Le directeur de l’OMS menace les peuples : ne fêtez pas Noël ou vous allez pleurer !

Politique, Santé

mise à jour le 23/12/21

Lors de sa conférence de presse à Genève le 20 décembre 2021. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, avance ses pions en menaçant les peuples du monde s’ils festoient en fin d’année sous peine de le regretter toute leur vie. Rien que ça !


Tedros Adhanom connaît bien le métier, les menaces n’ont plus de secret pour lui, puisqu’il a été membre du bureau politique du Front de libération du peuple du Tigray (TPFL), une organisation inscrite dans la liste des organisations terroristes du US Homeland Security. Dans le New York Times, il est accusé d’avoir dissimulé trois épidémies de choléra (2006, 2009, 2011). S’il avait rendu publique l’épidémie, cela aurait bloqué les produits d’exportation par peur de contamination et nuit au tourisme en Éthiopie. Donc il a préféré se taire, le comble quand on sait que ce monsieur doit gérer des épidémies !

Une fois le portrait posé, il sera plus facile de comprendre les menaces à peine dissimulées lors de la conférence de presse du 20 décembre. Notre terroriste promotionné s’inquiète visiblement pour notre santé face au virus Omicron dont la majorité des scientifiques s’accordent à dire qu’il est inoffensif. Mais que nenni, notre dissimulateur d’épidémies a un cahier des charges à respecter. Voici les propos du poulain de Bill Gates :

« Nous voulons tous passer du temps avec nos amis et notre famille. Nous voulons tous revenir à la normale. Le moyen le plus rapide d’y parvenir est de prendre les décisions difficiles qui doivent être prises pour nous protéger et protéger les autres. Dans certains cas, cela signifiera l’annulation ou le report d’événements. Un événement annulé vaut mieux qu’une vie annulée. Il vaut mieux annuler maintenant et célébrer plus tard, que de célébrer maintenant et de pleurer plus tard. Aucun de nous ne veut être à nouveau ici dans douze mois à parler d’occasions manquées, d’inégalités persistantes ou de nouveaux variants. Si nous voulons mettre fin à la pandémie dans l’année qui vient, nous devons mettre fin à l’inégalité, en veillant à ce que 70 % de la population de chaque pays soit vaccinée d’ici le milieu de l’année prochaine. »

Vous êtes prévenus, si vous ne vous vaccinez pas, vous serez coupables d’en être encore là l’année prochaine et l’année d’après…

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !