Italie : arrestation d’une cellule nazie liée à Azov qui planifiait des attentats terroristes

Faits-divers, Géopolitique

mise à jour le 16/11/22

L’enquête avait débuté en 2019. Dans les provinces de Naples, Caserta et Avellino, une opération de la police italienne a permis l’arrestation de quatre personnes appartenant à une association liée aux nazis ukrainiens. Elle s’appelait « Ordre de Hagal » et était basée à Marigliano (Naples).


Les membres de l‘ordre de Hagal ont entretenu des contacts « directs et fréquents » via Telegram avec le Bataillon Azov et les formations militaires ukrainiennes néonazies Secteur droit et Centuria, « probablement en vue d’un éventuel recrutement dans les rangs de ces groupes de combat ». Le groupe est accusé d’avoir organisé des formations paramilitaires à Naples et à Caserta, ainsi que des séminaires promouvant la suprématie blanche et le déni de l’Holocauste. Des membres du groupe ont participé à des cours en Israël de combat à mains nues (Krav-maga) et d’utilisation d’armes à feu, courtes et longues.

Au terme de l’enquête, quatre personnes ont été arrêtées « pour avoir mené des activités de propagande d’idées fondées sur la supériorité et la haine raciale et ethnique, et d’incitation à commettre des actes de discrimination et de violence pour des raisons raciales et ethniques, également fondées sur la banalisation de manière grave et sur l’apologie de la Shoah ». Il s’agit de Maurizio Ammendola, 41 ans, de Maddaloni, président de l’association ; Michele Rinaldi, 47 ans, de Montoro, vice-président ; Massimiliano Mariano, 46 ans, de Castellammare di Stabia, Giampiero Testa, 26 ans, de Marigliano. Un Ukrainien, âgé de 27 ans, se serait enfui en Ukraine, pour s’engager au bataillon Azov. Un autre fugitif, Fabio Colarossi, 36 ans, originaire de Rome, fait l’objet d’une enquête.

Les quatre hommes arrêtés préparaient probablement des actions terroristes

Parallèlement, 26 perquisitions ont été effectuées à Naples, Avellino, Caserta, Milan, Turin, Palerme, Raguse, Trévise, Vérone, Salerne, Potenza, Cosenza et Crotone. Elles font suite aux 30 déjà effectuées en mai et octobre 2021 et ont permis de collecter du matériel de propagande, des balles, des armes soft air, des vêtements tactiques, des souvenirs du temps du fascisme mussolinien, etc. L’Ordre de Hagal est accusé de stocker des armes et de planifier des attaques terroristes. « La grande disponibilité des armes pendant le conflit actuel entraînera la prolifération d’armes illicites dans la phase post-conflit », a averti le secrétaire général d’Interpol, Juergen Stock. Dans un reportage de la télévision italienne Sky TG24 (voir ci-dessous), les objets saisis bien étalés sur une table montrent clairement l’appartenance des individus aux idéologies nazies, à la gloire d’Hitler et du bataillon Azov.

Le 17 septembre 2016, un des terroristes, Giampiero Testa, avait menacé de faire un massacre chez les carabiniers de Marigliano, après une arrestation pour bagarre, dommages corporels et port d’objets offensifs. « Seulement une intention déclarée, jamais suivie d’une conduite active », selon Antonio Bocelli, chef des Digos [division des enquêtes générales et des opérations spéciales ] napolitains. Le 18 décembre 2020, Giampiero a été intercepté alors qu’il parlait à sa mère : le jeune homme se plaignait des mesures imposées par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie et des contrôles des forces de police. Et il se disait déterminé à tuer un carabinier s’il se rendait chez lui pour un contrôle, et à se suicider immédiatement après.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !