Logiciel espion israélien « Pegasus » : révélations sur la plus grave affaire de surveillance généralisée

19 juillet 2021 | Politique, Société

Fichage

C’est sans doute l’affaire de cyber-espionnage la plus importante depuis l’affaire Snowden. En 2013, on découvrait, sidéré, dans le contexte de l’après-11 septembre, que la NSA avait mis en place un système de surveillance mondialisé de données. Mais les révélations que Forbidden Stories et ses partenaires, avec le concours technique du Security Lab d’Amnesty International, sont en mesure de faire aujourd’hui semblent encore plus graves. Car elles montrent que cette surveillance n’est pas l’apanage d’un pays aux pratiques déviantes, aussi grand soit-il, mais qu’elle est généralisée et concerne tous types de nations.

Mexique, Inde, Maroc, Indonésie, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Togo, Rwanda et même la Hongrie, membre de l’Union européenne, des agences gouvernementales ciblent leurs propres concitoyens, ainsi que des personnalités à l’extérieur de leurs pays. Seul tort de ces dernières : être des avocats, des journalistes, des diplomates, des médecins, des sportifs, des syndicalistes, de simples militants ou des hommes politiques, y compris des ministres et treize chefs d’État ou de gouvernements (dont trois Européens comme nous le préciserons durant les jours prochains).

« Ce que l’on voit avec le projet Pegasus est très différent et encore plus inquiétant que ce que l’on voyait dans l’affaire Snowden, estime Laurent Richard, le directeur de Forbidden Stories. Ici, nous avons affaire à une société privée qui vend un logiciel extrêmement intrusif à des États connus pour leur politique répressive en matière des droits de l’homme et contre des journalistes. Et on voit clairement que ces États détournent cet outil pour l’utiliser contre ces populations-là. »

Le logiciel espion dont il est question porte le nom très évocateur de « Pegasus ». Il n’est commercialisé que auprès d’États ou d’agences gouvernementales, avec l’aval du gouvernement israélien, par une société baptisée NSO, qui emploie 750 salariés à Herzliya, dans la banlieue de Tel-Aviv, mais aussi à Chypre et en Bulgarie. Officiellement, il a pour but d’aider les services de renseignement à lutter contre la criminalité.

Lire la suite…