Vaccin anti-Covid : d’après les recherches du Pr Bridle, la protéine Spike s’avère dangereuse pour l’homme

Santé

mise à jour le 31/01/22

Les récents travaux du Pr Bridle mettent en évidence la dangerosité de la protéine Spike pour l’homme. Sa propagation dans le corp humain après l’injection des vaccins serait la cause des multiples effets secondaires observés jusqu’à aujourd’hui.

« Nous avons fait une erreur. » Dans une interview récente avec la journaliste Alex Pierson, le Pr Byram Bridle, spécialiste en immunologie virale, déclare que ses nouvelles recherches et travaux l’ont amené à faire des découvertes importantes sur le virus et en particulier la protéine Spike. Cette protéine est celle qui a fait l’objet de nombreux travaux, notamment sur les vaccins à ARN messager.

Dans le cadre de son interview, le Pr Bridle prend les devants pour expliquer les éléments de sa découverte, ainsi que les conséquences pour la vaccination en cours…

Byram Bridle, canadien, est un immunologiste viral passionné par l’amélioration de la vie grâce à deux voies de recherche, la conception et l’optimisation de nouvelles biothérapies pour le traitement des cancers et l’étude des réponses de l’hôte aux virus et autres stimuli inflammatoires.

La protéine Spike à l’origine des effets secondaires

Dans le cadre de ses travaux sur le coronavirus il déclare :

« Jusqu’à récemment, nous n’avions jamais pensé que les protéines Spike pouvaient être toxiques ! Les vaccins ARNm qui ont été testés pour la première fois sur des animaux et dont les études n’ont jamais été rendues publiques, montrent que les nanoparticules d’ARNm ne restent pas localement au site de ponction dans le tissu musculaire, comme supposé et revendiqué par les fabricants, mais vont dans les organes à des concentrations parfois dramatiques, où elles sont transférées de cellules en cellules et absorbées en continu. »

Les chercheurs du groupe du Pr Bridle ont donc découvert que la protéine Spike du vaccin, en se dépaçant dans le corps, est une toxine et crée des dommages cardio-vasculaires.

On croyait que l’injection dans l’épaule restait localisée. Mais une étude a observé où va la protéine après : dans le sang, elle s’accumule dans le foie, les ovaires.

« Nous avons fait une erreur. La protéine de pointe est elle-même toxique et dangereuse pour l’homme. Elle est même transmis par le lait maternel aux enfants allaités. »

En pratique, on a découvert que la protéine pose problème : 13 jeunes ont reçu la thérapie génique Moderna et on a observé que la protéine Spike est passée dans le sang chez 11 des 13 jeunes. En passant dans le sang, elle peut se lier aux récepteurs de nos plaquettes pouvant provoquer coagulation, caillots, problèmes neurologiques. Ce qui explique tous les effets secondaires graves que l’on a pu observer (thromboses et caillots).

L’étude est disponible ici.

LifeSiteNews a décortiqué l’étude

Un article du site LifeSiteNews a documenté cela en détail, traduit ci-après : 

Une nouvelle recherche terrifiante révèle de manière inattendue un pic de protéine du vaccin dans la circulation sanguine. La protéine est liée aux caillots sanguins, aux lésions cardiaques et cérébrale, aux risques potentiels pour les bébés allaités et à la fertilité.

Cette recherche montre que la protéine de pointe de coronavirus de la vaccination Covid-19 pénètre de manière inattendue dans la circulation sanguine, ce qui est une explication plausible pour des milliers d’effets secondaires signalés des caillots sanguins et des maladies cardiaques aux lésions cérébrales et aux problèmes de reproduction, a déclaré la semaine dernière un chercheur canadien sur les vaccins contre le cancer.

« C’est la toute première fois que des scientifiques découvrent où vont ces vaccins à ARN messager [ARNm] après la vaccination », a déclaré Bridle. « Est-ce une hypothèse sûre qu’il reste dans le muscle de l’épaule ? La réponse courte est : absolument pas. C’est très déconcertant. »

Les chercheurs avaient fait l’hypothèse que les nouveaux vaccins à ARNm Covid se comporteraient comme des vaccins traditionnels et que la protéine de pointe du vaccin resterait principalement dans le site de vaccination au niveau du muscle de l’épaule.

Au lieu de cela, les données japonaises ont montré que la protéine du coronavirus pénètre dans le sang où elle circule pendant plusieurs jours après la vaccination, puis s’accumule dans les organes et les tissus, y compris la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales et en concentrations assez élevées dans les ovaires.

« Nous savons depuis longtemps que la protéine de pointe est une protéine pathogène. C’est une toxine. Elle peut causer des dommages à notre corps si elle entre en circulation », a déclaré Bridle.

« Ce qui a été découvert par la communauté scientifique, c’est que la protéine de pointe à elle seule est presque entièrement responsable des dommages au système cardiovasculaire, si elle entre en circulation », a déclaré Bridle aux auditeurs.

Il a également été démontré que la protéine de pointe traversait la barrière hémato-encéphalique et causait des dommages au cerveau.

Alerte de plusieurs professionels de santé

« Les résultats de cette étude Pfizer qui a révélé la biodistribution de l’ARNm du vaccin ne sont pas surprenants, mais les implications sont terrifiantes », a déclaré Stephanie Seneff, chercheuse principale au Massachusetts Institute of Technology, à LifeSiteNews.

Il est maintenant clair que le contenu du vaccin est administré à la rate et aux glandes, y compris les ovaires et les glandes surrénales.

« La protéine de pointe libérée est rejetée dans le milieu, puis atteint finalement la circulation sanguine, causant des dommages systémiques. Les récepteurs ACE2 sont communs dans le cœur et le cerveau, et c’est ainsi que la protéine de pointe provoque des problèmes cardiovasculaires et cognitifs », a déclaré Seneff.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont récemment annoncé qu’ils étudiaient les rapports de maladies cardiaques bénignes suite à la vaccination Covid-19. La semaine dernière, 18 adolescents dans l’état du Connecticut seul ont été hospitalisés pour des problèmes cardiaques qui se sont développés peu de temps après avoir pris le vaccin contre le Covid-19.

Le rhumatologue pédiatre J.Patrick Whelan avait averti un comité consultatif sur les vaccins, de la Food and Drug Administration, du potentiel de la protéine Spike des vaccins Covid de produire des problèmes microvasculaires causant des dommages au foie, au cœur et au cerveau qui n’ont pas été évalués dans les essais de sécurité.

Un rapport VAERS décrit un nourrisson de cinq mois allaité dont la mère a reçu une deuxième dose du vaccin Pfizer en mars. Le lendemain, le bébé a développé une éruption cutanée et est devenu inconsolable, a refusé d’allaiter et a développé une fièvre. Le rapport indique que le bébé a été hospitalisé avec un diagnostic de purpura thrombocytopénique thrombotique, une maladie sanguine rare dans laquelle des caillots sanguins se forment dans de petits vaisseaux sanguins dans tout le corps. Le bébé est mort.

Il y a eu des milliers de rapports de troubles menstruels par des femmes qui avaient pris un vaccin Covid-19, et des centaines de rapports de fausses couches chez des femmes enceintes vaccinées, ainsi que de troubles des organes reproducteurs chez les hommes.

Sauver les enfants

Un point central de l’énoncé du Dr Bridle était le risque pour les enfants et les adolescents qui sont la cible des dernières stratégies de commercialisation des vaccins, y compris au Canada.

Au 28 mai 2021, il y a eu 259 308 cas confirmés d’infection par le SRAS-CoV-2 chez les Canadiens de 19 ans et moins. Parmi ceux-ci, 0,048% ont été hospitalisés, mais seulement 0,004% sont décédés, selon le communiqué de l’ACCJE. La grippe saisonnière est associée à une maladie plus grave que le Covid-19.

Compte tenu du petit nombre de jeunes sujets de recherche dans les essais de vaccins Pfizer et de la durée limitée des essais cliniques, le CCCA a déclaré que la lumière sur la protéine de pointe et une autre protéine du vaccin doit être faite avant que les enfants et les adolescents ne soient vaccinés, y compris si la protéine de pointe du vaccin traverse la barrière hémato-encéphalique, si elle interfère avec la production de sperme ou l’ovulation, et si elle traverse le placenta et affecte un bébé en développement ou se trouve dans le lait maternel.

Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson n’ont pas répondu aux questions sur les préoccupations de Bridle. Pfizer n’a pas répondu aux questions permettant d’établir depuis combien de temps l’entreprise était au courant des données de recherche, publiées par l’agence japonaise, montrant des pics de protéines dans les organes et les tissus des individus vaccinés.

Lire l’article…

A lire sur Le Média en 4-4-2 :
Des centres de pharmacovigilance français submergés de signalements d’effets secondaires des vaccins anti-Covid ?
Dr Gérard Delépine : l’hécatombe post-vaccinale s’étend dans le monde
L’Union européenne autorise Pfizer à vacciner les enfants à partir de douze ans
YouTube censure la vidéo de la généticienne Alexandra Henrion-Caude qui s’inquiète de la transmission à l’enfant par le vaccin Covid

partage cet article !