La féministe Julia Pietri explique la sexualité à deux enfants de 5 et 7 ans dans son « Petit guide de la foufoune sexuelle »

Santé

mise à jour le 06/10/22

A cinq ans, on joue au Playmobil, au ballon, on regarde des dessins animés et surtout on pense que les appareils génitaux servent seulement à nous soulager après avoir abusé du jus d'orange au quatre-heures. Et à cinq ans, on se fiche pas mal de la sexualité. Les enfants auront le temps d'y penser à l'adolescence. Mais pour notre féministe fondatrice du Gang du Clito, Julia Pietri, expliquer la sexualité aux enfants est apparemment une priorité.

Une priorité qui permet aussi de vendre des livres comme « le Petit Guide de la foufoune sexuelle » ou « le Petit Guide de la masturbation féminine » et si les enfants cherchent le nom de l’auteur sur internet, ils pourront aussi découvrir les bonbons Magik’Clito, goût orange, cerise, ananas et framboise… Ce sont de petits bonbons en forme de clitoris à déguster dans la cour de récréation. Au même titre que les cochonneries adultes, coucougnettes et autres bonbons en forme de pénis.


 « L’intérêt pour la sexualité des très jeunes enfants serait-elle une façon d’élargir la clientèle ? »

Chose inquiétante, pour Julia Pietri les enfants de trois ans se masturberaient : « Les enfants se masturbent. Bien sûr, ce n’est pas la même masturbation qu’une personne qui se masturbe à 30 ans, qu’un petit qui se masturbe à 3 ans. Il ne faut pas faire comme si ça n’existait pas… » On aimerait bien savoir comment notre féminisme en herbe a pu constater la masturbation d’un enfant de trois ans. Le dernier en date qui nous a livré ce genre d’expérience, c’est le Dr Alfred Kinsey, père de la « théorie du genre », qui pratiquait la torture pédophile sur les nourrissons. Au nom de la science, un enfant de 4 ans aurait eu 26 orgasmes en 24 heures. 

Dans cette vidéo propagande de Konbini, Julia Pietri explique la sexualité à Capucine, 7 ans et Arthur, 5 ans :

Qui va protéger les enfants de Julia Pietri ? Il serait peut-être temps que les pseudos féministes laissent nos enfants avec ces théories du genre foireuses, ces livres obscènes et que toute la propagande gouvernementale obsédée par la sexualité de nos enfants laisse place à l’écriture et au calcul.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !