Colin Powell, doublement vacciné, décède du covid à 84 ans

Faits-divers

mise à jour le 19/10/21

Décès de l’ancien secrétaire d’État américain Colin Powell. Il avait menti au monde, le 5 février 2003, en accusant l’Irak de détenir des armes de destruction massive, engageant l’invasion et la destruction d’une nation sans l’aval de l’ONU qui n’avait trouvé aucune preuve d’armes de destruction massive. S’en suivront des millions de morts. Il a admis par la suite que cette prestation était une « tache » sur sa réputation :


« C’est une tache parce que je suis celui qui a fait cette présentation au nom des États-Unis devant le monde, et cela fera toujours partie de mon bilan. »

En parlant de tache, il restera la marionnette du pouvoir profond jusqu’au bout, il dira voter Joe Biden car « Trump ment tout le temps ».

Selon le The New York Times, Colin Powell est décédé des complications du covid-19, a indiqué sa famille dans un communiqué. Il avait été entièrement vacciné et a été traité au Walter Reed National Military Medical Center.

Powell était le premier conseiller à la sécurité nationale afro-américain du pays, président des chefs d’état-major interarmées et secrétaire d’État.

Né à Harlem de parents jamaïcains, M. Powell a grandi dans le sud du Bronx et est diplômé du City College de New York. Rejoignant l’armée dans le cadre du programme du Reserve Officer Training Corps, pour sa participation à deux combats, il a été décoré au Vietnam. Il a ensuite été conseiller à la sécurité nationale du président Ronald Reagan à la fin de la guerre froide, aidant à négocier des traités sur les armes et ouvrir une ère de coopération avec le président soviétique Mikhaïl S. Gorbatchev.

Pour donner une idée de l’incompétence et de la soumission de Colin Powell — et donner du grain à moudre à Tristan Mendès France — Dieudonné illustre parfaitement le personnage :

Le Média en 4-4-2

partage cet article !