Le Sénat rejette l’obligation vaccinale, la désactivation du Pass sanitaire arrive en renfort pour la 3e dose

Politique, Santé

mise à jour le 14/10/21

Le projet de loi sur l’obligation vaccinale rejeté par le Sénat n’est pas un gros problème, bien au contraire, puisque l’obligation du vaccin aurait eu un impact trop violent sur les Français, avec un possible retour de bâton dans la rue. Le pouvoir, déjà très critiqué, cherche surtout à utiliser le passeport sanitaire qui obligera (l’air de rien) les Français à la vaccination et surtout qui les mènera à la troisième dose sous peine de le voir désactivé ! Manœuvre perverse, mais efficace, comme le révèle le Canard Enchaîné (voir en fin d’article).


Le vaccin contre le covid-19 ne rejoindra pas la liste des vaccins obligatoires. Les sénateurs n’ont pas adopté ce 13 octobre la proposition de loi déposée par les socialistes. Leur groupe s’est retrouvé isolé. Le texte, déposé par les membres du groupe socialiste fin août, a été rejeté ce 13 octobre en séance publique, par 262 voix contre 64. Cette initiative parlementaire n’ira donc pas plus loin.

Seule la quasi-totalité du groupe socialiste, à l’origine du texte, a voté en faveur du texte, rejointe seulement par trois collègues du centre et de droite. Les autres groupes ont préféré le rejeter.

Lire la suite…

Ce que la loi n’obligera pas, le pass sanitaire le fera !

Comme l’explique très bien Public Senat : pour conserver « des mesures de freinage », le « texte prévoit de pouvoir encadrer l’activité des établissements recevant du public et exiger le pass sanitaire jusqu’au 31 juillet ». En cas de reprise épidémique, il permet au gouvernement de prendre un tas de mesures d’exception limitant les libertés individuelles : interdiction de circuler librement, couvre-feu… Le gouvernement peut aussi décréter à nouveau l’état d’urgence sanitaire, qui permet d’instaurer un nouveau confinement.

De la désactivation du pass sanitaire à la 3e dose

Révélation du Canard Enchaîné du 13 octobre 2021 :

Le ministre de la Santé compte sur les tests payants à partir du 15 octobre pour inciter certains des ultimes récalcitrants à se faire vacciner. A commencer par ceux qui, tel Cyril Hanouna, se faisaient tester tous les deux jours par refus du vaccin. Mais une autre préoccupation a surgi au cours du Conseil de défense sanitaire du 6 octobre, qui a trait à la troisième dose. Les personnes concernées (les plus vulnérables et les plus de 65 ans) ne se précipitant pas pour le recevoir, d’après le constat dressé par toutes les agences régionales de santé, le gouvernement cherche le moyen de les y inciter. Afin qu’ils n’encombrent pas les hôpitaux, que l’arrivée de la grippe risque d’engorger, le ministre de la santé a fait une suggestion : supprimer les avantages du pass sanitaire à tous ceux qui n’auraient pas eu leur troisième dose plus sept mois après la deuxième. « Travaillez sur ce scénario », a conclu Macron.

Le Canard Enchaîné : le 6 octobre, Olivier Véran a demandé la désactivation du Passeport sanitaire.

La journaliste Hala Oukili avait évoqué la désactivation du passeport sanitaire pour les Français qui ne feraient pas la troisième dose anti-covid. « Pourquoi ne pas imaginer un message automatique aux gens pour leur dire : “Attention, à telle date, votre pass expire !” » L’idée évoquée par Hala Oukili est de maintenir la pression avec un pass qui reste en application jusqu’à l’été 2022. «Vous allez vous soumettre au passeport sanitaire jusqu’à l’été, vous avez une date d’expiration, vous devez vous faire vacciner avec une troisième dose. »

Marcel D. Le Média en 4-4-2

partage cet article !