Le Danemark, la Norvège, l’Islande, la Bulgarie, l’Irlande, les Pays-Bas et la Thaïlande suspendent la vaccination avec AstraZeneca. Véran, lui, continue sa campagne

Politique, Santé

mise à jour le 15/03/21

vaccination AstraZeneca

L’utilisation du vaccin AstraZeneca a été suspendue jeudi 11 mars au Danemark, en Islande, en Norvège, dimanche 14 mars en Irlande, aux Pays-Bas, ainsi qu‘en Bulgarie ce vendredi 12 mars et en Thaïlande. L’Autriche, le Luxembourg, l’Italie, l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie suspendent un seul lot de vaccins, par précaution et jusqu’à nouvel ordre, sur des craintes de troubles de la coagulation, après la formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées. La République démocratique du Congo attend les résultats de l’enquête sur le vaccin pour entamer une campagne de vaccination. Olivier Véran afirme, en conférence de presse, qu’il n’y a pas de raison de suspendre le vaccin anti-Covid AstraZeneca en France.

Des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées

Cette suspension intervient « après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin Covid-19 d’AstraZeneca », a indiqué l’autorité sanitaire danoise, la première à prendre une telle décision.

Elle a toutefois souligné que cette décision relevait de la « précaution » en attendant des conclusions des enquêtes sanitaires et qu’à l’heure actuelle, on ne peut pas conclure à l’existence d’un lien entre le vaccin et les caillots sanguins.

« C’est le principe de précaution »

« Nous attendons des informations pour voir s’il y a un lien entre la vaccination et ce cas de caillots sanguins. » « C’est le principe de précaution », a assuré Geir Bukholm, en soulignant qu’aucun lien n’avait à ce stade été établi entre le vaccin du laboratoire anglo-suédois et les cas de thrombose, dont un mortel, rapportés au Danemark.

De son côté, AstraZeneca, qui a développé le vaccin avec l’université d’Oxford (Royaume-Uni), a défendu la sécurité de son produit. « La sécurité du vaccin a été largement étudiée dans les essais cliniques de phase III et les données (…) confirment que le vaccin a été généralement bien toléré », a indiqué un porte-parole du groupe. Le gouvernement britannique a aussi jugé le vaccin « sûr » et « efficace ».

La vaccination par AstraZeneca se poursuit en France

S’appuyant sur l’expertise des autorités sanitaires, Olivier Véran a déclaré que la vaccination par AstraZeneca pouvait se poursuivre en France. Le ministre de la Santé a souligné que seul un petit nombre de personnes en Europe avaient été victimes de possibles effets secondaires, suite à une injection de ce sérum.

« D’après l’Agence nationale de sécurité du médicament, qui suit les recommandations de l’Agence européenne du médicament, il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca […] Sur 5 millions d’Européens, 30 personnes ont présenté des troubles de la coagulation », a-t-il ainsi expliqué dans son point presse.

Pour un homme sûr de ce qu’il avance, on entend bien son hésitation pendant son discours.

Lire les articles ici, ici et ici.

partage cet article !