne peut rien lui refuser, à Rome (il a donc l’appui de l’Eglise). Son pouvoir est double, avec les mêmes symboles (aigle et croix) que l’empereur byzantin. Lorsqu’il meurt, en 843, son Empire disparaît.

L’Europe occidentale est divisée en trois royaumes
Les petits-fils de Charlemagne, Charles le chauve (Francie), Louis le Germanique (Germanie) vont se disputer le royaume de Lothaire qui les sépare géographiquement (future Lorraine). D’où les conflits récents pour s’en emparer.

Un nouvel Empire : le Saint Empire romain germanique
En 862 un roi de Germanie, Othon 1er le Grand, se fait couronner empereur. Le pape Jean XII le couronne. Il crée le saint empire romain germanique (supprimé par Napoléon Ier).

A suivre : Une indomptable volonté de justice et d’indépendance contre l’Empire et contre l’Eglise

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !