Les soldats israéliens attaquent le convoi funéraire de la journaliste chrétienne Shireen Abu Akleh, le cercueil est tombé

Politique

mise à jour le 13/05/22

Le corps d’Abu Akleh a été transporté de Jénine, où elle a été tuée par les forces israéliennes mercredi, à Jérusalem via Naplouse et Ramallah, lors d’une procession où les Palestiniens ont rendu hommage. Les forces israéliennes ont frappé une foule de personnes en deuil transportant le cercueil de Shireen Abu Akleh avant les funérailles dans la vieille ville de Jérusalem-Est occupée.


Des violences ont éclaté à la sortie du cercueil de la journaliste Shireen Abu Akleh — abattue mercredi lors d’une opération de l’armée israélienne en Cisjordanie — de l’hôpital Saint-Joseph de Jérusalem. La police israélienne a chargé la foule, les porteurs du cercueil ont dû reculer pour tenter de ne pas trébucher, tout en esquivant les coups. Le cercueil est tombé par l’avant puis a été rattrapé de justesse par un homme.

Des images ahurissantes où l’armée israélienne a demandé aux gens s’ils étaient chrétiens ou musulmans : « Si vous êtes musulman, vous n’êtes pas autorisé à entrer. » Les Palestiniens voulaient accompagner la journaliste chrétienne avant les funérailles dans la vieille ville de Jérusalem-Est occupée.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré qu’il porterait le cas d’Abou Akleh devant la Cour pénale internationale afin d’obtenir justice pour la journaliste chevronnée, qui avait rejoint Al Jazeera en 1997 et était une icône en Palestine et dans le monde arabe au sens large.

Le Média en 4-4-2 

partage cet article !