L’ivermectine pointe le bout de son nez en Afrique du Sud

23 mars 2021 | Santé, Société

Afrique du Sud et Ivermectine

Un médecin affirme que l’ivermectine a non seulement joué un rôle primordial dans l’amélioration actuelle des chiffres sur le Covid-19 en Afrique du Sud mais en a changé le cours.

Cela se produit après que les taux de guérison du Covid-19 se sont élevés de façon spectaculaire, de 88 % à 92 % au cours de la dernière semaine. Dans le même temps, les patients sous respirateur sont passés de 70 des patients hospitalisés à 30 %.

Livermectine a joué un rôle dans l’amélioration des statistiques du Covid-19

Le journal Rekord East a publié que le Dr Naseeba Kathrada, militant pour l’utilisation de ce médicament contre la pandémie, a déclaré à Izak du Plessis que son usage illégal généralisé avait sans aucun doute, contribué à la forte amélioration des statistiques.

Elle ajoute que l’interdiction de l’ivermectine a rendu les gens d’autant plus curieux.

« Vous savez ce qu’on dit : il ny a pas de mauvaise publicité… pour quoi que ce soit qui est diffusé publiquement, de plus en plus de gens vont se poser la question : “pourquoi… pourquoi ce médicament est-il interdit ? ” »

Règles de l’usage de l’ivermectine en Afrique du Sud

LAutorité sud-africaine de réglementation des produits de santé (SAHPRA, équivalent de l’ANSM française) a donné le feu vert pour traiter certains patients atteints de Covid-19 avec de l’ivermectine.

La SAHPRA a confirmé qu’elle autorisera l’utilisation de l’ivermectine « au moyen d’un programme d’accès contrôlé renforcé ». Tous les professionnels de la santé qui souhaitent utiliser ce médicament pour traiter un patient atteint du coronavirus doivent présenter une demande en vertu de l’article 21 (NDT : équivalent de la prescription hors AMM française) et tenir des registres détaillés des progrès du patient.

« En réponse à la demande d’accès à livermectine à usage humain, la SAHPRA permettra la mise en place d’un programme contrôlé daccès compassionnel, en utilisant l’article 21, jusqu’à ce que d’autres données soient disponibles. »

« La personne qui désire vendre un médicament non homologué assujetti à l’enregistrement prévu à l’article 14 de la Loi, à des fins autres qu’un essai clinique, présente à lAutorité, sur un formulaire de demande qu’il est possible d’obtenir du bureau du directeur général : pour obtenir l’autorisation, en vertu de l’article 21 de la Loi, de vendre un tel médicament. » (NDT : En France, c’est la prescription hors AMM et la France pourrait faire la même chose en validant une RTU pour une molécule qui traite).

Le gouvernement sud-africain suspend l’utilisation d’AstraZeneca

La déclaration tonitruante de Kathrada vient en plein milieu de l’inquiétude des Sud-Africains qui devront attendre encore plus longtemps d’être vaccinés, après la certitude que la vaccination AstraZeneca n’est pas efficace contre le variant sud-africain du coronavirus. Les responsables ont suspendu le déploiement du vaccin d’AstraZeneca après que les données préliminaires ont révélé qu’il n’offrait qu’une « protection minimale » contre le nouveau variant.

Le Dr Angelique Coetzee, présidente de l’Association Médicale d’Afrique du Sud, a déclaré à du Plessis que le pays était de retour à la case départ.

– Source : Doctor claims Ivermectin is ‘changing course’ of COVID-19 pandemic in SA (12/03/2021)
– Traduit par Tanguy pour Le Média en 4-4-2