Variole du singe : les Etats-Unis veulent vacciner les cas contacts

Politique, Santé

mise à jour le 24/05/22

La plupart des personnes infectées guérissent spontanément dans les deux à quatre semaines, sans traitement spécifique. Mais les autorités américaines préparent malgré tout la riposte. Les États-Unis s’apprêtent à vacciner les personnes ayant été en contact proche avec des patients atteints de la variole du singe, au moment où le pays, qui compte aujourd’hui cinq cas probables ou confirmés, s’attend à voir leur nombre augmenter.


« Nous souhaitons maximiser la distribution de vaccins à ceux dont nous savons qu’ils en bénéficieraient« , a déclaré lundi Jennifer McQuiston, responsable au sein des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

« C’est-à-dire ceux ayant été en contact avec un patient connu de la variole du singe, comme les soignants, les contacts personnels très proches, particulièrement ceux à risque de développer un cas grave de la maladie« , a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse.

« Nous souhaitons maximiser la distribution de vaccins »

Lire la suite…

partage cet article !